Comme si on avait tendance à l'oublier, Paul Pogba nous le rappelle avec force à chaque retour. Ce fut le cas face au Portugal au Stade de France en octobre dernier. Après 16 mois d'absence en équipe de France, "Piochy", comme le surnomme affectueusement son pote Antoine Griezmann, avait tout de suite repris les commandes du onze. Jeu long, jeu court, c'est lui qui avait dicté le rythme de la partie. Remplaçant face à l'Ukraine mercredi, après une longue absence sur blessure en club, il a repris les clés du camion dimanche au Kazakhstan. 'Pogback' réussi. "Je me sens bien, je reviens de blessure, j’ai eu 60 minutes aujourd’hui donc je suis content", a-t-il simplement réagi au micro de TF1 après la victoire (0-2).

Dembélé décisif et dans l'esprit… contrairement à Mbappé

Sa passe pour Martial a éliminé quatre adversaires et ouvert la voie à l'ouverture du score. Sa présence dans la surface a mis son défenseur son pression et scellé le sort du match d'un "csc". Pogba n'est pas la seule raison pour laquelle les Bleus ont remis de l'ordre dans leurs idées en quatre jours. Mais tout de même, tout semble beaucoup simple quand il est sur le terrain. Un constat qui ne date pas d'aujourd'hui ni même d'hier.
Euro 2020
DD préféré à ZZ sans condition: "On continue comme si rien ne s'était passé, or..."
09/07/2021 À 17:16

Que tous les débats semblent loin

Et s'il fallait remonter aux origines de cette spectaculaire mutation, la Coupe du monde en serait le point de départ. En Russie, Pogba a trouvé sa voie. Celle de la simplicité en épurant son jeu des scories trop nombreuses qui polluaient des prestations trop souvent sinusoïdales. Depuis le sacre moscovite, l'équipe de France a deux patrons dans le jeu : Griezmann, qui met de l'huile dans les rouages en se démultipliant et en distribuant le ballon entre les lignes, et Paul Pogba, en meneur reculé façon rampe de lancement. Sa relation technique avec Kylian Mbappé, qu'il adore lancer à pleine vitesse dans l'espace, est aujourd'hui l'une des armes majeures des champions du monde.

Un but en 27 sélections : "Martial est utile partout mais indispensable nulle part"

Qu'il semble loin les débats sur son positionnement et sa place dans le onze de départ quand Corentin Tolisso la menaçait juste avant la Coupe du monde. Qu'ils semblent loin les nombreux rappels à l'ordre de Didier Deschamps qui n'avait pas hésité à le faire démarrer sur le banc le deuxième match de l'Euro 2016 pour piquer son orgueil et le mettre face à ses limites du moment. Pogba n'est plus un problème en Bleu, il est même souvent la solution.

Des prestations décorrélées du contexte mancunien

Grâce notamment à un Didier Deschamps qui a su le manœuvrer là où d'autres, en club, se heurtent encore à son inconstance : "Il a toujours voulu que je fasse plus à l'entraînement et en match, a confié Pogba à Téléfoot ce dimanche. Il a toujours été franc avec moi. Que je fasse des bons et des mauvais matches, il me le dit. C'est une relation honnête et franche." Une relation qui semble avoir trouvé son rythme de croisière. Du haut de ses 77 capes, Pogba en a suffisamment montré en sélection désormais pour ne plus être remis en cause à chaque rassemblement.

France's midfielder Paul Pogba runs with the ball during the FIFA World Cup Qatar 2022 qualification Group D football match between Kazakhstan

Crédit: Getty Images

Même quand les choses ne tournent pas rond à Manchester, il sait que son statut, acquis de haute lutte et parfois dans la tourmente, le protège désormais. C'est aussi ce qui lui permet aujourd'hui d'être régulier avec les Bleus à défaut de l'être en club. Gagner en épaisseur et en densité sur le terrain l'a aidé à trouver sa place dans un vestiaire où il a pris la succession de Patrice Evra comme patron. Dans le groupe, il est un pilier : "Dembélé ? Je le prends sous mon aile pour le booster et le motiver, on est très contents de son but aujourd'hui", a-t-il livré au micro de TF1 après la victoire aux confins de l'Europe dimanche.
Clé de voûte des Bleus sur le terrain depuis deux ans et demi, incontestable leader en dehors, Pogba a imposé un constat : l'équipe de France n'est plus la même sans lui. A force, on finira bien par ne plus l'oublier.
Euro 2020
Les tirs au but, tout sauf une "loterie" : "Mbappé a imité Bolt, c’est un signe de nervosité"
08/07/2021 À 16:47
Euro 2020
Benzema : "Merci d'avoir accueilli mon retour avec autant de bienveillance"
04/07/2021 À 20:24