Getty Images

Van Persie favorable au projet de BeNeLeague

Van Persie favorable au projet de BeNeLeague

Le 20/03/2020 à 16:15Mis à jour Le 20/03/2020 à 22:44

Dans les cartons depuis quelques années déjà, le projet de BeNeLeague a reçu un nouveau soutien de poids en la personne de Robin van Persie, le meilleur buteur des Oranje.

La BeNeLeague fait encore parler d’elle. Aubaine pour les uns, catastrophe pour les autres, ce projet de championnat néerlando-belge qui réunirait dix équipes néerlandaises et huit clubs belges, divise autant qu’il souhaite rassembler. Dans un entretien accordé à un partenaire de la sélection néerlandaise, Robin van Persie a, lui, apporté son soutien au projet.

Compétitivité, proximité, cultures proches ; l’ancien buteur d’Arsenal, de Manchester United et de Feyenoord voit beaucoup d’avantages à la création de la BeNeLeague. "Tout le monde veut jouer le plus de matchs possibles, surtout à un haut niveau. C’est ce qui rend une équipe meilleure. Aux Pays-Bas, les grosses équipes jouent parfois contre des équipes plus modestes. Alors, pourquoi ne pas les remplacer par des cadors belges comme Anderlecht, La Gantoise ou Genk ? Ce serait bien pour les deux championnats. Les deux pays sont proches et les voyages sont limités, donc oui, c’est une bonne idée", a notamment déclaré van Persie.

Robin van Persie à l'occasion de son dernier match avec Feyenoord.

Robin van Persie à l'occasion de son dernier match avec Feyenoord.Imago

"Une culture du football jetée par-dessus bord" ; les supporters pas d'accord

Si l’heure est encore aux discussions et aux réflexions concernant les bienfaits de la compétition transfrontalière, les supporters des deux pays se sont déjà montrés très critiques envers la BeNeLeague. "Nous ne sommes pas enthousiastes", avait déclaré Matthijs Keuning, le président du Supporterscollectied Nederland, association qui rassemble une grande majorité des supporters hollandais. "Notre culture du football est jetée par-dessus bord dans une telle fusion. L'Eredivisie a l'image d'un championnat avec un football attractif et de bons joueurs. (…) Nous ne comprenons vraiment pas qu'on puisse jeter cette image par-dessus bord en fusionnant avec la Belgique, où la compétition a une image différente à cause de la corruption et à d'autres choses folles."

Avant de rajouter que les récents projets de championnats transfrontaliers dans les autres sports s'étaient tous soldés par des échecs. Même son de cloche au plat pays où les supporters sont très inquiets par rapport aux mesures de sécurité. En Belgique, comme aux Pays-Bas, le débat de la BeNeLeague n’est pas près de trouver son épilogue.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313