Cela fait maintenant de très longs mois que le dossier Mohamed Salah revient sur la table, à intervalles réguliers. Du moins, sur celle des rumeurs mercato. Car sur le bureau des dirigeants de Liverpool, il est loin d'être celui qui a le plus avancé. En ce début de mercato, deux mouvements ont ainsi fait beaucoup parler : le départ de Sadio Mané au Bayern Munich, et l'arrivée de Darwin Nunez en provenance de Benfica.
Suivez une année complète de sport et d'événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Salah est d'ailleurs dans la même situation que son désormais ex-coéquipier sénégalais avant son départ : son contrat arrivera à expiration dans un an, en juin 2023. Et l'Egyptien a beau avoir assuré, en avril dernier dans les colonnes de Four Four Two, que tout n'était pas une question d'argent, c'est bien sur l'aspect financier que les négociations semblent s'être arrêtées. Selon le Sun, l'ancien de la Roma viserait un salaire de 400 000 livres par semaine, alors qu'il est aujourd'hui légèrement en-dessous des 240 000 livres hebdomadaires de Virgil van Dijk, plus gros salaire du club.
Premier League
PSG, Juve et maintenant MU ? Rabiot, le prestige sans convaincre
IL Y A 13 HEURES
Une chose est sûre : Liverpool, en pleine refonte d'effectif offensivement, n'est pas prêt à bousculer sa grille de salaires pour le joueur qui vient de fêter ses 30 ans. "Quoiqu'il se passe avec mon contrat, je reste à Liverpool la saison prochaine, c'est sûr", assurait l'intéressé fin mai. Reste que le vice-champion d'Angleterre pourrait voir les choses différemment et refuser de le laisser partir libre. Le Sun indique en effet qu'une offre de 60 millions de livres, soit un peu moins de 70 millions d'euros, pourrait inciter la direction des Reds à lâcher son meilleur joueur cet été.

Remplacer Mané par Nunez : Liverpool a-t-il perdu la tête ?

La Premier League aurait ses faveurs

Les informations du Sun sont toujours à prendre avec de grosses pincettes. Mais le contexte global incite au moins à envisager l'hypothèse d'un départ de Salah dès cet été. Début juin, The Athletic, généralement très fiable, indiquait que la Premier League avait les faveurs du joueur… en cas de départ libre dans un an. Sa volonté devrait toutefois être la même en cas de transfert payant.
Dès lors, les candidats réunissant les moyens économiques et l'ambition digne d'un tel joueur sont assez simples à identifier : Chelsea, Manchester United et Manchester City. Le premier passage de l'Egyptien chez les Blues (de 2013 à 2015) avait tourné très court, et le retour raté de Romelu Lukaku, déjà sur le départ, a de quoi refroidir. Mais le club londonien, soutenu par son nouveau propriétaire Todd Boehly, sera ambitieux sur le marché des transferts, et devra justement combler le prêt de l'attaquant belge à l'Inter. C'est ainsi que la rumeur Raheem Sterling est apparue ces derniers temps.
Manchester United a également besoin de se renforcer dans tous les secteurs. Mais outre la question de l'intense rivalité entre les Red Devils et Liverpool, Erik ten Hag semble se pencher sur des profils plus jeunes et malléables, comme celui de son ancien joueur à l'Ajax Amsterdam Antony. Vient alors l'hypothèse Manchester City, dont le président Khaldoon Al Mubarak avait assuré que "d'autres joueurs" allaient arriver après le recrutement d'Erling Haaland.
Dans ce cas, les moyens financiers ne seraient pas un problème. A l'heure actuelle, les Citizens ont un secteur offensif très bien garni, mais Gabriel Jesus devrait rejoindre Arsenal, Sterling est sur le départ et Bernardo Silva dispose d'un bon de sortie. Resteraient alors les Haaland, Foden, Mahrez, Grealish et le jeune Alvarez. Autrement dit, un peu de place pour doubler tous les postes.

Mohamed Salah (Liverpool) et João Cancelo (Manchester City)

Crédit: Getty Images

Une découverte de la Liga ?

Passer de Liverpool à City ne serait toutefois pas évident d'un point de vue émotionnel, tant Salah est attaché aux Reds, dont les plus grands rivaux ces dernières saisons sont les Citizens. Imaginer l'ex-joueur du FC Bâle découvrir un nouveau championnat européen n'a donc rien de farfelu. Et là encore, les candidats potentiels ne sont pas si nombreux.
En Espagne, la donne serait simple, avec deux prétendants que l'on peut très facilement deviner. Le 4 juin dernier, le Mirror évoquait l'option FC Barcelone, expliquant que le club catalan avait indiqué au clan Salah sa volonté de l'attirer à l'issue de son contrat, en juin 2023. Mais dans l'hypothèse d'un transfert dans les semaines à venir, les Blaugrana, qui travaillent déjà pour s'offrir Robert Lewandowski, seront certainement trop courts financièrement.
Ce qui ne serait pas le cas du Real Madrid, qui avait prévu un budget (très) conséquent pour Kylian Mbappé, en vain. Les Merengue seraient très attentifs à l'évolution de ce dossier selon le Sun, et pourraient dégainer une offre importante. Même si plusieurs joueurs madrilènes n'ont pas hésité à chambrer l'Egyptien après leur victoire en finale de Ligue des champions en mai dernier.

L'ombre du PSG… et d'un départ libre

Dernier ogre européen à pouvoir se pencher sur le cas Salah, le PSG ne manquerait pas non plus d'arguments, notamment économiques. Mais le gaucher est loin de l'archétype du joueur ciblé par Luis Campos, nouvel homme fort du sportif dans la capitale, et un tel mouvement ne correspondrait pas vraiment aux récentes déclarations de Nasser Al-Khelaïfi. Sans compter sur le plus important : la question de son utilisation aux côtés de Neymar, Mbappé et Messi.
Aucune piste ne se détache donc clairement, pas plus que les discussions pour une prolongation n'avancent. Pour étendre le bail de Salah, tout le monde devra y trouver son compte. Mais pour un transfert aussi. Et si, finalement, l'option d'un départ libre dans un an était la plus crédible ?

Et maintenant Fofana : Paris va-t-il trop loin dans ses pistes made in L1 ?

Premier League
A son procès, Giggs décrit comme un compagnon violent
IL Y A 18 HEURES
Premier League
Rabiot vers le Royaume : accord trouvé entre Manchester United et la Juventus Turin
IL Y A UN JOUR