Qu'il semble loin le temps des stades à guichet fermé et des chaudes ambiances les soirs de Ligue 1. Si le huis clos, ou presque, est désormais la règle en France, cela devrait encore être le cas quelques semaines. Jean Castex a en effet annoncé ce mardi qu'il prolongeait l'interdiction des évènements de plus de 5000 personnes jusqu'au 30 octobre.

Le Premier Ministre, en déplacement à Montpellier, en a profité pour faire part de son inquiétude devant la reprise de l'épidémie du coronavirus en France. Il a également précisé que les préfets garderont la "possibilité d'y déroger avec la vérification du strict respect des consignes sanitaires". De quoi laisser un petit espoir aux clubs et aux stades voulant accueillir plus de 5000 personnes dans les prochaines semaines.

Football
5e j. - Tuchel : "Si on peut marquer 8 buts, il faut les mettre"
IL Y A 37 MINUTES

Le chef du gouvernement a également indiqué qu'il voulait "étendre le plus possible l'obligation du port du masque dans l'espace public", tout en lançant un avertissement aux Francais face au regain de l'épidémie ces derniers jours.

La LFP espère des dérogations

De son côté, la Ligue de football a élaboré un protocole sanitaire d'accueil du public validé par les autorités, a déclaré mardi Didier Quillot, directeur général exécutif de la LFP, disant espérer des dérogations préfectorales pour aller au-delà de la jauge maximale de 5.000 personnes.

"Je renouvelle le souhait d'avoir un maximum de personnes dans les stades", a déclaré Didier Quillot dans une déclaration transmise à l'AFP. "Le protocole sanitaire qui a été validé par le CIC permettra l'accueil du public dans les stades, et aux clubs de demander des dérogations aux préfets pour dépasser la jauge des 5.000 personnes dans le strict respect de ce protocole sanitaire", a-t-il ajouté.

Illogique

"On continue à regretter (cette décision), on estime qu'une jauge de 5.000 par rapport à un stade de 6.000 (places), ce n'est pas pareil qu'une jauge de 5.000 dans un stade de 80.000", a réagi auprès de l'AFP Bernard Caïazzo, président du syndicat de clubs Première Ligue et président du conseil de surveillance de l'AS Saint-Etienne.

"Cela nous paraît tout à fait illogique. Bien sûr, il y a des dérogations possibles du préfet, mais cela aurait été tellement plus logique d'avoir un pourcentage de la capacité du stade (...) On est de bons soldats, mais on a parfois du mal à comprendre", a-t-il ajouté, rappelant que ces manques à gagner en terme de billetterie représentent "des préjudices économiques indiscutables" pour les clubs.

Avec AFP

Football
5e j. - Tuchel : "L'attente était trop longue pour Icardi"
IL Y A 37 MINUTES
Football
5e j. - Dia : "Si on revient à 1-1..."
IL Y A UNE HEURE