Vous en voulez une bien bonne ? Diego Costa joue toujours au football. Disparu des écrans radar depuis deux bonnes années et son départ en catimini de l'Atlético de Madrid en plein mercato hivernal 2020-2021, l'attaquant hispano-brésilien va retrouver les pelouses européennes, plus particulièrement celles de Premier League. Quand exactement ? DiIfficile à dire : il n'a effectué que son premier entraînement cette semaine, après avoir été empêché de poser les pieds sur le sol anglais après un refus initial pour son permis de travail, et le match face à Manchester City de ce samedi (13h30, 7e journée de Premier League) semble arriver trop vite. S'il n'est pas sur la pelouse, ni le banc de touche au coup d'envoi, il sera en tribunes à observer ses coéquipiers.
Libre de tout contrat et disponible, l'ancien buteur de Chelsea a fait figure de candidat idéal pour une équipe en difficulté, principalement en attaque. Privé de sa recrue Sasa Kalajdzic, victime d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche lors du succès contre Southampton le 3 septembre dernier (1-0), Wolverhampton avait un besoin urgent de remplacer l'Autrichien. Comble de malchance, celui-ci s'est blessé lors de sa première apparition avec les Loups, qui l'avaient recruté sur le gong lors du mercato estival pour 18 millions d'euros à Stuttgart. Une catastrophe pour le club téléguidé à distance par Jorge Mendes. L'absence de Kalajdzic a été estimée à neuf mois après son opération.
Série A brésilienne
50 ans après, revoilà l'Atlético Mineiro au sommet
03/12/2021 À 06:43
Historique conseiller et agent de Diego Costa, le superagent portugais a évidemment été derrière l'arrivée de l'international espagnol au Molineux Stadium pour une seule saison. Il avait déjà fait bouger les lignes plus tôt dans l'été en faisant venir Gonçalo Guedes en provenance de Valence pour la modique somme de 32 millions d'euros, plus bonus. En grande forme la saison dernière, le Portugais n'a pas été capable d'apporter le punch nécessaire sur le front de l'attaque où il peut évoluer en plus de l'aile gauche.
L'arrivée de Costa compense l'absence de Kalajdzic. Mais elle est aussi la résultante des soucis chroniques rencontrés par Raul Jimenez, l'autre pur 9 de l'effectif des Wolves. Le Mexicain se bat avec les blessures et les soucis depuis deux ans. Blessé au genou en début de saison, l'ancien attaquant de l'Atlético et de Benfica n'avait pas réussi à ouvrir son compteur buts en août (3 matches de PL), avant de disparaître à nouveau depuis septembre à cause d'une blessure à l'aine. Bien évidemment, signer Costa n'a pas été simple avec cet obstacle du permis de travail résolu après un appel auprès des autorités britanniques.

Beaucoup de blessures, peu de football

Diego Costa est donc un gros pansement sur une plaie béante. Les soucis offensifs ont d'ailleurs bien plombé le début de saison de la formation de Bruno Lage, seulement 14e du classement avec un seul succès en 6 matches. Wolverhampton est d'ailleurs un vrai paradoxe. Le pensionnaire de PL a, à la fois, la pire attaque du championnat anglais avec 3 petits buts marqués, mais aussi la meilleure défense avec 4 buts concédés. Preuve qu'il y a une bonne base, du potentiel à exploiter, mais qu'un point d'encrage devant était nécessaire. Diego Costa va être celui-ci.
Le CV de Diego Costa est ronflant si on le regarde dans son ensemble. A 33 ans, bientôt 34, l'attaquant compile presque 500 matches professionnels, 187 buts, dont 52 dans la seule Premier League. Il a été la référence en attaque pour l'Atlético de Madrid de Diego Simeone première version au début des années 2010, avant de briller à Chelsea où il a été fondamental pour les titres acquis en 2014-2015, sous José Mourinho, puis en 2016-2017 avec Antonio Conte. A son vrai niveau, il reste un des meilleurs attaquants en Europe, même à un âge avancé. Mais ça, c'est sur le papier.
Il n'est pas interdit de dire que malgré une carte de visite bien remplie, Costa est finalement plus un pari qu'autre chose. Sur la pente descendante depuis son retour à l'Atlético début 2018, où il a été plus ou moins invité à partir pour libérer le club de son énorme salaire, le barbu sort d'une période bien triste. Parti au Brésil, où il n'avait jamais évolué, en janvier 2021, il n'a joué que 19 rencontres avec l'Atlético Mineiro en un an.
Souvent blessé, il a été dépassé par un autre papy, l'incontournable Hulk, 36 ans. Il a quand même remporté deux trophées, avant de quitter le club en mauvais termes en janvier dernier. Entre son absence de temps de jeu à haut niveau, ses blessures à répétition et un caractère impulsif, imprévisible, on se demande bien ce qui est passé par la tête des dirigeants de Wolverhampton, Mendes ou pas. Sur les réseaux sociaux, les supporters ont eux salué l'arrivée de "DC19", parce qu'il reste un cauchemar pour tout défenseur.
D'autres se réjouissent de sa capacité à fédérer et s'intégrer facilement dans un groupe de professionnels. Car Diego Costa, malgré son caractères complexe, est un amuseur public. Un type apprécié surtout. Kieran Trippier, son ancien coéquipier à l'Atlético, l'a même décrit à Marca comme la personne la plus marrante avec qui il a évolué. "Il m'appelait Wayne Rooney, mais il le faisait dix fois par jour, juste pour rigoler. C'est Diego, il est comme ça !J'adorais qu'il fasse toujours des blagues."
Bruno Lage a de son côté validé le profil de Costa, au moins il a pris son arrivée avec considération. L'entraîneur portugais avait besoin d'une présence de poids dans la surface et d'un finisseur. La clé pour retrouver une bonne version de l'attaquant en Angleterre, ce sera la relation avec le technicien du club des Midlands. Elle a plutôt bien débuté car les deux hommes ont beaucoup discuté du rôle qu'aura le vétéran dans cet effectif aux accents très portugais. "On a parlé de football, on n'a pas vraiment évoqué la vie de tous les jours ou la famille", a expliqué Costa à la chaîne de son club lors de sa signature.
"J'ai pu lui expliquer à quel point j'étais motivé pour rejouer au football. Je sais que je peux aider, mais je lui ai aussi expliqué ma situation actuelle, ce qui veut dire que je vais avoir besoin de temps. Je lui ai demandé de ne pas me mettre dans une situation où je ne pourrais pas aider l'équipe de la façon dont je le souhaite. Il a très bien compris cela, c'est un grand manager." Comprenez : Je dois me remettre en forme avant de jouer.

Diego Costa

Crédit: Getty Images

Un coup de poing pour Presa

Pourquoi Diego Costa était libre ? Passé le cap des émoluments, il n'avait pas réussi à concrétiser sa signature au Rayo Vallecano cet été, un club où il avait brillé en prêt il y a une décennie, avant de revenir avec succès à l'Atlético. Pactée avec le sulfureux président Raúl Martín Presa, son arrivée à Vallecas a été bloquée par Andoni Iraola, le technicien du club madrilène. Costa avait pourtant posé ses valises à Madrid début août croyant qu'il allait signer avec les Franjirrojos. Il avait même été aperçu dans les rues de la capitale espagnole.
Le cas Costa a engendré une guerre de positions au Rayo, pas idéal pour un club déjà très instable et sauvé par l'excellent travail d'Iraola. Sauf que le Basque ne voulait pas de Diego Costa. Il avait jeté son dévolu sur Marcos André, le Brésilien de Valence, que le Rayo a fait semblant d'aller chercher. Après méditation, c'est un autre attaquant au caractère bien trempé qui a été choisi : Raúl de Tomás, en guerre de son côté avec la direction sportive de l'Espanyol Barcelone et son nouveau coach Diego Martinez. Refusé à Madrid, Diego Costa a donc été indirectement responsable d'un des transferts les plus rocambolesques de l'histoire de la Liga.
L'histoire : Un soucis de dernière minute avait fait capoter l'arrivée de RDT au Rayo, le 1er septembre dernier, et fait débuter une guerre entre Presa et l'Espanyol. Puis, il y a une dizaine de jours, le transfert de l'international espagnol a finalement été pacté en coulisses, mais non sans que Presa ne reçoive un coup de tête de la part de l'agent du joueur après avoir refusé de payer une commission. Un véritable cirque. Cette semaine, Raúl de Tomás et Diego Costa ont finalement réglé leur avenir presque en même temps, un clin d'oeil bien symbolique. Pour Costa, cette opportunité à Wolverhampton ressemble à sa dernière chance de briller sur le Vieux Continent. Une dernière danse en compagnie des loups.

Diego Costa

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
Coup dur pour l'Atlético : Diego Costa absent face au Bayern
19/10/2020 À 19:35
Liga
Entorse ligamentaire à la cheville gauche pour Diego Costa
22/05/2019 À 18:06