D'abord venu défendre le projet de Super Ligue, qui est à ce jour suspendu, Florentino Pérez a été questionné sur d'autres sujets concernant le futur du Real Madrid. Et le dossier Kylian Mbappé a forcément été évoqué. "Si c'est la fin des gros transferts ? Personne ne le sait... Mais la Super Ligue venait palier les pertes économiques de cette année. Si Mbappé ne vient pas cet été, je crois que personne ne va se tirer une balle. Les gens savent que si les choses ne se font pas, c'est parce que ce n'est pas possible. Je pense que les socios sont contents du travail que je fais", a déclaré le dirigeant espagnol mercredi soir, au micro de la Cadena Ser, selon des propos retranscrits par RMC Sport.
On aurait dit qu'on voulait tuer le football
Liga
Cette fois, ça sent bien la fin : Zidane aurait annoncé son départ à ses joueurs
IL Y A 8 HEURES
Mais le sujet principal de l'entretien concernait tout de même la Super Ligue, dont Pérez est l'un des fervents défenseurs. Et il ne lâche pas l'affaire. Le projet de Super Ligue européenne est simplement "en stand-by", a assuré le président du Real Madrid et de la "Super League". "La société (de la "Super League") existe toujours", a souligné le dirigeant, rappelant aussi que "la Juventus et l'AC Milan ne sont pas partis... nous sommes tous ensemble, on réfléchit, on travaille".
Interrogé également sur l'adhésion au projet du FC Barcelone, Florentino Pérez a répondu qu'il a discuté avec le président du Barça Joan Laporta ce mercredi : "Bien sûr qu'il est toujours dans le projet". Alors que les six clubs anglais qui figuraient parmi les douze clubs fondateurs de la Super Ligue européenne ont annoncé abandonner le projet dans la nuit de mardi à mercredi, le patron madrilène a expliqué avoir "travaillé jusqu'à tard, jusqu'à une heure du matin environ. Cela fait des années que l'on travaille sur ce projet. Peut-être que nous n'avons pas su l'expliquer. Peut-être que j'y arriverai mieux aujourd'hui."
Questionné d'emblée, en début d'émission, pour savoir si on doit désormais l'appeler président du Real Madrid ou président de la "Super League", Florentino Pérez a balayé : "Non, non. Président du Real Madrid, c'est bien". "Je n'ai jamais vu une telle agressivité de la part du président de l'UEFA et de la part de présidents des ligues (européennes), comme celle d'Espagne. On aurait dit que c'était quelque chose d'orchestré. (...) On aurait dit qu'on voulait tuer le football. Qu'on venait de lâcher une bombe atomique. Alors qu'on essayait simplement de sauver le football", a-t-il continué.
Liga
Raúl en pole pour remplacer Zidane au Real ?
IL Y A UN JOUR
Liga
Laporta doit-il virer Koeman ? "Son Barça est moins dominant mais tellement plus vivant"
HIER À 22:38