Lorsque la superstition s’invite à l’heure des pronostics, chacun s’arrange pour y déchiffrer les meilleurs auspices. Dans ce concours à l’optimisme, un club en particulier peut siffloter des airs de fête. Manchester City leader à Noël, c’est l’assurance d’un sacre en Premier League cinq mois plus tard. Une statistique qui sonne déjà telle une douce mélodie à l’oreille des fans des Skyblues. Mais le conte de fée a trouvé son père fouettard en un Covid-19 de plus en plus envahissant. À l’approche d’un Boxing Day dont l’issue paraît de plus en plus incertaine, les inconditionnels de l’Etihad Stadium sont en droit de craindre le pire. Mise en abyme d’une statistique pas si catégorique.

Deux antécédents au scénario contraire

Premier League
Derrière l’immense tacticien, un grand manager : la théorie des cycles, façon Guardiola
14/01/2022 À 15:55
Jamais deux sans trois. Vu et revu, l’adage vaut bien d’être recyclé pour les fêtes. Après 2011 et 2017, les Citizens passeront le réveillon bien installés sur le trône du royaume. Et pour cause, aucun autre club n’a réussi à supplanter l’institution mancunienne dès lors que cette dernière menait les débats au soir du 25 décembre. Pourtant, les deux antécédents épousent des contours bien distincts.

Manchester City a remporté la Premier League en 2012

Crédit: Reuters

D’une part, le scénario de 2012 méritait sa statuette au vu du mano a mano engagé entre les deux rivaux de Manchester. Au prix d’un final ébouriffant, les hommes de Roberto Mancini se sont offert le scalp du rival honni dans les dernières secondes du championnat. Au coude-à-coude sous le sapin avec les Red Devils, les Skyblues ont, depuis, longtemps troqué leur première place contre celle du chasseur. Avant de s’imposer sur le fil à la différence de buts (ex aequo à 89 points).
Puis vint la saison de tous les records. De suspense, il n’y en a jamais eu dans cet opus 2017-2018. La machine de guerre façonnée par Pep Guardiola, véritable stakhanoviste de la pensée tactique, a tout écrasé sur son passage, jusqu’à hisser le record de points en une saison à 100 unités. Une saison de rêve, mais difficilement comparable avec celle de 2011-2012, ni avec l’actuelle. Certes, dans les faits, les hommes de Pep Guardiola sont bien partis pour rééditer pareille performance. Mais la marge sur leurs poursuivants paraît bien maigre (trois points d’avance sur Liverpool, six sur Chelsea) face à un calendrier qui s’annonce démentiel.

Les Skyblues, rois du finish

La statistique ne s’arrête pas là. Les trois dernières fois qu’une équipe leader à Noël a été remontée en fin de saison, Manchester City était dans le coup. La victime est à chaque fois la même : Liverpool. D’abord punis par la glissade de Steven Gerrard en 2014, les Reds ont ensuite ferraillé jusqu’au bout contre les Citizens avant de s’incliner d’un petit point en 2019 (97 pts contre 98 pts). Dernier exemple en date, nul besoin de remonter plus loin que la saison passée.

Steven Gerrard sur la pelouse d'Anfield en avril 2014

Crédit: Eurosport

À la peine depuis l’entame de la saison, les coéquipiers de Kevin De Bruyne ont opéré un grand bon au classement en l’espace de quelques jours lors du Boxing Day. Pourtant sur la lancée d’une campagne 2019/2020 survolée, le club de la Mersey, submergé par les blessures, a vu s'envoler en l’espace d’un mois toutes ses chances de titre. Les commentaires laudatifs ont changé de camp, et un City hors du podium avant les fêtes a pu sereinement aller cueillir sa couronne.

Le Covid, un facteur X envahissant

Le hic, c’est que l’optimisme gonflé par ces statistiques flatteuses risque de prendre du plomb dans l’aile. L’empêcheur de tourner en rond est tout trouvé, le coronavirus. Le Covid-19 et son dernier variant Omicron font figure de menace pour la fin du championnat. Un horizon sibyllin que les dernières nouvelles n’ont guère éclairci. Avec un Boxing Day amputé d’au moins trois rencontres, s’ajoutant à la dizaine de matches déjà reportés, les principaux entraîneurs de l’élite tirent la sonnette d’alarme. Vendredi, Pep Guardiola, l’air grave, a même évoqué face à la presse la possibilité de faire grève, devant l’imperméabilité des diffuseurs face à la cascade de cas positifs. Un climat anxiogène source d’incertitude pour des Mancuniens qui accueilleront Leicester (16h) dimanche. Enfin, rien n’est moins sûr.
Liga
Accord entre Man City et le Barça pour Ferran Torres
22/12/2021 À 17:01
Serie A
Cristiano Ronaldo se projette vers un départ à... Manchester City
24/08/2021 À 18:27