C’était il y a seulement deux semaines. Manchester City atomisait Norwich (0-4) pour prendre 12 points d'avance sur Liverpool en tête du classement de la Premier League. Même si les Reds avaient alors deux matches en plus à disputer, la formation de Josep Guardiola semblait lancée sur une voie royale pour conserver son titre. Deux semaines plus tard, le constat n'est plus du tout le même. Le champion sortant a concédé sa première défaite depuis la fin octobre au bout d'un match de folie contre Tottenham (2-3). Pendant que Liverpool faisait feu de tout bois, à l'image du carton passé à Leeds mercredi soir (6-0).
Premier League
Gerrard, l'occasion inattendue d'exorciser ses démons
HIER À 21:14
Trois points, c'est tout ce qui sépare City des Reds désormais. L'écart ne descendra pas ce week-end puisque les Reds seront engagés sur un autre front, la Carabao Cup, avec une finale dimanche contre Chelsea (17h30). Pas de quoi donner du répit au club mancunien pour autant. Juste l'opportunité de prendre une petite bouffée d'oxygène salvatrice. Pour cela, le champion d'Angleterre doit ramener une victoire de Liverpool. Pas d'Anfield, mais de Goodison Park. Face à une équipe d'Everton moribonde cette saison, un succès semble largement dans ses cordes. Il est surtout vital. Car City n'a plus qu'une marge d'erreur très limitée.

Le calendrier : avantage City, mais…

Elle le sera peut-être encore le 10 avril, quand les deux prétendants en titre s'affronteront dans un duel qui fait déjà saliver. Il se disputera à l'Etihad. Dans l'absolu, c'est un avantage pour les hommes de Guardiola. Le calendrier leur semble d'ailleurs plutôt favorable jusqu'à la fin de la saison. Sur les 12 dernières journées de la saison, City ne va affronter que cinq équipes du Top 10 actuel. Avec trois matches à domicile (Manchester United, Liverpool et Brighton) et deux à l'extérieur (Wolverhampton et West Ham).

Populiste et populaire : pourquoi Rome fait bloc avec Mourinho

Le programme s'annonce plus corsé pour les Reds. Sur leurs 12 derniers matches de championnat, les hommes de Jürgen en ont encore huit à jouer face au Top 10 actuel. Quatre à l'extérieur (Arsenal, Brighton, Manchester City et Southampton), et quatre à domicile (West Ham, Manchester United, Tottenham et Wolverhampton). Ils vont par ailleurs affronter un seul club relégable (Watford) contre deux pour City (Watford et Burnley) d'ici la fin de saison. Si la lutte pour le maintien peut donner des ailes, l'opposition semble quand même plus relevée pour Liverpool que pour City sur la dernière ligne droite du championnat.
L'avantage supposé de City n'en est pas moins relatif. C'est justement sur leur terrain que les hommes de Josep Guardiola ont subi deux de leurs trois défaites en championnat cette saison, face à Crystal Palace (0-2) et Tottenham (2-3). Également accrochés à l'Etihad par Southampton (0-0), les Mancuniens ont montré qu'ils n'étaient pas totalement infaillibles sur leur pelouse, où l'absence d'un véritable buteur se fait parfois plus ressentir qu'à l'extérieur au moment de concrétiser leur domination.

Liverpool a encore moins le droit à l'erreur

Cela peut éventuellement faire le jeu de Liverpool sur la fin de saison de manière générale, et dans l'optique du choc face à City à l'Etihad en particulier. Mais seulement si les Reds parviennent à rester au contact du leader du championnat. Si la formation de Josep Guardiola a vu sa marge d'erreur se réduire, celle de Jürgen Klopp est quasiment condamnée au carton plein si elle veut se donner une chance de remporter le titre. Au moindre faux pas, City aura immédiatement l'occasion de creuser l'écart dans un championnat où les deux équipes de tête perdent rarement des points.

Mais, au final, qui est le meilleur tireur de penalty au PSG ?

Le technicien allemand a d'ailleurs pris soin de minimiser le retour de son équipe sur les talons du leader. "On ne chasse pas City, on essaie de gagner nos matches, a-t-il insisté après la victoire face à Leeds. On joue la finale de la Carabao Cup ce week-end, City joue avant et pourrait gagner, donc l'écart pourrait être de six points avant notre prochain match de championnat. Et je ne sais plus si on joue avant ou après eux la journée suivante, donc ça pourrait soudainement passer à neuf points. On ne doit pas calculer ce genre de choses, on doit juste gagner nos matches."
Liverpool n'a pas d'autre choix dans une situation qui n'est pas sans rappeler celle de la saison 2018-19. City dans la peau du chasseur à ce stade de la saison. Il avait endossé celle du chassé après le nul concédé par les Reds dans le derby face à Everton au début du mois de mars (0-0). L'équipe de Jürgen Klopp avait pourtant enchaîné dix succès pour boucler la saison après ce nul, mais cela n'avait pas suffi pour lui permettre de combler son point de retard sur le club mancunien, sacré champion au bout d'une lutte somptueuse. Trois ans plus tard, elle ne s'annonce pas moins passionnante.
Premier League
City, une frayeur mais l'essentiel est là
15/05/2022 À 14:53
Premier League
Un peu moins de passes, beaucoup plus de buts : de Bruyne en pleine métamorphose
14/05/2022 À 17:03