Nouveau coup d'arrêt pour le Napoli. Dans le dur physiquement depuis quelques matches, les hommes de Luciano Spaletti ont encore mordu la poussière, à domicile cette fois-ci samedi. Face à une formation de l'Atalanta Bergame toujours aussi séduisante dans le jeu et ne baissant jamais les bras, Naples s'est incliné (2-3) et perd sa première place. Leader avant le coup d'envoi de la 16e journée, les Partenopei sont 3es après cette défaite et les victoires du Milan AC et de l'Inter Milan.
Serie A
D'une surface à l'autre : Théo Hernandez traverse le terrain et inscrit un but d'anthologie
15/05/2022 À 18:05
Intraitable depuis le début de la saison, le Napoli avait endossé le costume de favori pour le titre de champion en fin de saison. Mais il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, et les coéquipiers de Dries Mertens en prennent conscience depuis quelques semaines. Ce revers contre l’Atalanta n’est finalement que le fruit d’une succession de pépins qui s’abat sur la formation napolitaine.
Si le club cher à Diego Maradona n’a gagné qu’un seul de ses cinq derniers matches (2 défaites, 2 nuls), l’une des principales raisons se trouve au rayon des blessés. Pour affronter l’Atalanta, Spalletti, suspendu pour l’occasion, a dû se passer de Zambo Anguissa, Insigne, Koulibaly, Osimhen, Manolas ou encore Fabian Ruiz. Que des cadres de cette équipe et forcément le rendement collectif s’en ressent.

Naples a tout perdu

Ce samedi, Naples a d’abord pris un coup de massue avec l’ouverture du score rapide de Malinovskyi (7e) pendant un temps fort napolitain. Sur un nuage avec quatre victoires de suite, la formation bergamasque a été fidèle à ses principes. A domicile comme à l’extérieur, l’objectif numéro un est de faire du jeu. La partition donnée dans le sud de l’Italie est une belle publicité pour la Serie A mais comporte aussi ses limites. A trop vouloir jouer, on se fait surprendre.
Comme le Napoli en début de match, la Dea s’est fait avoir pendant un long temps fort et l’égalisation de Zielinski juste avant la pause (40e) a eu de quoi sonner les coéquipiers de Duvan Zapata. Au retour des vestiaires, une erreur d’alignement de Merih Demiral a même offert sur un plateau le but du 2-1 à Dries Mertens et Naples (47e).

Dries Mertens et Remo Freuler durant Naples - Atalanta

Crédit: Getty Images

Demiral s’est racheté

Dans l’obligation de gagner après les victoires des deux clubs de Milan, peu auraient misé sur une défaite napolitaine après ce renversement de situation. Mais Gian Piero Gasperini va très certainement mourir avec ses idées, et il a continué à les mettre en place durant tout le deuxième acte. A force de pousser sur le but d’Ospina, l’Atalanta a été logiquement récompensée.
D’abord par l’égalisation (66e) de Demiral, qui s’est bien racheté de son erreur avec un but en angle fermé sous la barre, puis sur une merveille d’action collective comme les Bergamasques en ont l’habitude avec Remo Freuler à la conclusion (71e). Cinq minutes qui ont tout changé aussi bien dans la rencontre qu’au classement.
En allant arracher les trois points à l’extérieur, l’Atalanta empêche Naples de reprendre son fauteuil de leader. Désormais troisième, le Napoli voit même son adversaire du soir revenir à deux petits points. Avec quatre équipes en quatre points et une Roma déjà à neuf points de l’Atalanta, il y a fort à parier que ce sera une course à quatre et non à trois pour le titre.
Serie A
L'AC Milan à un point du titre
15/05/2022 À 17:56
Serie A
Naples distance la Juve dans la course au podium
07/05/2022 À 15:26