Getty Images

Fatigue, synthétique, 1999 : les Bleus ont des raisons de se méfier

Fatigue, synthétique, 1999 : les Bleus ont des raisons de se méfier

Le 10/06/2019 à 23:51Mis à jour Le 11/06/2019 à 16:44

QUALIFICATIONS EURO 2020 - L'équipe de France doit se reprendre après son non-match contre la Turquie (2-0). Face à une faible équipe d'Andorre, les Bleus sont archi-favoris. Mais leur dernière sortie a laissé quelques doutes et ils devront surtout gérer le contexte d'un match sur synthétique pour s'éviter de galérer comme en 1999.

Une simple formalité avant les vacances. Ça, c'était le plan initial. Depuis samedi, ce match contre Andorre a changé un peu d'aspect. La faute à ce naufrage tricolore en Turquie (2-0). Face aux Turcs, les Bleus ont été méconnaissables. Et ont concédé une défaite sans contestation, sans le moindre tir cadré aussi. Trois jours plus tard, les champions du monde sont donc attendus au tournant dans une rencontre qui a pris de plus en plus l’apparence d'un traquenard à éviter.

Sur le papier, il n'y a pourtant pas de quoi avoir peur. Les champions du monde doivent dérouler contre une faible équipe d'Andorre, composée quasi-exclusivement de joueurs amateurs. La 134e nation au classement FIFA ressemble à la victime idéale pour rebondir, elle qui n'a toujours pas marqué le moindre but dans ces qualifications pour l'Euro en trois matches conclus par trois… défaites. Antoine Griezmann, Kylian Mbappé, Paul Pogba and co ne jouent tout simplement pas dans la même catégorie. Mais ils ont intérêt à rester sur leurs gardes.

Vidéo - "La mauvaise caricature de Mbappé quand il estime que tout doit passer par lui"

01:13

En Turquie, les doutes se sont immiscés sur l'état de forme des Bleus. Une longue saison post-Mondial est passée par là. Et certains ont semblé manquer de jus mais aussi d’inspiration à Konya. "On est tous fatigués mais eux aussi, ils ont eu une saison, peut-être moins de matches que certains d'entre nous mais on ne va pas se voiler la face. On a été mauvais, il ne faut pas se trouver d'excuse", a cependant lancé Benjamin Pavard après le match samedi. Il n'empêche, les Tricolores ont été trop fantomatiques en Turquie pour se présenter sereinement trois jours plus tard.

Terrain synthétique et 1999 en tête

Une réaction de champion est désormais attendue. C'est une question d'honneur. Mais aussi de classement maintenant. Après son succès de ce week-end, la Turquie compte en effet trois points d'avance sur les Bleus. Tout faux pas face à une nation du niveau d'Andorre est encore plus interdit pour rester dans le sillage des Turcs et devant l’Islande. Pour cela, les Bleus doivent retrouver leurs valeurs collectives, leur créativité et leur capacité à frapper. Mais les champions du monde vont aussi devoir faire fi du contexte. Se déplacer sur la pelouse d'Andorre sort de l'ordinaire. Et il va falloir gérer cela.

Vidéo - Juin a souvent fait des victimes, qui fera les frais du naufrage de Konya ?

02:26

Les champions du monde vont en effet jouer dans le stade d'Andorre-la-Vieille. Une enceinte de 3.300 places au cœur des montagnes pyrénéennes. Après la chaleur de Konya, ils vont se retrouver à évoluer dans la fraicheur des Pyrénées où il devrait faire moins de 5°C. Surtout, c'est une pelouse… synthétique qui les attend. Un terrain dont l'état fait régulièrement débat. Et qu'il faudra prendre en compte à l'issue de cette longue saison. Un joueur comme Samuel Umtiti, régulièrement embêté par son genou, pourrait ainsi passer son tour alors qu'à l'inverse les qualités de Wissam Ben Yedder pourraient s'avérer précieuses devant.

S'il va opérer quelques changements à son onze - notamment en défense -, Didier Deschamps aura en tout cas un exemple concret à raconter à ses Bleus pour les mettre en alerte. En 1999 à Barcelone, les champions du monde 1998 s'étaient déplacés pour jouer Andorre en juin. C'était quelques jours après une première défaite dans les qualifications pour l'Euro 2000 face à la Russie (2-3). Et Didier Deschamps - laissé au repos tout comme Zinedine Zidane, Laurent Blanc ou encore Lilian Thuram - avait vu ses coéquipiers lutter contre une équipe regroupée en défense pour arracher un succès poussif sur un penalty de Franck Leboeuf à la 86e minute… Vingt ans plus tard, les champions du monde 2018 feraient bien de s'en souvenir. Pour partir en vacances sur une formalité, comme prévu initialement.

Kylian Mbappé

Kylian MbappéGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0