"Emile connaît une saison incroyable depuis qu'il a commencé à jouer en décembre. Il vient de marquer son premier but en Premier League, mais pour qu'une saison soit incroyable en tant que numéro 10 d'Arsenal, il faut qu'il marque 15 buts et donne 10 passes décisives. À ce moment-là alors, il pourra figurer parmi les meilleurs en Europe et dans ce championnat. Emile a le potentiel pour le faire, mais il ne l'a pas encore fait. Nous devons rester calmes avec lui. Il faut l'aider, et petit à petit, il nous apportera plus".
Voilà comment s'exprimait Mikel Arteta, en mai dernier, au sujet de son milieu offensif Emile Smith Rowe. Quelques semaines après, au cœur de l'été, le natif de Londres prolongeait son contrat à Arsenal jusqu'en 2026, tout en récupérant le numéro 10. Plusieurs mois plus tard, à l'aube du Boxing Day, le joueur de 21 ans rayonne : avec 8 buts et 2 passes décisives, dont 90% en Premier League, il est tout simplement le joueur le plus décisif de son club, devant son (ex) capitaine Pierre-Emerick Aubameyang, entre autres. Ou comment répondre de la meilleure des manières à son coach.
Premier League
Un rebond en Angleterre ? Brentford aurait approché Eriksen
IL Y A 21 HEURES
"Sept buts en championnat, c'est un chiffre remarquable. On attendait de lui qu'il ajoute cela à son jeu", a d'ailleurs reconnu Arteta après la nouvelle réalisation de son joyau sur la pelouse de Leeds (1-4), le 18 décembre dernier. Gareth Southgate en attendait visiblement tout autant et l'a récompensé avec une première sélection en novembre dernier. Lors de la deuxième, contre Saint-Marin, il s'est distingué avec un but et une passe décisive. Pour embellir un peu plus la première demi-saison référence de sa carrière.

Il améliore la menace offensive de l'équipe

Pour Smith Rowe comme pour Arsenal, le déclic est venu du derby remporté contre Tottenham, fin septembre (3-1). Un but, une passe décisive, et le natif de Londres a basculé. Il a été décisif au moins une fois lors de six des dix matches de Premier League qu'il a joués depuis. "Il améliore la dynamique et la menace offensive de l'équipe avec ses mouvements, sa façon de créer des liens et trouver ses partenaires sur le terrain", a récemment développé Arteta à son sujet.
Le joueur aux chaussettes baissées est baladé de droite à gauche, après avoir débuté la saison dans une position plus axiale, lorsque Martin Odegaard n'avait pas encore pris les commandes du jeu. Tout n'est pas encore parfaitement régulier, avec quelques trous d'airs ponctuels. Mais son profil, parfois aussi soyeux que besogneux, et surtout très généreux, fait un bien fou aux Gunners.
Et ça, Arsenal l'avait anticipé. Arteta disait de lui qu'il devenait "de plus en plus important" en janvier dernier. Puis le coach espagnol et sa direction ont notamment résisté aux approches d'Aston Villa avant de le faire prolonger cet été. "Nous avons été très clairs sur le fait qu'Emile n'était pas à vendre. Il est une grande partie de ce que nous essayons de faire et de notre avenir. Il est vraiment heureux là où il est et je suis ravi de l'avoir", expliquait ainsi l'ancien adjoint de Pep Guardiola.

Adoubé par Özil et enfant du club : Smith Rowe, le facteur X des Gunners

Smith Rowe supersub, cela marche aussi

Dans la foulée d'un été qui l'a vu changer de statut, Smith Rowe a démarré la saison dans la peau d'un intouchable, puisqu'il a été titularisé lors de 13 des 14 premiers matches de Premier League. Depuis, ses deux matches manqués tout début décembre ont permis au trio Martinelli-Odegaard-Saka de s'installer en soutien de l'attaquant lors de quatre rencontres de suite en championnat. Un problème pour Smith Rowe ? Pas dans les faits, puisqu'il a admirablement endossé la casquette de supersub, avec deux buts en sortie de banc face à West Ham puis Leeds.
Mikel Arteta doit maintenant faire face à un "problème de riche" au moment de réfléchir à son onze de départ. Mais à l'heure où Arsenal s'est enfin réinstallé dans le big four, le coach espagnol sait qu'il peut s'appuyer sur des baby Gunners qui, s'ils ne sont pas encore arrivés à maturité, en ont pris le chemin. Bukayo Saka s'est montré le premier, Gabriel Martinelli est le tube des dernières semaines, le jeune Charlie Patino (18 ans) a marqué en Cup pour sa première apparition en pro : le club londonien a de quoi voir venir. Mais, titulaire ou pas, Smith Rowe n'est pas qu'une promesse d'Arsenal parmi d'autres. Il en est le meilleur buteur. Et le numéro 10.
Premier League
City a un nouveau dauphin : Liverpool s'amuse pour gagner une place
HIER À 15:54
Premier League
Everton n'en pouvait plus : Benitez limogé
HIER À 15:51