Getty Images

Gareth Bale et le Real Madrid, à quitte ou double

Bale et le Real, à quitte ou double

Le 15/08/2018 à 12:12Mis à jour Le 15/08/2018 à 19:57

SUPERCOUPE D’ESPAGNE - Arrivé en grande pompe en 2013, Gareth Bale a jusqu’ici vécu son aventure madrilène dans l’ombre de Cristiano Ronaldo. Conforté par son nouvel entraîneur Julen Lopetegui, le Gallois est attendu pour être l’arme numéro un de la Casa Blanca après le départ du Portugais. Un pari alléchant mais risqué pour le plus grand club du monde.

Ce fut Neymar. Puis Robert Lewandowski. Eden Hazard aussi. Ce sera finalement Gareth Bale. La star du Real Madrid cru 2018-2019 n’est pas une recrue Galactique. Ou plutôt si. Mais une recrue de 2013. Le Gallois aborde la saison dans le costume du joueur providentiel du plus grand club du monde. Un accoutrement qu’il n’a jamais réellement porté jusqu’ici.

La faute à un homme. Un extraterreste plutôt. Un certain Cristiano Ronaldo. Malgré son transfert XXL et sa première saison pleine de promesses (44 matches, 22 buts, 19 passes), ponctuée par ce but en finale de C1 2014 qui a permis la Decima et la naissance de la -feu- BBC. Depuis ? Le bilan de Bale n’est pas déshonorant. Mais n’a rien à voir avec le crack mondial attendu : 145 matches, 66 buts, 38 passes.

Tellement qu’au sortir du nouveau sacre européen madrilène, le principal candidat au départ parmi les champions madrilènes, c’était lui. Annoncé éloigné du profil recherché par Julen Lopetegui, trop souvent blessé et disposant d’une belle cote en Angleterre, il avait laissé échapper quelques états d’âme. Mais tout a changé avec le départ de Cristiano Ronaldo et ce marché des transferts atone. Bale est soudain redevenu celui vers qui tous les regards se tournent. Celui sur qui toutes les questions se posent.

Vidéo - Pour combler l'absence de Ronaldo, Lopetegui compte sur Bale

00:41

Le spectre des blessures

Elles sont nombreuses. Mais la première concerne évidemment sa capacité à tenir le choc sur une saison. Quand il joue, Bale est plutôt brillant. Mais sa présence fait défaut. En novembre dernier, AS détaillait le nombre de blessures connue par le Gallois avec le Real. A l’époque, elles étaient de 19 avec 73 matches d’absence. Au total, il s’agit de 20 blessures et 79 matches manqués. Pas difficile de comprendre comment Isco lui ait passé devant dans la rotation madrilène.

A titre d’exemple, CR7 a disputé 2 790 minutes en moyenne lors de ses saisons madrilènes. Bale lui n’atteint que 1923 minutes, toujours selon les calculs du média espagnol. L’autre motif d’inquiétude dans la capitale espagnole concerne la capacité de Bale à briller tous les week-ends.

Si le Gallois sait briller dans les moments importants, à l’image de sa bicyclette magique face à Liverpool (3-1), il va falloir mettre le bleu de chauffe dans la monotonie des dimanches de Liga et porter le Real sur ses épaules lorsqu’il aura besoin d’un homme providentiel. Car c’est bien ce que Ronaldo faisait.

Une préparation au top

A ce niveau Bale peut-il succéder à Cristiano Ronaldo ? C’est ce qui avait été demandé à Julen Lopetegui lors de la préparation : "C’est un très grand joueur, mais il ne doit succéder à personne. Je n’aime pas faire de comparaison, je laisse ça pour vous". Puis, Bale peut-il être le meilleur joueur du monde ? "Je comprends le football d’une manière différente, il va donner le meilleur pour l’équipe et l’équipe pour lui. Je suis convaincu qu’il fera une grande saison".

Car, si le tableau dressé jusqu’ici peut paraître sombre, l’été du Gallois a donné des gages aux supporters madrilènes inquiets. Plus affuté que jamais, Bale s’est aussi montré très à son avantage lors de la préparation. Sa passe exceptionnelle sur le but d’Asensio face à la Roma n’est que le symbole d’un été prolifique où il a semblé assumé son nouveau rôle au sein de la Casa Blanca.

Vidéo - Caviar délicieux puis finition de velours, Bale a porté le Real contre Rome

01:29

Alors, cette saison sera un tournant pour Gareth Bale au Real Madrid. S’il parvient à devenir le joueur prophète tant attendu, bien aidé par les Benzema, Isco ou Asensio qui devront eux aussi compenser l’absence de CR7, le Gallois pourrait être le nouveau visage de cette Casa Blanca en pleine mutation. Une nouvelle saison tronquée et c’est probablement la sortie qui attendra Bale l’été prochain… Une saison à quitte ou double en somme.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0