Eurosport

Et si ces quatre-là étaient faits pour durer ?

Et si ces quatre-là étaient faits pour durer ?

Le 09/09/2019 à 19:04Mis à jour Le 09/09/2019 à 20:37

QUALIFICATION EURO – Pour la première fois depuis un an, Didier Deschamps a fait confiance à sa défense type. Le retour de Lucas Hernandez et l'ascendant de Clément Lenglet sur Samuel Umtiti dessine un quatuor parti pour durer un bon moment sous le maillot bleu.

Kurt Zouma, Presnel Kimpembe, Samuel Umtiti, Leo Dubois, Ferland Mendy, Lucas Digne, Laywin Kurzawa, Mamadou Sakho, Adil Rami : depuis un an et les matches de rentrée post-Russie, la France n'a jamais aligné la même défense. Au gré des nombreux forfaits (Umtiti et Hernandez en tête), Didier Deschamps n'a jamais pu installer un quatuor. Pour la première fois en un an, le sélectionneur a aligné face à l'Albanie un quatuor qui ressemble à sa formule préférentielle. Voici pourquoi.

Vidéo - "Un match capital pour résoudre un problème éternel de Deschamps : la faiblesse de son banc"

02:54

Benjamin Pavard

Depuis France-Australie, premier match de la Coupe du monde, Pavard est bien installé dans son couloir et personne n'a remis en cause son statut. Mais, des quatre défenseurs titulaires ce samedi, il est peut-être celui dont la place est la plus incertaine aujourd'hui. Parce qu'en club comme en sélection, le héros de Kazan a connu beaucoup de remous. Et pour la première fois depuis la Coupe du monde, un vrai concurrent se dégage à son poste.

Son transfert à Lyon, ses bonnes performances dans un club "Ligue des champions" mais aussi en sélection (Andorre et Bolivie) : Léo Dubois apporte enfin une alternative à Benjamin Pavard, auteur de débuts hésitants au Bayern. Mais samedi, face à l'Albanie, le Munichois a assuré là où il faut : en défense. Rassurant dans ses interventions, notamment dans les airs, il lui reste à signer un match référence dans ce domaine en sélection face à une grosse nation pour définitivement s'imposer comme un incontournable.

Benjamin Pavard (France)

Benjamin Pavard (France)Getty Images

Raphaël Varane

Le patron, l'incontournable, l'insubmersible. Appelez-le comme vous voulez mais s'il faut chercher le point de référence de la défense bleue, personne n'est mieux placé que Varane. Au-delà de ses états de service en équipe de France, le plus gigantesque palmarès du foot français (derrière son sélectionneur tout de même) a atteint ce seuil après lequel il courait depuis plusieurs saisons en sélection.

La Coupe du monde, qu'il a traversée sur un nuage, l'a installé comme un patron du onze. Aujourd'hui, plus personne ne le remet en cause. Qu'on le flanque d'Umtiti, Lenglet ou Kimpembe, Varane reste imperturbable. Et sa prestation fantastique face à l'Albanie rappelle qu'il peut aussi rendre de sacrés services dans la construction, sa dernière limite en Bleu jusqu'ici. Avec lui, pas de débat possible : à 26 ans, son règne est très loin de s'achever.

Clément Lenglet

La promotion express. Clément Lenglet, 24 ans, est arrivé sur la pointe des pieds en mars dernier à Clairefontaine. Deux rassemblements plus tard, il est installé dans le onze et sans doute pour longtemps. D'abord parce qu'il dégage une sérénité folle sur le terrain du haut de ses deux sélections. Ensuite parce qu'il a grillé la politesse à Samuel Umtiti au FC Barcelone. Enfin parce que le physique de l'ancien Lyonnais, encore forfait face à Andorre à cause d'un hématome au pied droit, fait de plus en plus douter de sa fiabilité. On pensait Umtiti intouchable, il est désormais clairement la deuxième voire la troisième option aux côtés de Varane.

Lenglet, malgré son erreur en fin de match face à l'Albanie, a eu les félicitations du patron, Raphaël Varane : "C'était la première fois qu'on jouait ensemble et ça a été facile au niveau de l'entente, des déplacements, de la complémentarité", a jugé le Madrilène. Clément est très intelligent, très attentif sur son positionnement et c'est un excellent relanceur." Titulaire au Barça, il a pris la même trajectoire en équipe de France. Lenglet est le seul nouveau à s'être imposé dans le onze type depuis la Coupe du monde. Sans doute pour un bon moment.

Vidéo - Bleus - Varane : "Avec Lenglet, l'entente a été facile"

01:25

Lucas Hernandez

Il fallait le voir revenir pour comprendre à quel point il avait manqué aux Bleus. Lucas Digne et Ferland Mendy ont assuré un intérim plus que correct. Mais c'est un gouffre qui sépare le duo du patron. Un penalty provoqué, une passe décisive, une activité phénoménale : le meilleur arrière gauche de la Coupe du monde 2018 est digne de son nouveau statut.

S'il joue dans l'axe au Bayern Munich, il a l'intelligence et le coffre pour rester la référence dans son couloir et repousser la concurrence, pourtant plus nombreuse qu'à droite, à des années-lumière. Seules les blessures peuvent désormais entraver sa carrière internationale. Mais un Hernandez à 100% de ses moyens physiques est incontestablement le patron du couloir gauche.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0