AFP

Bleus -Biélorussie-France (0-0) - Matuidi, un été pourri et un avenir qui s'assombrit chez les Bleus

Matuidi, un été pourri et un avenir qui s'assombrit chez les Bleus

Le 07/09/2016 à 18:34Mis à jour Le 07/09/2016 à 18:36

QUALIFICATION COUPE DU MONDE 2018 – C'est un des enseignements forts du match en Biélorussie : Blaise Matuidi a rétrogradé dans la hiérarchie des milieux français. N'Golo Kanté le devance désormais. L'épilogue d'un été pourri pour le Parisien.

10 juillet 2016. Blaise Matuidi achève son Euro en larmes après la défaite face au Portugal. Ce dimanche-là, il fut l'un des meilleurs Bleus. Et, après un début de tournoi quelque peu poussif, on se demande comment on a bien pu douter de sa place dans le onze. Très costaud à partir des huitièmes, le Parisien a rappelé qu'il était, plus qu'une valeur sûre, un incontournable de l'équipe de France. Deux mois sont passés et son statut s'est effrité.

C'est l'un des constats les plus saisissants du double rendez-vous international de la rentrée : Blaise Matuidi n'est plus un titulaire à part entière de l'équipe de France. N'Golo Kanté l'a grillé dans la hiérarchie. S'il a débuté en Italie au cœur du 4-3-3 pour une prestation peu convaincante, Deschamps l'a sacrifié lorsqu'il a choisi le 4-2-3-1. En juin et juillet, la victime du changement de système s'appelait N'Golo Kanté. En quelques semaines, Matuidi a glissé dans la hiérarchie des milieux français.

Blaise Matuidi avec Didier Deschamps lors de l'Euro 2016

Blaise Matuidi avec Didier Deschamps lors de l'Euro 2016AFP

Une première depuis octobre 2013

Pour la première fois depuis octobre 2013, le Parisien n'a pas joué une minute d'un match officiel des Bleus. "J'ai opté pour Paul (Pogba) et Ng (Ngolo Kanté), parce qu'ils sont dans le rythme", a tranché Didier Deschamps au micro de Canal+ Sport. "Je ne voulais pas partir avec des joueurs sur lesquels j'avais des doutes." Deschamps a donc "des doutes" sur Blaise Matuidi. Un aveu terrible alors que le sélectionneur a toujours défendu bec et ongles son milieu de terrain.

La thèse du manque de rythme est pratique mais elle n'explique pas tout. A Borisov, Deschamps a fait confiance à Moussa Sissoko, un joueur qui n'avait plus disputé la moindre minute depuis… la finale de l'Euro. Le mal est sans doute plus profond pour Matuidi. Il tient d'abord à son déclassement au PSG. L'ancien Stéphanois n'a joué que des bouts de match depuis le début de saison en championnat.

Blaise Matuidi et Antoine Griezmann

Blaise Matuidi et Antoine GriezmannPanoramic

Déclassement au PSG = déclassement en Bleu ?

Titulaire infatigable du milieu parisien depuis son arrivée en 2011, il passe désormais derrière Marco Verratti, Thiago Motta et Adrien Rabiot alors que Grzegorz Krychowiak postule, lui aussi, à une place dans l'entrejeu du PSG. Unai Emery n'en fait plus un incontournable à l'inverse de Laurent Blanc qui lui accordait une confiance absolue. Matuidi a voulu partir à Turin, Paris l'a retenu par le col mais son temps de jeu risque de considérablement se réduire dans la capitale. La montée en puissance d'Adrien Rabiot le menace directement en club et peut-être bientôt en sélection.

Le milieu des Bleus a traversé l'été avec le moral au plus bas. "Il était préoccupé, pensif au début du stage", avait témoigné Raphaël Varane la semaine dernière. En plein spleen, il doit digérer son nouveau statut et se battre pour retrouver son rang. Si Rabiot a pris sa place en club, Kanté s'en est occupé en sélection. Son début de saison à Chelsea couplé à sa solide prestation en Biélorussie le placent désormais tout en haut de la hiérarchie des milieux tricolores. Deschamps a fait un choix fort mardi et l'été de Matuidi aura été pourri jusqu'au bout.

0
0