"La France fonctionne avec le cerveau de Griezmann. Quand Antoine est lucide et dans une bonne forme physique, il n'y a pas au monde un joueur capable de comprendre et d'interpréter le football comme lui. Au-delà du palmarès, il n’y a pas eu de footballeur plus important pour son équipe." Quand Diego Simeone parle d'Antoine Griezmann, il maîtrise plutôt bien le sujet. Le compliment, paru dans France Football, date de 2018 mais trois ans après, il n'a pas pris une ride. Sauf qu'entretemps, le Maconnais a connu sa plus mauvaise période en sélection. A l'Euro, évidemment, et même en cette rentrée morose face à la Bosnie (1-1), puis en Ukraine (1-1).

Les Bleus ont trouvé un duo, que faire avec Mbappé désormais ?

Son sursaut spectaculaire face à la Finlande (2-0) a complètement réveillé les Bleus et cette trêve internationale a rappelé à quel point cette équipe de France était dépendante de l'état de forme tant physique que mental de son patron. Pour être plus clair, et en exagérant à peine le trait, les Bleus ne peuvent pas s'en sortir sans un très bon Antoine Griezmann. Ce qui était vrai en 2018 l'est toujours aujourd'hui et même depuis 2016, date de sa prise de pouvoir en sélection. On a beau tourner le problème dans tous les sens, rien n'y change : ni le retour de Karim Benzema ni la montée en puissance de Kylian Mbappé au PSG. Cette équipe reste celle de Griezmann pour le meilleur mais aussi, parfois comme à Kiev, pour le pire.
Qualif. Coupe du monde
Chantier Mbappé, Tchouaméni, système : Grandes et petites leçons d'une rentrée mouvementée
08/09/2021 À 17:41
Quand un mec parvient à ce que toute une équipe fonctionne autour de son cerveau…
Avec 56 matches consécutifs sous le maillot bleu, il a non seulement distancé le record de Patrick Viera en la matière (44) mais surtout prouvé que Didier Deschamps ne pouvait pas s'en passer. Le sélectionneur n'a aucun équivalent dans son effectif. Parce que Griezmann est à la fois le meilleur buteur, le meilleur passeur, le joueur le plus utilisé, le meneur, le créateur, le premier défenseur, le cerveau et les jambes de cette équipe depuis l'Euro 2016. "Quand un mec parvient à ce que toute une équipe fonctionne autour de son cerveau, cela a une valeur inestimable, poursuivait Simeone dans les colonnes de FF. Il est l’immense joueur dont a besoin une équipe pour être championne."

Antoine Griezmann

Crédit: Getty Images

Troisième meilleur passeur et buteur de l'histoire des Bleus (à dix unités de Thierry Henry), son couronnement n'est plus qu'une question de temps et son poids dans les statistiques est trop lourd pour ne pas considérer qu'il est le personnage le plus important de cette équipe. "S'il y a des exemples à prendre, c'est lui, le défendait son sélectionneur au plus fort de la tempête la semaine dernière (…). Par rapport aux nombres de ballons et aux situations, au prorata, c'est quelqu'un qui a une grande efficacité."

Deschamps : "S’il y avait besoin d’un rappel, on l’a eu"

Système, faux problème

Si le retour de Benzema n'a pas été un problème en soi, puisque le Madrilène s'est fondu à merveille dans le collectif, la façon dont il a diminué l'influence de Griezmann en fut un. C'est précisément cette redistribution des rôles, mal pensée et surtout mal anticipée par le sélectionneur, qui a précipité l'Euro raté de Grizou et donc des Bleus. Le système reste un problème mais secondaire. Bien sûr, sa masterclass face à la Finlande (2-0) a souligné qu'il n'est jamais aussi efficace qu'en soutien de ses attaquants dans un vrai poste de meneur. Mais il l'a été à l'Euro face à la Hongrie, le Portugal et la Suisse sans peser sur les évènements.

Avec le 3-4-3, Deschamps a-t-il enfin trouvé son système ?

Sa complémentarité avec Benzema a longtemps posé question jusqu'à leur symphonie commune de mardi. "Ce sont deux footballeurs qui parlent le même football", s'est félicité Deschamps après la rencontre. Alors pourquoi ont-ils attendu ce dernier rendez-vous de septembre pour s'accorder ? Parce que Griezmann est d'abord dépendant de ce qui se passe autour de lui. Aussi important soit-il, il n'est pas ce joueur capable de tout, tout seul, dans des éclairs de génie individuel. Il dépend autant du collectif que le collectif dépend de lui. Griezmann ne peut pas sortir tout seul du néant une équipe aux abois, une incapacité qui nourrit souvent les critiques à son égard. En revanche, quand le collectif tourne rond, il le magnifie.

Le chantier ? Sa relation à Mbappé

Reste à l'accorder au meilleur soliste de cette équipe de France, Kylian Mbappé. Deschamps doit travailler cette relation entre l'homme de base de son collectif, le baromètre de son équipe et sa meilleure individualité, celle dont il ne peut évidemment pas se passer. Le Parisien et le Madrilène ne parlent pas toujours le même football et leurs relations varient entre le tiède et le frais. Mais l'avenir des Bleus à court, moyen et long terme (Griezmann n'a que 30 ans) passe par eux. Voilà le chantier principal des champions du monde jusqu'au Qatar.
Qualif. Coupe du monde
"Je préfère que Kylian soit là, il n’y a pas photo" : Deschamps n’imagine pas la vie sans Mbappé
07/09/2021 À 22:39
Qualif. Coupe du monde
Avec le 3-4-3, Deschamps a-t-il enfin trouvé son système ?
07/09/2021 À 22:36