Didier Deschamps a plusieurs impératifs mercredi en Bosnie et il va falloir être sacrément malin pour tous les concilier. Le premier d'entre eux ne se discute pas : la victoire et les trois points pour oublier le nul initial face à l'Ukraine. Mais il faudra ménager les corps, celui d'Antoine Griezmann notamment, les ego, celui de Kylian Mbappé avant tout. Justement récompenser ceux qui ont brillé cette semaine sans mettre au placard les cadres sur lesquels le sélectionneur s'appuie sans faillir. Explications.

Griezmann et Lloris : Trois sur trois ?

Ils sont les seuls à avoir enchaîné deux titularisations parce qu'ils sont, sans aucun doute possible, les deux hommes les plus importants de cette équipe de France. Antoine Griezmann et Hugo Lloris enchaîneront-ils en Bosnie ? Pour Lloris, aucun doute. Pour le Barcelonais, en revanche, la question se pose. Mais, après un match plein face à l'Ukraine, Griezmann n'a joué que 59 minutes dimanche.
Euro 2020
DD préféré à ZZ sans condition: "On continue comme si rien ne s'était passé, or..."
09/07/2021 À 17:16

Giroud, Griezmann, Mbappé (ou Henry) : Qui finira meilleur buteur de l'histoire des Bleus ?

Didier Deschamps avait sans doute une idée derrière la tête. Le champion du monde est bien trop important pour le collectif pour s'en passer à Sarajevo d'autant que son profil unique rend sa présence quasiment indispensable dans ce système en 4-4-2. Ni Martial ni Ben Yedder n'ont ses qualités de meneur de jeu. Ce n'est pas tout à fait un hasard si l'ancien Madrilène vient de battre le record d'apparitions consécutives sous le maillot bleu (45)…

Le retour des tauliers ?

Le calcul de Deschamps est assez simple : la grosse équipe face à l’Ukraine, repos des cadres au Kazakhstan (sauf Lloris et Griezmann donc) et retour des champions du monde en Bosnie. Comme en Andorre à l'été 2019, DD avait décidé de largement faire tourner au Kazakhstan face à l'adversaire le plus faible de son groupe de qualification. Comme la hiérarchie est claire en équipe de France, le retour des tauliers semble évident. Si Deschamps hésitait, le nul initial au Stade de France rappelle que les Bleus ont moins de marge de manœuvre que prévu. Un argument massue pour retrouver les cadres mercredi.

Un but en 27 sélections : "Martial est utile partout mais indispensable nulle part"

Qui à gauche ?

Mbappé mercredi dernier, Lemar dimanche et Rabiot en Bosnie ? Le poste de milieu gauche reste la variable d'ajustement de Didier Deschamps en fonction de l'adversaire ou de l'enjeu. Kylian Mbappé y est plus à l'aise qu'à droite mais Adrien Rabiot permet d'équilibrer l'équipe à un poste qu'il maîtrise comme l'a montrée sa masterclass à Lisbonne en octobre face au Portugal (0-1).
Reste le cas Thomas Lemar, plutôt à l'aise au Kazakhstan, dans un rôle plus offensif que Rabiot et plus défensif que Mbappé. S'il profite de cette ultime sortie avant la liste de l'Euro pour une répétition grandeur nature de ce qui attendra les Bleus en juin, alors Rabiot semble avoir un peu d'avance pour occuper le flanc gauche. D’autant que l’option ‘Playstation’ avec quatre offensifs a accouché d’une souris la semaine dernière.

Adrien Rabiot (France) face à l'Ukraine

Crédit: Getty Images

Comment remplacer Kanté ?

Tous les premières options ne seront pas au rendez-vous à Sarajevo. N'Golo Kanté, blessé et forfait, va laisser un trou béant dans l'entrejeu. Comment le combler ? Plusieurs solutions s'offrent à Didier Deschamps. Adrien Rabiot, s'il ne s'exile pas sur le côté gauche pour équilibrer l'équipe, est le recours le plus évident. Si le sélectionneur choisit de l'utiliser sur une aile, c'est Tanguy Ndombélé qui semble le mieux placé pour remplacer le milieu de Chelsea aux côtés de Paul Pogba. Moussa Sissoko, simplement remplaçant au Kazakhstan, a du retard sur le duo.

N'Golo Kante

Crédit: Getty Images

Confiance maintenue en Mbappé ?

Si Deschamps choisit de sécuriser son aile gauche avec Rabiot ou Lemar, il ne reste qu'une place à distribuer à droite pour Kingsley Coman (meilleur joueur offensif face à l'Ukraine), Ousmane Dembélé (meilleur joueur tout court au Kazakhstan), et Kylian Mbappé, cadre de l'équipe mais en difficulté cette semaine. Jongler habilement entre les statuts et la forme du moment, voilà toute la complexité du travail de sélectionneur.

Dembélé décisif et dans l'esprit… contrairement à Mbappé

Jusqu'ici, Deschamps a toujours privilégié ses cadres. Et même si Mbappé fut transparent au Stade de France et égoïste au Kazakhstan, difficile d'imaginer qu'il ne débutera pas en Bosnie d'autant qu'il tiendra là une formidable occasion de se relancer. Dembélé et Coman accepteront beaucoup plus facilement de débuter sur le banc. Le premier tient déjà sa victoire en ayant réintégré le groupe, le second est le 12e homme de ces Bleus depuis un an et demi désormais. Et il n'y a pas, encore, de raison que cela change.
Euro 2020
Les tirs au but, tout sauf une "loterie" : "Mbappé a imité Bolt, c’est un signe de nervosité"
08/07/2021 À 16:47
Euro 2020
Benzema : "Merci d'avoir accueilli mon retour avec autant de bienveillance"
04/07/2021 À 20:24