Steve Mandanda : 5

Pas de parade ni d’arrêt spectaculaire mais de bonnes prises de balle et des anticipations toujours justes. Mandanda a rassuré sur ses interventions et propagé de la sérénité.
En bref… Son match conclut un intérim efficace en l’absence de Lloris.
Liga
Benzema : "Je me trouve au max. Il me manque juste des trophées"
15/01/2022 À 07:50

Léo Dubois : 6

Sa soirée a bien failli tourner au vinaigre après une entame ratée avec des centres mal négociés. Mais Dubois a du caractère et de la suite dans les idées. Et c’est tout seul, comme un grand, qu’il s’est battu pour offrir une passe décisive à Griezmann. Il a gagné en confiance au fil de la rencontre et a géré son couloir avec autorité.
En bref… En quatre sélections, il a pris une avance sans doute décisive sur la concurrence en doublure de Pavard.
Remplacé par Benjamin Pavard (89e).

Raphaël Varane : 6

Hyper agressif dès le coup d’envoi, il a harcelé les Albanais dans leur camp et permis à son bloc de presser très haut. Grâce à l’autorité de Varane, les Bleus ont passé une soirée sans sueur froide. S’il n’a pas l’habitude de jouer à trois derrière au Real, son intelligence et son sang-froid lui ont permis d’aborder cette nouvelle configuration dans un fauteuil.
En bref… Le Varane qu’on aime.

Clément Lenglet : 6

Précieux en couverture, il a assuré le coup quand les Albanais ont réussi à prendre la profondeur. Dernière lame efficace, Lenglet a joué les anges gardiens à l’image de ce contre sur Manaj sur la plus dangereuse action albanaise. Absolument seul à trois mètres du but sur un corner, il a raté l’immanquable mais les jeux étaient déjà faits.
En bref… Une petite bourde jeudi mais une belle année pour la révélation 2019 des Bleus.

Presnel Kimpembe : 7

Les Bleus ont retrouvé le Kimpembe agressif, le bouledogue qui mord les mollets adverses sur chaque incursion. Flanqué d’un Mendy peu consciencieux sur son repli, il a écopé avec succès alors que les Albanais ont insisté dans sa zone. Il n’a jamais hésité à dépasser ses fonctions en apportant du surnombre devant et il est à l’origine du second but après un joli renversement. Le Parisien doit simplement se canaliser sur quelques interventions parfois à la limite (75e).
En bref… Il confirme en sélection sa saison séduisante à Paris.

Kimpembe face à l'Albanie

Crédit: Getty Images

Benjamin Mendy : 5

Cette défense à cinq a parfaitement mis en valeur ses qualités offensives et, avant la pause, il a su s’engouffrer dans le dos de la défense albanaise. Très généreux dans ses courses vers l’avant, il l’a payé sur ses replis. Soit le Mancunien a accusé du retard sur son adversaire direct (23e, 56e) soit il a mal géré ce qui se passait dans son dos.
En bref… Généreux devant, inquiétant derrière : Mendy n’a pas changé.
Remplacé par Lucas Digne (75e).

Moussa Sissoko : 5

Il a apporté de la densité physique et contribué à asphyxier les Albanais en tuant dans l’œuf bon nombre de leurs projections. Mais Sissoko a aussi connu quelques difficultés dans l’utilisation du ballon. Sa force réside aussi dans sa percussion mais il fut bien timide ce dimanche.
En bref… Moins saignant que d’habitude.

Corentin Tolisso : 7

Hormis une perte de balle enquiquinante devant sa défense (27e), Corentin Tolisso a livré une prestation dense en sélection, une première depuis son retour de blessure. Au-delà de son ouverture du score sur une tête vicieuse, le Munichois a choisi des options plus offensives et audacieuses à l’image de cette superbe transversale pour Dubois (38e). Plus vertical dans ses initiatives, il a davantage pesé sur les débats.
En bref… Voilà un an et demi qu’on ne l’avait pas vu aussi utile en sélection.

Antoine Griezmann : 8

Un fantastique récital. Trois jours après un match raté face à la Moldavie, Antoine Griezmann a repris sa routine en équipe de France. Ce dimanche, il a marché sur l’eau. Il a d’abord déposé son coup franc sur la tête de Tolisso sur l’ouverture du score. Omniprésent aux quatre coins du terrain, il a inscrit son premier but depuis juin d’une jolie reprise. Sans la maladresse de Lenglet (40e) ou un exploit de Berisha devant Giroud (52e), il aurait trois caviars de plus au compteur. Et que dire de ce sprint de 30 mètres après avoir tiré un corner pour récupérer la balle et offrir une balle de but à Giroud qui a échoué sur le poteau (73e) ? Dans un jour comme celui-ci, il est injouable.
En bref… Un match à l’image de son année bleue : flamboyante.

Wissam Ben Yedder : 4

Comme face à Andorre, il n’a pas pesé sur les débats. Il a bien tenté de combiner avec Griezmann mais n’est jamais allé au bout de son idée. Pourtant, son association avec Giroud semblait prometteuse mais il n’a jamais enclenché de mouvement comme il le fait si bien avec Slimani dans son club. Il souffre de la comparaison avec ceux qui l’entourent et il n’a clairement pas marqué de point en vue de l’Euro.
En bref… Deux matches ratés en un mois, WBY a peut-être laissé passer sa chance.
Remplacé par Nabil Fekir (85e).

Olivier Giroud : 5,5

Son entente avec Antoine Griezmann est toujours aussi utile. Le Barcelonais lui a offert deux balles de but mais Girouda buté sur Berisha (52e) puis sur le poteau (73e). Il lui a juste manqué la réussite pour récompenser une grosse activité offensive et défensive.
En bref… Utile à défaut d’être efficace.
Equipe de France
Le Graët ouvre la porte des Bleus à Zidane : "Tout le monde y pense pour l'après-Deschamps"
30/11/2021 À 17:16
Les grands récits
Aimé Jacquet, quatre ans pour une étoile
25/11/2021 À 22:53