Getty Images

L'antisèche : Deschamps n’a pas fait le voyage pour rien

L'antisèche : Deschamps n’a pas fait le voyage pour rien

Le 17/11/2019 à 23:35Mis à jour Le 18/11/2019 à 08:34

EURO 2020 – Dans un nouveau système, l'équipe de France a signé une dernière victoire en Albanie (0-2) pour conclure les qualifications pour l'Euro 2020 et l'année 2019. Entre la défense à trois inédite et quelques joueurs qui ont profité de l'occasion pour se montrer sous leur meilleur jour, ce match a de quoi donner quelques idées à Didier Deschamps.

Le jeu : Un 3-4-1-2 en maitrise

Dans un 3-4-1-2 atypique et que l’on n’avait plus vu chez les Bleus depuis quinze ans, la France a contrôlé son match. Concentrés et appliqués, les Bleus ont signé une première période tout en maîtrise, contrôlant le tempo et imposant leur supériorité technique. Les champions du monde ont certes connu un petit coup de moins bien au retour des vestiaires - ils ont reculé un peu trop pendant quelques minutes -, ils n'ont pas tremblé en laissant peu d'espace aux Albanais. Dans l'ensemble et dans le sillage d'Antoine Griezmann, ils ont même rendu une copie aboutie, histoire de finir l'année sur une bonne note.

Les joueurs : Griezmann en pleine lumière, Ben Yedder dans l'ombre

Quand Antoine Griezmann est dans cette forme-là, c'est quand même autre chose. Très libre derrière les deux attaquants, Grizou a été un chef d'orchestre d'exception. Jouant juste, il a orienté le jeu et multiplié les caviars à ses coéquipiers. Passeur décisif sur le premier but, buteur sur le second et omniprésent sur presque toutes les occasions des Bleus, il a régalé. Tranchant et jouant vers l'avant, Corentin Tolisso a aussi été en vue au cœur du jeu alors que Presnel Kimpembe s'est montré sous son meilleur jour dans cette défense à trois. Un bémol toutefois dans cette soirée ? Wissam Ben Yedder. Transparent, le Monégasque n'a encore une fois pas saisi l'occasion alors qu'il était titulaire.

La stat : 7

Antoine Griezmann n'avait pas marqué depuis longtemps avec les Bleus. Depuis juin et une rencontre face à la Bolivie, soit sept matches exactement. Alors bien sûr, il avait su être décisif en délivrant quelques passes décisives durant cette disette. Mais on est tout de même content de le voir mettre un terme à cette série en retrouvant le chemin des buts pour conclure cette année en sélection.

Le tweet qui rappelle le parcours d'exception de Deschamps avec les Bleus

La décla : Corentin Tolisso (au micro de TF1)

"Je m'étais dit qu'il fallait que je donne tout sur une course, sur une trajectoire, pour marquer. Et voilà, ça a payé. Je suis content. J'avais besoin d'un match référence en Bleu, surtout depuis ma blessure (ligaments croisés). Il faut un peu de temps pour revenir. Je suis content d'avoir pu aider l'équipe. Il faut encore continuer à travailler."

Corentin Tolisso

Corentin TolissoGetty Images

La question : Pourquoi Didier Deschamps revient avec quelques cartes possibles en plus dans sa manche ?

Ce n'était pas un coup pour rien. Si les Bleus avaient déjà leur qualification en poche, ils ont su assurer la première place du groupe pour s'éviter un dangereux chapeau 3 lors du tirage au sort de l'Euro 2020. Mais surtout, Didier Deschamps revient de Tirana avec quelques enseignements qui pourraient lui servir dans quelques mois. C'est une histoire de système et d'hommes. Pour sa 100e sur le banc des Bleus, le patron des champions du monde a en effet tenté une défense à 3, une première dans son mandat. Et si la qualité de l'adversaire n'aide pas forcément à juger, les Français ont montré des choses intéressantes dans ce schéma, notamment en première période.

Alors qu’ils avaient signé trois dernières prestations indigestes, leur maîtrise, leur occupation de l'espace et leur sérénité sont des points positifs à mettre au crédit de ce nouveau système. Même si on ne le voit pas changer de son schéma préférentiel pour l'Euro surtout quand tous ses cadres seront de retour, cela peut être une carte en plus dans la manche de Deschamps. Il faudrait cependant revoir ce système face à une autre opposition pour se faire une idée claire sur la question.

Les autres leçons positives ? Il faut aller les chercher du côté des joueurs. Et certains en ont profité pour sortir la tête de l'eau. Au milieu, Corentin Tolisso a ainsi montré son meilleur visage en sélection, ce qu’il n’avait plus fait depuis la préparation au Mondial 2018. Presnel Kimpembe a lui aussi marqué des points dans cette défense à trois. Et Léo Dubois n'a pas démérité dans son couloir droit. Pas de quoi bouleverser la hiérarchie bien sûr. Mais ce sont quelques signaux positifs pour Didier Deschamps pour finir cette année 2019. Le genre de détails qui n'en sont pas. Et sont toujours bon à prendre.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0