Mbappé, Dembele, Lacazette, Griezmann, Giroud, Coman, Martial, Thauvin, Fekir, etc. Ils font les beaux jours du PSG, de l'Atlético, d'Arsenal, du Bayern, de Manchester United... Depuis des mois, il est entendu que la France possède l'un des meilleurs réservoirs offensifs du football mondial. Un casting cinq étoiles que la terre entière lui envie. Les matches face à l'Angleterre (3-2) ou aux Pays-Bas (4-0) ont étalé les promesses. Il était écrit que le centre de gravité de ces Bleus penchait désormais vers l'avant. Que leur salut passerait par l'attaque. Mais leurs deux dernières sorties ont atténué le constat, douché l'enthousiasme général et livré d'autres vérités.
En 180 minutes, face à la 101e nation mondiale (le Luxembourg), rossé 8-0 par la Suède, puis la 38e (Bulgarie), la France n'a inscrit qu'un but grâce à un milieu à vocation plutôt défensive (Blaise Matuidi). La France ne possède que la 16e attaque de la zone Europe dans ces qualifications. Avec 16 buts marqués, elle est très loin de l'Allemagne (38), de l'Espagne (35) et même de la Suède (26). Ses meilleurs buteurs ? Giroud et Griezmann qui, avec trois réalisations, occupent la 40e place du classement de la zone Europe. Ce n'est, a priori, pas un problème de talent, ni de profils. Deschamps en possède tellement. Alors pourquoi les Bleus n'y arrivent plus ?

Deschamps : "On a eu plus de mal après la sortie de Kanté''

Qualif. Coupe du monde - UEFA
L'antisèche : Se sortir d'un traquenard, c'est aussi une forme de talent
07/10/2017 À 22:22

La question de la pointe

La rencontre en Bulgarie a commencé par un tremblement de terre. Olivier Giroud absent du onze dans un match de compétition officielle, ce n'était plus arrivé, hors blessure du Gunner, depuis France-Suisse à l'Euro 2016. Cette semaine, Didier Deschamps lui avait déjà envoyé un avertissement : "Je préférerais qu'il soit dans un club où il joue la quasi-totalité des matches. Il a pris la décision de rester à Arsenal. C'est son choix. Il peut avoir des conséquences."
Il semble clair que la pointe est désormais ouverte à la concurrence mais la prestation très neutre d'Alexandre Lacazette ne va pas régler le débat. Qui est le mieux placé pour l'occuper ? Griezmann et Mbappé sont davantage des seconds attaquants et leur profil ne colle pas avec un système en 4-3-3. Le crédit de Giroud qui s'effrite, c'est aussi une énorme interrogation qui surgit.

Giroud sur le banc face à la Bulgarie

Crédit: Getty Images

Des profils moins complémentaires que prévu ?

En Bulgarie, Griezmann, Mbappé et Lacazette, tous attirés par l'axe, se sont d'abord marché sur les pieds. Puis, incapables de combiner entre eux, ils ont disparu de la circulation. "On a essayé de se créer des occasions, ce n'était peut-être pas notre jour", a sobrement constaté le buteur de l'Atlético.
"En deuxième période, il y a eu beaucoup moins de liant et de combinaisons. On a eu du mal à combiner dans ce combat. C’est peut-être individuel ou collectif. Plus le match avançait, plus on a pensé à préserver le résultat, logiquement. On aurait dû être plus présent devant", a poursuivi Deschamps. La complémentarité des trois n'a pas sauté aux yeux. Mbappé n'a trouvé Lacazette qu'à une reprise et Griezmann seulement trois fois. L'animation en a souffert. Ce n'est pas que le problème des trois attaquants, mais ils sont les premiers responsables.

Kylian Mbappé avec Didier Deschamps en équipe de France

Crédit: Getty Images

Où faire jouer Mbappé et Griezmann ?

A priori, ces deux-là sont intouchables. Griezmann pour tout ce qu'il a apporté. Mbappé pour tout ce qu'il doit apporter. Même si, on l’a vu, leur complémentarité ne saute pas encore aux yeux. Pour mettre le premier dans les meilleures conditions possibles, Deschamps avait imposé le 4-2-3-1 depuis l'Euro. Pour dégager Mbappé de ses tâches défensives, le sélectionneur est revenu au 4-3-3 en Bulgarie.
Alors que faire désormais ? Le poste préférentiel des deux hommes est le même : en attaquant de soutien dans un 4-4-2. Mais ils peuvent évoluer sur tous les fronts de l'attaque. Deschamps doit trancher en faveur de l'un ou de l'autre. Jusqu'ici, Mbappé a semé de belles promesses mais n'a inscrit qu'un but en sept sélections (quatre titularisations). Lui-même a jugé sa prestation "moyenne". Avant une conclusion parfaite : "Toute la planète le sait, on a des grands talents, mais il faut qu’on forme une équipe."

Kylian Mbappé et Antoine Griezmann - France 2017

Crédit: Getty Images

Qualif. Coupe du monde - UEFA
Les notes des Bleus : Varane a tout repoussé, Lacazette s'est noyé
07/10/2017 À 21:25
Qualif. Coupe du monde - UEFA
Ce fut laborieux mais les Bleus respirent mieux
07/10/2017 À 20:37