Getty Images

L'antisèche : Un peu de discipline et tout s'illumine

L'antisèche : Un peu de discipline et tout s'illumine

Le 15/11/2019 à 00:22Mis à jour Le 15/11/2019 à 08:45

QUALIFICATIONS EURO 2020 - L'équipe de France a joué un match inégal pour venir à bout de la Moldavie (2-1) jeudi au Stade de France. Elle a vécu au rythme de son quatuor Mbappé-Griezmann-Coman-Giroud, trop brouillon en première période et bien plus mobile et discipliné à la reprise pour pousser les Bleus vers la victoire. Notre antisèche.

Le jeu : Docteur Jekyll et Mr Hyde

Il y a eu deux équipes de France. Celle de la première période, extrêmement frustrante tant cet orchestre ultra-talentueux a été incapable de s'accorder. Sans mouvement, sans discipline tactique, les Bleus ont été incapables d'exploiter les atouts du carré offensif constitué par Kylian Mbappé, Antoine Griezmann, Kingsley Coman et Olivier Giroud. Piégés en sur une erreur individuelle de Clément Lenglet, ils ont été heureux de revenir au score sur un but litigieux. C'était bien mieux après la reprise. Enfin cohérents et surtout plus mobiles, les Tricolores ont pilonné le but moldave. S'ils n'ont inscrit qu'un but, les Français auraient pu s'imposer plus largement avec un peu plus de réalisme.

Vidéo - "Une des pires premières périodes des Bleus et pourtant..."

01:41

Les joueurs : Digne à plein régime

C'est peut-être la principale satisfaction tricolore avec Raphaël Varane, impérial derrière et décisif avec l'égalisation. Mais Lucas Digne a lui aussi eu le mérite de livrer un match plein sur les deux périodes. Très actif sur son côté gauche, le latéral français a été récompensé en obtenant le penalty de la victoire. Clément Lenglet a été fébrile au-delà de son erreur sur le but moldave. Pour le reste, c'était très inégal à l'image d'Antoine Griezmann, malgré un léger mieux après la pause. Mais l'attaquant du Barça a connu beaucoup de déchet technique. Il n'était pas le seul.

Vidéo - "La leçon de cette année 2019 ? Les Bleus ne sont pas grand chose sans un grand Griezmann"

01:38

Le facteur X : Giroud a échappé à la patrouille

L'égalisation tricolore a été à l'image du match des Bleus : brouillonne. Et largement discutable. Si sa prise de balle n'était pas très nette sur le coup franc d'Antoine Griezmann, Alexei Koselev aussi été bousculé par Olivier Giroud, qui reculait sur lui pour tenter de jouer le ballon. Le gardien moldave, déstabilisé, a ainsi remis le cuir sur le crâne de Raphaël Varane qui n'a plus eu qu'à le catapulter au fond des filets. Mais Giroud aurait certainement dû être sanctionné pour sa charge sur le gardien.

Vidéo - "Même maladroit, Giroud est indispensable aux Bleus"

01:57

La stat : 6

Deux buts sur coups de pied arrêtés. C'est ce qui a permis aux Français de s'imposer devant la Moldavie. Ce n'est pas une première. Les six dernières réalisations tricolores ont été inscrites sur ce type de phases de jeu. Ces coups de pied arrêtés sont souvent présentés comme une lacune des Français sur le plan défensif. Mais c'est aussi devenu un atout dans le domaine offensif.

Le penalty tranformé par Olivier Giroud face à la Moldavie

Le penalty tranformé par Olivier Giroud face à la MoldavieGetty Images

Le tweet habituel

La décla : Antoine Griezmann (attaquant de la France)

" Le coach nous a boostés à la mi-temps, mais cela s'est vu qu'on n'était pas bien sur le dernier geste. On ne peut retenir que la victoire."

La question : Le quatuor Mbappé-Griezmann-Coman-Giroud a-t-il un avenir chez les Bleus ?

On attendait un feu d'artifice, on a longtemps eu l'impression d'un pétard mouillé. C'était certainement prévisible. Aligner Kylian Mbappé, Kingsley Coman, Antoine Griezmann et Olivier Giroud, c'est une chose. Les faire jouer ensemble, c'en est une autre. La difficulté de l'affaire était criante en première période, où les quatre éléments offensifs français n'ont jamais donné la pleine mesure de leur talent. Il a manqué beaucoup de choses, mais surtout de la discipline tactique. Chacun faisait un peu ce qu'il voulait où il voulait. Mais jamais ce qu'il fallait au bon endroit.

La pause a permis à Deschamps de ramener cette discipline. Et tout s'est illuminé. On a pu mesurer enfin tout le potentiel de cette attaque. Car chacun était dans son rôle, et les zones de jeu étaient bien mieux réparties qu'en première période, durant laquelle les attaquant français se sont marchés dessus. Griezmann a enfin pu prendre un peu le jeu à son compte, Coman n'a plus eu cet embouteillage devant lui et sa capacité d'élimination s'en est ressentie. Surtout parce que Mbappé a davantage tenu le couloir droit. Tout cela a permis d'aérer le jeu dans la largeur et la profondeur.

L'expérience a eu du bon. Elle a permis de voir le potentiel de ce quatuor et ses limites. C'est une arme redoutable à la disposition de Deschamps. Mais le sélectionneur a pu mesurer à quel point cette configuration pouvait déséquilibrer son collectif. L'occasion faisait le larron. C'était face à la Moldavie, même si cette équipe a montré bien plus de vertus défensives à Saint-Denis que sur l'ensemble de sa campagne de qualification. C'était surtout sans Blaise Matuidi. C'est aussi son absence qui a justifié la titularisation d'un quatrième attaquant. Et le bilan global de ce quatuor laisse penser que le Turinois a des chances de retrouver son poste quand il sera de retour.

Didier Deschamps - France

Didier Deschamps - FranceGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0