Hugo Lloris : 5

Vigilant, il a bien géré la profondeur comme sur cette intervention sur Pukki (34e) qui l'a aussi obligé à une horizontale (41e). Hormis un dernier quart d'heure de première période un peu tendu, il a vécu une soirée tranquille.
  • En bref… Attentif.
Qualif. Coupe du monde
L'antisèche : Ce n'était pas gagné mais, heureusement, il y avait les tauliers
16/11/2021 À 22:26

Léo Dubois : 4

Il a démarré avec beaucoup d'envie en tentant de proposer une vraie solution sur le côté droit, notamment en phase offensive. Mais il a été rattrapé par ses limites. Le Lyonnais a fini par perdre beaucoup de ballons vers la demi-heure de jeu et le danger est trop souvent venu de son couloir. Sa vilaine blessure aux ischios achève une soirée pénible.
  • En bref… La comparaison avec Coman n'est pas flatteuse pour le Lyonnais.
Remplacé par

Benjamin Pavard : 5

Il avait mille et une raisons de crever l'écran mais il s'est d'abord compliqué la vie et a ralenti la progression bleue en multipliant les touches de balle. Plus à l'aise quand il a intégré l'axe droit, après l'entrée en jeu de Coman, il a gagné peu à peu en épaisseur au fil des duels gagnés. Une fin de match qui pourra lui faire du bien.
  • En bref… Ce n'est pas encore Byzance mais Pavard est en convalescence.

Jules Koundé : 5

Son début de match propre fut dans la lignée de ses dernières sorties en équipe de France. Le Sévillan n'est pas maladroit dans ses orientations. Il a davantage souffert quand la Finlande a mis le pied sur le ballon et imposé un pressing.
  • En bref… Il prend peu à peu ses marques.
Remplacé par Kingsley Coman (56e), beaucoup moins en jambes que samedi au Parc des Princes. Quelques éclairs mais pas assez constants.

Kylian Mbappé a marqué lors de Finlande - France

Crédit: Getty Images

Kurt Zouma : 6

Très agressif, il a participé aux récupérations très hautes du ballon avant la pause. Souvent bien placé, pas toujours bien inspiré dans des relances précipitées, le défenseur de West Ham a rassuré sur ses interventions et n'a jamais laissé de place aux doutes. Patron d'un soir, il a globalement tenu son rang.
  • En bref… Costaud.

Dayot Upamecano : 6

Dès son début de match, plein de convictions et de tranchant, Upamecano avait pris rendez-vous : cette fois, pas question de passer à côté. A l'image de son retour autoritaire à l'épaule (68e), le défenseur du Bayern a prouvé que Deschamps avait raison de lui maintenir sa confiance. Pas de saute de concentration, un match plein : il était temps.
  • En bref… E-N-F-I-N.
Lucas Digne : 5
Il s'est fait bouger physiquement en défense, notamment en début de seconde période. Alors que Théo Hernandez ne cesse de prendre ses distances, l'ancien Lillois, emprunté dans ses projections, n'a pas vraiment plaidé sa cause malgré un bon décalage pour Benzema (57e). Il se devait de prendre le taureau par les cornes mais il ne l'a pas fait.
  • En bref… Pas assez entreprenant.

Aurélien Tchouaméni : 4,5

Un peu en contretemps dans l'utilisation du ballon, il a mal démarré sa soirée et ne s'est jamais vraiment mis dans le ton malgré quelques bonnes récupérations (29e, 37e). En l'absence de Pogba, on aurait voulu qu'il prenne davantage le match à son compte mais il n'en a pas eu l'occasion.
  • En bref… La plus timide de ses sélections.

Adrien Rabiot : 5,5

Neutre durant la première période, il s'est contenté de coulisser sans prendre ses responsabilités. Une bonne sortie de balle (50e) l'a fait enfin entrer dans son match et il oriente sur Benzema pour l'ouverture du score. Le Turinois a mieux fini son match.
  • En bref… Un diesel.
Remplacé par Jordan Veretout (84e).

Antoine Griezmann : 4

Il a beaucoup cherché Mbappé mais l'a très peu trouvé. Griezmann s'est montré plus efficace dans ses replis défensifs que dans ses décisions offensives à l'image de sa frappe trop enlevée (25e) ou de sa déviation ratée (50e) sur une sortie de balle pourtant prometteuse. Trop discret pour peser sur le destin de la soirée.
  • En bref… Pas un grand automne international pour Griezmann.
Remplacé par Mattéo Guendouzi (68e)

Kylian Mbappé : 8

Quel monstre ! Après une première période où il fut le seul à tenter de secouer le cocotier, le Parisien a enflammé la glaciale soirée. D'abord d'une passe décisive divine pour Benzema avant d'enfoncer le clou tout seul comme un grand. Au bout d'une chevauchée folle, sa frappe de l'intérieur du pied a scellé le sort du match. Mais quelle frappe… On ne s'en est toujours pas remis.
  • En bref… Dans la forme de sa vie en Bleu.

Kylian Mbappé lors de Finlande - France

Crédit: Getty Images

Moussa Diaby : 4

Des bons appels dans le dos pour démarrer la rencontre et puis, plus rien. Poil à gratter lors de ses nombreuses entrées en jeu, il a souffert lors de la petite heure passée sur le terrain face aux grands gabarits finlandais. Il ne s'est jamais sorti de l'étau et a disparu au fil de la rencontre. Une première titularisation très timide.
  • En bref… Des promesses vite envolées.
Remplacé par Karim Benzema (57e), dangereux dès son entrée en jeu. Le game changer du jour a fait basculer la rencontre en marquant sur sa première occasion à l'issue d'une belle combinaison avec Mbappé. Il a apporté du liant et de la vie à une sélection qui paraissait à bout de souffle sans lui.
Equipe de France
Zidane ne ferme pas la porte au PSG... mais vise surtout les Bleus
23/06/2022 À 06:28
Euro 2020
Mbappé reprend Le Graët : "Il considérait qu’il n'y avait pas eu de racisme après l'Euro"
19/06/2022 À 13:22