Getty Images

Ronaldo, Higuain, Icardi : le premier but, c'est pour quand ?

Ronaldo, Higuain, Icardi : le premier but, c'est pour quand ?

Le 14/09/2018 à 17:40

SERIE A - Trois noms, une question : à quand le premier but ? Que ce soit Gonzalo Higuain avec Milan, Cristiano Ronaldo avec la Juve ou encore Mauro Icardi avec l'Inter, le compteur est toujours bloqué à zéro. Des raisons à analyser aux solutions à trouver, les trois buteurs sont attendus au tournant. Et dès ce week-end si possible.

C'est bien connu, la Serie A est historiquement un championnat de buteurs. Les numéros 9, elle connaît : De Gunnar Nordahl à Filippo Inzaghi, de José Altafini à Christian Vieri, de Silvio Piola à Antonio Di Natale... La liste est décidément bien longue. Alors, forcément, les "bomber" (surnom des buteurs en Italie) sont toujours scrutés de près chaque saison. Et bien évidemment encore plus lorsque leur compteur but est bloqué sur le zéro après trois journées.

Avec 110 buts lors des six dernières saisons entre la Sampdoria et l'Inter Milan, Mauro Icardi, le capitaine du club lombard, est par exemple toujours à sec. Même topo pour Gonzalo Higuain, arrivé cet été à l'AC Milan et toujours sans réalisation cette saison. Puis, bien évidemment, comment oublier Cristiano Ronaldo ? Épié, surveillé, observé... L'international portugais de la Juve est l'attraction du championnat cette année. Et alors que tout le monde attend son premier but, CR7 n'a toujours pas lâché son fameux "suuu" sur les terrains de Serie A. Alors, c'est pour quand ?

À l'occasion d'Inter - Parme samedi (15h), Juve - Sassuolo (15h) et Cagliari - Milan (20h30) dimanche, les trois buteurs comptent bien ouvrir leur compteur ce week-end.

Higuain, une entente à trouver

Pour commencer, prenons le cas de Gonzalo Higuain. Il faut tout d'abord préciser que le nouvel attaquant de l'AC Milan, débarqué cet été en provenance de la Juve, n'a disputé que deux matches, puisque Milan - Genoa (1ere journée) avait été reporté après la tragédie du Pont Morandi. Titulaire lors de la défaite face au Napoli (3-2) et la victoire in extremis contre la Roma (2-1), l'international argentin n'a pourtant pas inscrit son nom au tableau des buteurs. Mais tout n'est pas à jeter, bien au contraire.

En deux rencontres, Higuain a démontré toute son importance. Dos au but, il est presque injouable. Dans sa protection de balle comme dans les déviations, GH9 a confirmé qu'il n'était pas qu'un buteur. Avec ses mouvements et sa vision du jeu, il fait tourner toute l'équipe. Preuve en est, sa passe décisive à la dernière seconde pour Patrick Cutrone, auteur du buteur victorieux contre la Roma. Le revers de la médaille ? Il recule beaucoup trop, ce qui l'éloigne de la surface. Et donc du but adverse.

Gennaro Gattuso, le coach milanais, doit trouver un juste milieu. Passer du 4-3-3 à un 4-2-3-1, avec Hakan Calhanoglu en numéro 10 ? C'est une solution. Même s'il a réalisé 36 buts (record historique) lors de la saison 2015-2016 avec le Napoli en 4-3-3, il faut souligner que c'était sous Maurizio Sarri. Un jeu donc totalement différent. Une bonne saison de Milan passe forcément par une bonne saison d'Higuain. Le jeu doit donc être basé pour et autour de lui.

Vidéo - Biglia : "Nous voulons tous qu'Higuain marque des buts"

00:19

Icardi, à Spalletti de jouer

Du côté de Mauro Icardi, la situation est totalement différente. L'attaquant de l'Inter Milan est un joueur de surface quasi impossible à marquer pour les défenseurs adverses. Vrai terminal offensif de son équipe, celui qui a marqué 29 buts la saison passée a besoin de ballons, de centres, de mouvements dans la surface. Avec les arrivées de Nainggolan, Keita Baldé ou encore Politano cet été, l'Inter a renforcé son secteur offensif. Reste donc à parfaire des automatismes.

Icardi, Perisic et Skriniar

Icardi, Perisic et SkriniarGetty Images

Pour que son capitaine soit mis dans les meilleures dispositions, l'Inter a besoin de créativité devant. Avec Luka Modric, elle aurait eu un joueur avec la dernière passe. Malheureusement pour le club lombard, le Croate est resté au Real Madrid. Alors, comment fournir Icardi ? Le meilleur atout reste certainement Ivan Perisic, qui connaît bien son coéquipier et qui ne doit pas hésiter à dézoner son couloir gauche pour venir occuper l'axe.

De l'autre côté, Politano, auteur d'un (très) bon début de saison, doit lui aussi se montrer très actif pour offrir des solutions à son capitaine. Dribbler, centrer, proposer... Tout est bon à prendre pour Luciano Spalletti, l'entraîneur nerazzurro, qui cherche actuellement la meilleure solution. Positionné en numéro 10, Radja Nainggolan a lui aussi son rôle à jouer. Par sa puissance, son physique, sa technique... L'International belge, buteur à Bologne avant la trêve (3-0), est un élément essentiel pour la réussite de Mauro Icardi, qui était d'ailleurs absent pour ce déplacement (blessure).

Ronaldo, un jeu à créer

Chaque week-end, la même rengaine. Depuis le début de saison, tout le monde attend LE premier but de Cristiano Ronaldo en Serie A. Problème, après trois matches, il n'a toujours pas pointé le bout de son nez. Massimiliano Allegri, son entraîneur, a une explication. "Marquer 40 buts par saison est loin d'être une chose facile en Serie A (...) Logiquement, le meilleur buteur se situe à 26,27 buts à la fin de l'année. La Serie A est un championnat où les équipes défendent avec beaucoup de qualité", expliquait-t-il il y a quelques semaines.

Cristiano Ronaldo

Cristiano Ronaldo Getty Images

L'entraîneur de la Juve se doit aussi de trouver la bonne position de CR7. Contre le Chievo, lors du premier match, l'ancien joueur du Real Madrid a commencé attaquant pour terminer dans "son" couloir gauche. Une semaine plus tard, ce fut l'inverse contre la Lazio. La Juve et Ronaldo doivent donc trouver un point de rencontre, avec le but que les deux parties y gagnent. Lui mettre Dybala juste derrière ? C'est à envisager. Mandzukic dans un rôle à la Benzema ? Aussi. À Madrid, CR7 disposait d'un milieu de terrain composé de Kroos-Casemiro-Modric. Contre Parme, la Juve alignait Khedira, Pjanic, Matuidi.

Max Allegri, roi du pragmatisme, doit donc créer du jeu autour de Ronaldo. Pourquoi ne pas avancer Pjanic d'un cran pour mettre Emre Can en sentinelle ? La qualité y gagnerait. Dans ce cas, un joueur offensif serait toutefois exclu. Au vu de l'effectif de la Juve, les ressources sont en tout cas nombreuses. À Allegri de trouver la formule gagnante.

0
0