AFP

Le patron, c'est Nasri

Le patron, c'est Nasri
Par Eurosport

Le 17/11/2010 à 23:27Mis à jour Le 18/11/2010 à 10:06

A Wembley, Samir Nasri a fait la pluie et surtout le beau temps face à l'Angleterre (1-2), mercredi. Le milieu de terrain des Bleus s'affirme comme le maître à jouer de cette nouvelle équipe de France dont Karim Benzema fera sans doute encore longtemps partie s'il continue comme ça...

LLORIS (6) : Nommé capitaine des Bleus pour cette dernière rencontre de l'année, Hugo Lloris a passé une soirée - un peu - plus tranquille qu'il ne l'imaginait. S'il a dû s'employer dès la 2e minute sur un coup franc frappé en force par Steven Gerrard, il n'a souvent eu qu'à faire face à des tentatives lointaines ou rarement appuyées. A noter une sortie courageuse dans les pieds de Gerrard en fin de match (80e). Il ne peut pas grand chose sur la reprise de Crouch (86e).

ABIDAL (6) : Abidal à gauche, c'est mieux que dans l'axe. Sans aucune hésitation. Rappelé en équipe de France pour évoluer exclusivement à ce poste, le Barcelonais a réussi son match. Lors de la première moitié de la partie, Abidal avait pourtant un client face à lui, en la personne de Theo Walcott. Globalement, le défenseur l'a maîtrisé, à l'image de cette intervention de la 21e minute. Appliqué et sérieux tout au long de la partie, Eric Abidal a marqué de gros points. Gaël Clichy a du souci à se faire. Patrice Evra, qui sera de nouveau sélectionnable face au Brésil, aussi...

MEXES (5) : Incertain car touché au mollet ce week-end, Philippe Mexès aura finalement tenu sa place durant quarante-cinq minutes. Le défenseur romain a fait de son mieux et après une entame difficile - deux fautes en deux minutes - a tenu la barre du mieux possible. Il a finalement dû laisser sa place à Mamadou SAKHO (6) à la pause. Le Parisien a fêté sa première sélection et s'est vite mis en valeur sur une intervention aux petits oignons face à Steven Gerrard (52e). Une belle entrée en matière.

RAMI (4) : Pour sa sixième sélection avec l'équipe de France, Adil Rami a passé une soirée compliquée. Surtout la première période durant laquelle le défenseur central lillois n'a pas été au niveau escompté. Il faut dire qu'Andy Carroll ne l'a pas tellement aidé. Le massif attaquant de Newcastle, gênant au possible, a gagné l'essentiel des duels qui l'opposaient à lui. Ajoutez à cela que Rami, dans les phases de relance, a souvent confondu vitesse et précipitation. Il doit élever son niveau de jeu.

SAGNA (6) : Absent lors du dernier rassemblement, Bakary Sagna a été préféré à Anthony Réveillère pour le choc de Wembley. S'il n'a pas fait un énorme match, le défenseur latéral s'est montré plutôt bon. Défensivement, à l'image de ce bon retour sur Milner (7e), et offensivement où il a profité de la domination des siens pour venir apporter le surnombre à droite. C'est d'ailleurs sur l'un de ses centres qu'est venu le deuxième but des Bleus (55e). Il est sorti à la 87e, remplacé par REVEILLERE.

M'VILA (7) : Yann M'Vila a sans doute joué mercredi soir le match le plus prestigieux de sa carrière. A-t-il été impressionné ? Pas le moins du monde. Placé juste devant la défense, il a abattu un sacré boulot alors qu'il évoluait avec deux créateurs à ses côtés (Gourcuff, Nasri). Précieux à la récupération et doté d'un excellent sens de l'anticipation, il a posé quelques problèmes à Steven Gerrard quand celui-ci venait dans sa zone. Compte tenu du visage offensif des Bleus et la présence de nombreux techniciens autour de lui, il s'est montré moins en vue offensivement, laissant logiquement manoeuvrer Gourcuff, Nasri et compagnie...

NASRI (8) : Le dépositaire du jeu de l'équipe de France, c'est lui. Positionné à gauche de Yann M'Vila dans le trident mis en place par Laurent Blanc, le Gunner a confirmé à Wembley tout le bien que l'Angleterre pense de lui. Samir Nasri joue juste, sait accélérer quand il faut, temporiser quand c'est bon pour l'équipe, jouer court, allonger... Bref, l'ancien Marseillais a bel et bien passé un cap et l'équipe de France ne peut que s'en féliciter. Après la sortie de Valbuena (67e), le Gunner a été repositionné à la place du Marseillais et a touché du bois (82e).

GOURCUFF (5) : Yoann Gourcuff et Samir Nasri peuvent-ils jouer ensemble ? La réponse est oui. Si les deux joueurs n'ont pas une relation technique qui saute aux yeux, au moins, leur présence conjointe au milieu de terrain n'est pas un handicap pour l'équipe de France. Mercredi soir à Wembley, Gourcuff a fait ce que l'on attendait de lui, à savoir fluidifier le jeu et apporter sa touche technique. Mais pas plus. Il manque encore de présence et de justesse par rapport à son meilleur niveau. C'est de son pied droit qu'est parti le premier avertissement bleu de la soirée (12e). Remplacé par Guillaume HOARAU (84e).

MALOUDA (6) : Ce n'est pas encore le Florent Malouda de Chelsea. Mais on aime mieux le voir comme ça que lors de ses dernières sorties avec l'équipe de France. Sur son côté gauche, Malouda a montré une vraie complicité avec Abidal, évidemment, mais surtout Benzema. C'est d'ailleurs sur un redoublement de passes entre les deux hommes que le Madrilène a ouvert le score (16e). La paire Malouda-Benzema a d'ailleurs failli remettre ça à la demi-heure de jeu. On l'a beaucoup moins vu en seconde période. Il est sorti à la 77e, remplacé par Dimitri PAYET.

BENZEMA ( 7 ) : Espérons que José Mourinho a regardé le match. Plein d'envie et d'abnégation, Karim Benzema a donné raison à Laurent Blanc qui le défend contre vents et marées. Remplaçant au Real, indispensable en équipe de France, Benzema a beaucoup bougé, à l'image de ses coéquipiers, n'hésitant pas à s'excentrer quelque peu à gauche. C'est d'ailleurs de cette position qu'il a ouvert le score (16e). Juste physiquement puisqu'en manque de rythme, il a été remplacé après l'heure de jeu par Loïc REMY (67e).

VALBUENA (6) : Aligné à droite, Mathieu Valbuena n'a pas hésité à dézoner et aller donner quelques coups de main dans l'axe, notamment en première période. Tranchant par à-coups, le "petit" est à créditer d'une partie plus qu'honorable et surtout récompensée par un but. A Wembley, ce genre de choses ne s'oublie pas... Il est sorti à la 67e, suppléé par Alou DIARRA, qui s'est montré un peu laxiste au marquage de Crouch sur le but anglais.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0