A l'Inter, la saison est loin d'être terminée. Car après la victoire des Nerazzurri face à l'Atalanta (0-2) lors de la dernière journée de Serie A, samedi soir, Antonio Conte a jeté un grand flou sur son avenir. L'entraîneur du club milanais s'en est ouvertement pris à sa direction, qu'il accuse de ne pas être suffisamment protectrice.
"Ni mon travail ni celui des joueurs n'ont été reconnus, je n'ai pas trouvé de protection de la part du club, a-t-il lâché au micro de DAZN puis de Sky Sport. Si vous voulez réduire l'écart avec la Juventus, vous devez être fort sur le terrain mais surtout en dehors." Cette saison, l'Inter s'est installée au 2e rang de Serie A, son meilleur classement depuis 2011.
Liga
Laporta sur la Super Ligue : "Le projet est toujours vivant"
IL Y A 43 MINUTES
Samedi soir, Conte a longuement défendu son bilan, même si son équipe n'a pu tenir le rythme imposé par la Juve, malgré un excellent début de saison. "Nous devrons parler au président qui est en Chine en ce moment, a ajouté le technicien de 51 ans. Je n'aime pas que les gens prennent le train en marche maintenant, nous devons être là pour les bons et les mauvais moments et cela n'est pas arrivé à l'Inter. Je pense que, si vous êtes faible, il est difficile de protéger votre équipe et votre entraîneur."

Un départ de Conte ? Pas si vite

Conte, qui a également pointé le manque de profondeur de son effectif, a bouclé sa diatribe par une réflexion très énigmatique : "Nous aurons du temps pour que tout le monde fasse le bilan, a-t-il confié. Ce fut une année très intense, surtout pour moi personnellement. Cela n'a pas été facile." Une belle manière de mettre la pression sur ses dirigeants, notamment en vue du mercato.
Car l'entraîneur est en position de force. Au-delà de ses résultats encourageants, il bénéficie aussi du soutien de son vestiaire, d'une aura rendant son club plus attractif sur le marché, et d'une situation contractuelle confortable. Son bail, expirant en 2022, est assorti d'un salaire très important – la presse italienne l'estime à 11 millions d'euros. De quoi rendre un éventuel licenciement très coûteux. Ce mercredi, l'Inter va disputer son huitième de finale retour de Ligue Europa face à Getafe. Le club a trois jours pour le préparer. Et va devoir le faire dans un climat particulièrement lourd.

Antonio Conte lors d'Inter - Naples

Crédit: Getty Images

Euro 2020
A force, les Bleus n'ont plus le droit d'être surpris
IL Y A UNE HEURE
Euro 2020
Verratti, retour de taulier
IL Y A UNE HEURE