Getty Images

Steven Naismith, footballeur au grand coeur et homme d'exception

Steven Naismith, footballeur au grand coeur et homme d'exception

Le 26/03/2020 à 09:04Mis à jour Le 26/03/2020 à 13:00

Steven Naismith, 33 ans et joueur de Heart of Midlothian, est un joueur à part et un exemple à suivre, assurément. Il a décidé de baisser son salaire de 50% au cœur d'une crise qui touche le monde entier. Un geste d'exception qui n'est pas le premier de l'Ecossais.

Ce n'est pas d'hier que Steven Naismith traîne une bonne réputation. Le footballeur ne fut jamais anodin, lui qui a tout de même joué plus de cinquante fois pour la sélection écossaise et dont on se souvient avec une certaine nostalgie du côté d'Everton, pour qui il inscrivit en 2015 un hat-trick 'royal' (tête, pied gauche, pied gauche, pied droit, dans cet ordre) devenu fameux contre le Chelsea de José Mourinho. Mais si le joueur est au-dessus de la moyenne, l'homme, lui, est exceptionnel, et vient d'en donner une nouvelle preuve. Voici le texte du communiqué que le capitaine de Heart of Midlothian, club de Premier League écossaise, publia dans la soirée de dimanche dernier.

"Comme mes coéquipiers, j'ai beaucoup réfléchi à la requête de Hearts de réduire nos salaires de 50% pour aider le club et protéger autant d'emplois que possible pendant cette période incertaine. J'en ai longuement parlé avec ma famille.

Les circonstances actuelles mettent tout le monde dans une situation très difficile, mais Hearts n'est pas la cause de ce problème.

Ma famille et moi sommes d'avis que, tout au long d'une longue carrière, le football a été très généreux envers nous. Voilà pourquoi que pense personnellement que je peux et dois accepter la réduction de moitié de mon salaire. J'espère que cela contribuera à la survie à long terme du club dans une période compliquée et à sauvegarder des emplois, en particulier ceux des gens les moins bien payés et qui seront donc le plus en difficulté pendant cette période.

Je m'engage à rester aux Hearts la saison prochaine, quelle que soit la division dans laquelle sera le club, et je me réjouis de continuer à le guider comme capitaine. C'est pour moi un honneur que de représenter Hearts.

J'espère que ceci peut apporter un peu de stabilité dans une période d'incertitude".

Steven Naismith

Steven NaismithGetty Images

Le geste était admirable. Mais il ne surprit pas ceux qui connaissent Steven Naismith.

Il n'est pas encore tout à fait entré dans le crépuscule de sa carrière, puisque c'est pour quatre saisons qu'il s'engagea avec Heart of Midlothian l'été dernier, à deux mois de son 33e anniversaire. Hearts (un surnom parmi beaucoup d'autres, comme les Jam Tarts, ou les Jambos), qui est à la ville d'Edimbourg ce que les Rangers sont à celle de Glasgow, et vit aujourd'hui à l'ombre d'Hibernian, le pendant du Celtic dans la capitale écossaise. Hearts, qui va mal, très mal, et pas seulement au classement de cette saison tronquée, un classement dont ils ferment la marche après avoir enregistré zéro victoire entre le 9 novembre et le 26 janvier. Hearts, qui est en fait au bord de la faillite, malgré les efforts d' Ann Budge, une businesswoman qui reprit le club à la tête d'un collectif de supporters en 2014. Hearts, dont l'équilibre financier était encore bien précaire lorsque la pandémie de coronavirus fit stopper net le football écossais ce 13 mars. Hearts, qui a tant besoin d'un leader et d'une source d'inspiration, et qui les a trouvés.

"Cela ne m'étonne pas. De tous les gens que j'ai rencontrés dans le football, Steven et sa femme Moya sont parmi les meilleurs", me glissa un ami evertonien quand je l'informai du geste du joueur.

Ce n'était pas le premier. C'est qu'ils ne doivent pas être nombreux à avoir un aussi beau palmarès que Steven Naismith dans ce domaine.

En 2013, encore convalescent d'une grave blessure au genou survenue alors qu'il jouait aux Rangers, il avait été bouleversé par un message d'encouragement que lui avait envoyé un soldat britannique alors déployé en Afghanistan. Sa réponse immédiate: faire parvenir une somme conséquente à une association qui aide les militaires à se réinsérer dans la vie civile.

En 2014, Stewarton Annick, le club où il fit ses premiers pas de footballeur, quand il avait six ans, cherchait un sponsor et le trouva en lui. Mais Naismith ne se contenta pas de mettre la main à la poche pour soutenir sa première école de ballon. Il profita aussi de l'occasion pour faire connaître le travail de l'association Dyslexia Scotland, dont il est l'un des ambassadeurs - lui-même est dyslexique - en faisant imprimer le nom de la fondation sur les maillots du club.

Sans le crier sur les toits, il continue de soutenir financièrement foyers d'accueil et associations d'aide aux sans-abri à Glasgow comme à Liverpool.

A Everton, afin les chômeurs eux aussi puissent assister aux matches d'Everton, il acheta des lots de billets qu'il allait ensuite distribuer, aussi discrètement qu'il le pouvait, dans les bureaux de placement de Liverpool, parce qu'il espérait "que cela apporterait un peu de joie à beaucoup de gens".

Moi qui, il n'y a pas si longtemps - je veux dire 'avant', vous me comprendrez - me demandais qui serait mon 'Footballeur de l'année', je ne me pose plus de questions. Ce sera Steven Naismith, le capitaine de Hearts, le capitaine au grand coeur.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313