Romano Floriani Mussolini n'aura jamais besoin de se faire un nom, c'est une certitude. Arrière petit-fils du dictacteur italien, le jeune joueur de la Lazio Rome se sait particulièrement observé. Porter ce nom encombrant, ce n'est vraiment pas la chose la plus simple du monde. Mais celui qui vient de fêter sa majorité le 27 janvier dernier trace sa route et continue de construire sa jeune carrière.
Fils de Mauro Floriani et Alessandra Mussolini, le latéral droit a d'ailleurs choisi de prendre le nom de ses deux parents. En plus d'avoir déjà six prénoms de baptême : Romano, Maria, Mauro, Magid, Andrea et… Benito. Son visage n'est d'ailleurs pas totalement inconnu des Italiens. Il y a quelques mois, Romano Floriani Mussolini a participé, le temps d'une soirée, à l'émission "Ballando con le stelle", le "Danse avec les stars" transalpin, avec sa mère Alessandra, femme politique italienne depuis presque 30 ans.
Serie A
De retour au bercail : Kean revient à la Juve
31/08/2021 À 07:25
Passionné du ballon rond depuis son enfance, Romano Floriani Mussolini ne s'est jamais intéressé à la politique. Lui, c'est le "Calcio". Ou plutôt la Premier League, comme le précisait La Gazzetta dello Sport mercredi. "Il suit beaucoup Liverpool et Alexander-Arnold", écrivait le quotidien italien. Le jeune latéral droit a encore du chemin avant d'atteindre le niveau de celui des Reds. Pour l'instant, il gravit les échelons. L'un après l'autre. Floriani Mussolini a grandi dans l'Académie de l'AS Rome, avant de rejoindre le rival "laziale" il y a quatre ans. Giovanissimi B, -17, -18 et une parenthèse de six mois dans le club formateur très réputé de Vigor Perconti il y a deux ans : son parcours est aussi prometteur que linéaire. Avec un sérieux coup d'accélérateur ces dernières semaines.
Il faut le suivre
Depuis peu, il a en effet rejoint la Primavera (équipe réserve) de la Lazio. Une sorte de promotion anticipée pour celui qui, officiellement, reste rattaché aux U18 des Biancocelesti, entraînés par l'ancien attaquant Tommaso Rocchi. Son profil ? Un latéral capable de multiplier les courses et les efforts dans son couloir. "Sa plus grande qualité ? La capacité à se concentrer", rapportait La Gazzetta dello Sport, parlant d'un joueur qui "donne la sensation d'avoir un avenir important". "C'est un garçon humble et travailleur, confiait quant à lui Mauro Bianchessi, responsable des catégories jeunes du côté de la Lazio (...) Il n'est pas encore prêt pour le haut niveau, mais il a une grande marge de progression. Il faut le suivre, car il deviendra footballeur. Je ne sais pas dans quelle catégorie, si ce sera en Serie A, B ou C, mais il y arrivera." Et même si son nom peut sembler un lourd boulet à traîner.
"C'est une chose qui ne lui pèse pas, ajoute Bianchessi. Les joueurs qui méritent vont sur le terrain. Le reste ne compte pas." Comme toujours, c'est donc le terrain qui parlera. "Moi, je reste en dehors de tout ça, confiait quant à elle Alessandra Mussolini à l'agence AdnKronos. Je ne veux pas m'en mêler, c'est sa vie et son parcours. Un risque d'instrumentalisation ? Il n'y a rien à commenter, je préfère rester en dehors de ce sujet." Scolarisé l'an dernier du côté de la St.George British School, Romano Floriani Mussolini conserve, en parallèle, son rêve de devenir footballeur professionnel. Peu importe le nom floqué derrière son maillot.
Serie A
Une "banderole honteuse" : Hysaj visé par des supporters d'extrême droite à la Lazio
20/07/2021 À 10:37
Serie A
Un divorce impossible : Pourquoi Ronaldo a décidé de rester à la Juve
16/07/2021 À 21:27