L'Italie n'a pas fait ce qu'elle souhaitait chez son voisin suisse. Dans un Parc Saint-Jacques à guichets fermés, le champion d'Europe en titre a dû partager les points avec une équipe nationale helvète valeureuse et menaçante (0-0). Pour sa première sur le banc de la Nati, Murat Yakın a démarré son aventure de manière assez convaincante en mettant à mal le collectif transalpin, surtout en fin de partie. De son côté, Roberto Mancini repart avec la mine des mauvais jours : malgré son record de 36 matchs consécutifs sans défaite - performance du Brésil entre 1993 et 1996 égalé-, l'Italie reste encore dans le viseur de son adversaire du soir, deuxième à quatre points de la Nazionale avec deux matchs en moins. Non, la qualification pour le Qatar n'est pas encore acquise pour la Squadra Azzura.
Le film du match
Au moment du coup de sifflet final, il y avait pourtant de quoi se rendre compte de la performance réalisée par les Transalpins. Grâce à ce résultat nul, l’Italie a égalé le record d’invincibilité du Brésil (36 matches sans défaite). Oui mais voilà, l’essentiel était bien ailleurs pour Roberto Mancini, désireux de repartir de Suisse avec la victoire en poche. Pourtant, tout avait bien démarré lorsque Domenico Berardi, lancé à pleine vitesse, se retrouvait seul face à Yann Sommer à la suite d’un contre éclair. C’était compter sans l’assurance du portier suisse pour remporter ce premier duel (19e).
Ligue des Nations - Finales
Un dimanche de consolante pour l'Italie
10/10/2021 À 14:54

Le Qatar est encore loin pour l'Italie

Tout le long du match, Sommer a écoeuré les Italiens grâce à des arrêts décisifs. Sur dix tirs, sept d’entre eux étaient cadrés et Sommer a sorti le grand jeu pour tout bloquer. Que ce soit sur une nouvelle frappe de Berardi (23e), les nombreuses tentatives de Lorenzo Insigne (35e, 45e, 73e) ou même un penalty bloqué devant Jorginho (53e), le gardien de but du Borussia Mönchengladbach a été le grand artisan du match nul obtenu par la Suisse.
Mais le constat ne s’est pas arrêté là. Au-delà de son excellente assise défensive, la Suisse a également donné des sueurs froides au favori italien grâce à son attaque incisive, notamment le jeu aérien de Manuel Akanji (42e) ou les frappes cadrées de Denis Zakaria (84e, 85e). De quoi démontrer que la Suisse n’était pas arrivée en quart de finale du dernier Euro pour rien. De son côté, l’Italie s’en est rendue compte : le chemin jusqu’au Qatar ne sera pas une promenade de santé…
Ligue des Nations - Finales
L’Italie de retour sur terre, la Belgique sonnée : qui va se remobiliser ?
09/10/2021 À 21:31
Ligue des Nations - Finales
Deux atouts en moins : La Belgique sans Lukaku ni Hazard contre l'Italie
09/10/2021 À 17:01