Getty Images

"J'aurais préféré mourir..." : Après 30 ans, Totti claque la porte de l'AS Rome !

"J'aurais préféré mourir..." : Après 30 ans, Totti claque la porte de l'AS Rome !

Le 17/06/2019 à 15:55Mis à jour Le 17/06/2019 à 16:08

SERIE A - Séisme à Rome. Après 30 ans, en tant que joueur puis dirigeant, Francesco Totti quitte l'AS Rome. L'ancien capitaine romain, qui était arrivé à l'âge de 13 ans dans "son" club, a annoncé son départ ce lundi lors d'une conférence de presse surréaliste.

Toutes les histoires ont une fin. Et même les plus belles. Après 30 ans d'un amour unique, Francesco Totti a décidé de claquer la porte l'AS Rome. L'ancien capitaine, devenu dirigeant depuis deux ans, a confirmé son départ en conférence de presse ce lundi. "Je démissionne de mon poste" a-t-il expliqué depuis la salle d'honneur du CONI, le Comité olympique national italien.

Et si l'histoire a été belle, on peut dire qu'elle se termine de la pire des manières. Plus remonté que jamais, Francesco Totti a livré une conférence de presse pleine de vérités. S'il s'en va, c'est qu'il ne s'entendait plus avec sa direction. Et que James Pallotta, le président américain de la Roma, n'a jamais réellement compté sur lui en tant que dirigeant. "C’est un jour très douloureux. Les conditions n’étaient plus réunies. Je n’ai jamais eu la possibilité de travailler sur le secteur sportif comme je voulais. C’est une décision cohérente. J'étais tenu en dehors de toutes les décisions..."

"J'aurais préféré mourir que quitter la Roma"

En roue libre, l'éternel numéro 10 giallorosso a sorti la sulfateuse. Personne (ou presque) n'a été épargné. La propriété américaine en a pris pour son grade. "Les présidents passent, les joueurs passent, mais pas les légendes. Ce n’est pas de ma faute si je pars. Je n’ai jamais été concerné par le projet, on ne m’a pas demandé mon avis. Ils m’ont exclu de toutes les discussions. Je n'ai pas pu travailler. Je n'ai servi à rien, j'ai dû participer à dix réunions en deux ans (...) J'ai eu beaucoup de promesses, elles n'ont pas été tenues (..) Si on m’a poignardé dans le dos ? Oui. Mais je ne ferais pas de noms", affirme Totti. Avant de poursuivre.

"Depuis que les Américains sont arrivés à la tête du club, ils ont cherché par tous les moyens d’enlever les Romains de ce club. C’est l’objectif fixe de certaines personnes. Ils ont réussi", lâche l'ancien capitaine romain. "Ils avaient voulu que j'arrête ma carrière de joueur (...) C’est impossible de me tenir en dehors de la Roma. En tant que Romanista je pense que ça ne peut pas arriver", estime-t-il, lui qui n'a eu aucun droit de parole pour le choix du futur coach. "Le seul entraîneur que j’ai contacté, c’est Antonio Conte. Ils ont décidé de tout : l’entraîneur, le directeur sportif etc (...) Conte nous avait donné son accord pour venir. Puis il y a eu certaines choses qui ont fait qu’il a refusé", révèle-t-il.

Lançant bombe sur bombe, Totti est également revenu sur le départ de Daniele De Rossi, son ami et ancien coéquipier. "De Rossi est le capitaine de la Roma, une bandiera, il devait être respecté. Il fallait lui dire dès le début s'ils ne comptaient pas le prolonger. Et ne pas faire comme ils avaient fait avec moi, quand ils m'ont prévenu à deux journées de la fin...", explique l'ancien international italien.

"Un au revoir, pas un adieu", assure-t-il

Legénde de la Roma, Francesco Totti n'exclut pas de revenir un jour dans "son" club. Mais certainement pas avec les propriétaires actuels. "Le jour où de nouveaux propriétaires voudront de moi avec eux, je serai toujours disponible. Je reste supporter de ce club", répond-il aux nombreux journalistes présents. Au passage, il a confirmé que plusieurs acheteurs potentiels sont intéressés par le rachat du club. "J'ai beaucoup voyagé et notamment dans les pays du Golfe. Je ne peux rien dire de précis, mais je sais que la Roma est très appréciée là-bas et que beaucoup de gens voudraient acheter le club", affirme Totti.

Francesco Totti, conferenza stampa addio (2019)

Francesco Totti, conferenza stampa addio (2019)Getty Images

Concernant son avenir, il assure avoir beaucoup de propositions. Et il ne se ferme aucune porte. Ou presque. "Je prendrais toutes les offres en considération. Je suis libre maintenant. Il y a eu des offres de plusieurs équipes italiennes, dont une ce matin. La Juve ou Naples ? Bon, n’exagérez pas (rires). Vous le savez, il y a la FIFA, la Fédération italienne...", répond l'ancien capitaine, qui n'exclut pas de se rendre quand même au stade la saison prochaine. "Pourquoi je devrais pas ? Je suis tifoso de la Roma. Daniele (De Rossi) et moi, on ira en Curva Sud si besoin", explique-t-il.

Concernant le mercato l'an passé, il raconte une anecdote qui en dit long. "Monchi ? Je revenais de vacances et ils m’ont demandé mon avis sur un joueur. J’ai répondu que ce n'était pas l’idéal, qu’il avait eu 3000 blessures, qu’il ne s’adaptait pas au 4–3-3... Mais il ont dit que j’allais toujours contre leur avis", confie Totti. S'il n'a pas cité le nom du joueur, tout porte à croire qu'il s'agit de Javier Pastore, l'ancien joueur du PSG. Ce dernier appréciera.

Après plus de 85 minutes sans interruption, la conférence de presse s'est achevée. Une histoire de 30 ans aussi. Il était difficile d'imaginer pire fin.

Francesco Totti, 2019

Francesco Totti, 2019Getty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0