Getty Images

La Juventus s'impose à Naples et enfonce le clou en tête

Impitoyable Juve

Le 03/03/2019 à 22:25Mis à jour Le 03/03/2019 à 23:07

SERIE A - La Juventus est décidément insatiable. Les Bianconeri sont allés s'imposer 1-2 sur la pelouse de Naples, leur dauphin au classement. Rapidement en tête, les Turinois ont toutefois eu chaud avec un penalty manqué par Insigne en fin de rencontre à 10 contre 10. Qu'importe, les voilà avec 16 points d'avance au classement, un gouffre sans doute irrémédiable.

La Juventus Turin a assuré l’essentiel. Ce dimanche soir à San Paolo, dans le cadre de la 26e journée de Serie A, les Turinois, larges leaders de Serie A, se sont imposés sur la pelouse de Naples, leur dauphin, sur le score de 1-2. Alors que Miralem Pjanic a ouvert le score sur coup franc direct (28e), Emre Can a ensuite doublé la mise (39e). En seconde période, José Callejon avait redonné espoir aux siens (61e) alors que les deux équipes ont fini la rencontre à 10 contre 10. Désormais, les hommes de Massimiliano Allegri comptent 16 unités d’avance sur ceux de Carlo Ancelotti, à seulement douze journées de la fin du championnat.

Alors que les deux formations se neutralisaient depuis le coup d’envoi, le premier fait de jeu est intervenu à la 25e minute. Après une relance dans l’axe de Kevin Malcuit en direction de son gardien, Alex Meret n’avait plus d’autre choix que de stopper irrégulièrement, les deux pieds en avant à l’entrée de la surface de réparation, un Cristiano Ronaldo qui partait seul au but (25e). Expulsé directement, le dernier rempart napolitain a alors entraîné le remplacement d’Arkadiusz Milik, pourtant meilleur buteur de sa formation en Serie A avec 14 buts, par David Ospina (27e). Et comme si cela ne suffisait pas, Naples a subi la fameuse "double sanction" puisque Miralem Pjanic s’est chargé de transformer ce coup franc direct du droit, ne laissant aucune chance à l’ancien gardien de but de l’OGC Nice (28e, 0-1).

Malgré ces coups du sort, Naples a manqué de peu l’égalisation dans la foulée. Parti en contre, Piotr Zielinski a vu sa frappe à ras de terre du gauche venir heurter le poteau (29e). Lorenzo Insigne a également tenté de pousser mais ni sa reprise du droit (33e), ni son coup franc (37e) n’ont réussi à tromper Wojciech Szczesny. Dans la foulée, Pjanic, d’une frappe du droit, a chauffé les gants de Ospina (38e). Derrière, sur le corner, le Colombien, bien abandonné par sa défense, s’est incliné une seconde fois en onze minutes, cette fois face à la tête d’Emre Can (39e, 0-2).

La delusione di Lorenzo Insigne a fine partita, Napoli-Juventus, Getty Images

La delusione di Lorenzo Insigne a fine partita, Napoli-Juventus, Getty ImagesGetty Images

Naples a cruellement manqué de réalisme

En début de seconde période, auteur d’une faute de main grossière, Pjanic a récolté un second carton jaune, synonyme d’exclusion, laissant ainsi ses partenaires à 10 contre 10 (47e). Si les deux formations se sont alors neutralisées, comme en début de rencontre, les choses se sont accélérées, à l’heure de jeu. José Callejon a fini par trouver la faille et redonner espoir aux siens, d’une reprise du droit (61e, 1-2). Dès lors, les Napolitains se sont rués à l’attaque, manquant finalement cruellement de réalisme (21 tirs dont 5 cadrés).

Très en vue durant tout le match, Piotr Zielinski, du gauche (68e et 70e), n’a pu permettre à Naples de sauver au moins le point du match nul. En fin de rencontre, Lorenzo Insigne a bien eu cette possibilité au bout de son pied droit mais son penalty, obtenu suite à une main d’Alex Sandro dans la surface et accordé après le visionnage du VAR, est venu heurter le poteau (84e).

Dans une fin de match houleuse, l’arbitre a distribué de nombreux cartons (2 rouges et 9 jaunes au total). Mais la Juventus Turin a finalement su résister pour préserver cette victoire, synonyme de nouveau record dans l'histoire du club, puisque son invincibilité à l’extérieur en Serie A est désormais de 26 rencontres. Le titre de champion d’Italie, le huitième consécutif, se rapproche également pour une Vieille Dame décidément bien seule au monde.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0