Getty Images

La Croatie a fait un grand pas vers la Russie en battant la Grèce (4-1) en barrage aller

La Croatie a fait un grand pas vers la Russie

Le 09/11/2017 à 22:35Mis à jour Le 09/11/2017 à 23:30

BARRAGES COUPE DU MONDE - Il n'y a pas vraiment eu de match au stade Maksimir de Zagreb. La Croatie s'est largement imposée jeudi soir face à la Grèce (4-1) en barrage aller pour le Mondial 2018 et a pris une très grosse option sur la qualification. Les coéquipiers de Luka Modric devront valider leur billet dimanche soir en Grèce lors du match retour.

La Grèce espérait un match plutôt fermé, où elle excelle, c’est raté. La Croatie a fait sauter son verrou dans son stade Maksimir de Zagreb (4-1), jeudi soir. Son capitaine Luka Modric, immense lors de ce barrage aller, a montré la voix à ses partenaires en ouvrant le score sur penalty (13e). Kalinic (19e), Perisic (33e) et Kramaric (49e) lui ont emboîté le pas tandis que Sokratis a marqué le seul but grec contre le cours du jeu (30e). À moins d’un énorme retournement de situation, la Croatie devrait voir le Mondial en Russie l'été prochain.

C’est grâce à sa solidité défensive, son point fort historique, que la Grèce a pu se hisser jusqu’en barrage. Mais ce jeudi soir, deux erreurs individuelles ont fait voler sa tactique en éclats. La première, un contrôle trop long de Karnezis, l’habituel troisième gardien de Watford, a été la cause directe du penalty transformé par Modric pour ouvrir le score (1-0, 13e). Le portier grec s’est ensuite rattrapé avec des parades déterminantes sur Kramaric (44e, 56e) et Rakitic (57e) mais c’est bien sa boulette qui a lancé la démonstration croate.

Luka Modric (R) of Croatia is challenged by Zeca (L) of Greece during the FIFA 2018 World Cup Qualifier Play-Off: First Leg between Croatia and Greece at Stadion Maksimir on November 9, 2017 in Zagreb, Croatia

Luka Modric (R) of Croatia is challenged by Zeca (L) of Greece during the FIFA 2018 World Cup Qualifier Play-Off: First Leg between Croatia and Greece at Stadion Maksimir on November 9, 2017 in Zagreb, CroatiaGetty Images

Mitroglou bien trop seul

L’autre bévue, de Stafylidis, ne sentant pas dans son dos Vrsaljko, lancé par l’élégant Rakitic, a donné un caractère presque irrémédiable au score avant le match retour (4-1, 49e). Largement battue sur le plan technique, en souffrance face aux coups de génie de Modric, la finesse de Rakitic et de Kalinic et la fluidité du jeu croate, la Grèce aurait quand même pu s’en sortir un peu mieux.

Les rares fois où il est extrait de sa torpeur, le champion d’Europe 2004 s’est montré dangereux, essentiellement grâce à sa pointe Mitroglou. Dans cette partie pas vraiment destinée à le faire briller, le Marseillais s’est démené pour changer le cours du match et s’est procuré trois grosses occasions de réduire l’écart (60e, 75e, 90e). Un but de sa part aurait rendu le retour à Athènes, dimanche soir, bien plus indécis et excitant. La Grèce se retrouve au lieu de ça suspendue à un exploit chez elle pour espérer voir la Russie en juin.

0
0