Thiago Almada (Argentine)

L'OM l'a dans le viseur depuis quelques temps déjà. En attendant, Thiago Almada espère s'illustrer avec l'Argentine au Japon. Le jeune milieu de terrain de Velez Sarsfield, qui se montre gourmand pour sa pépite, est considéré comme l'un des joueurs les plus prometteurs qui évoluent au pays. Milieu offensif qui apprécie les duels balle au pied, il aime être derrière ses attaquants au cœur du jeu comme un meneur à l'ancienne. Mais il est aussi capable d'évoluer sur les côtés. Une chose est sûre : il va rapidement découvrir l'Europe. Surtout s'il flambe au Japon.

Thiago Almada | Velez Sarsfield v Boca Juniors - Copa de la Superliga 2019

Crédit: Getty Images

Tokyo 2020
Team USA ne sera pas champion : le Canada fait tomber les Etats-Unis
IL Y A 12 HEURES

Diego Lainez (Mexique)

"Diego n'est pas seulement l'avenir de l'équipe nationale mexicaine, il est aussi le présent". Tata Martino, le sélectionneur du Mexique chez les A, n'a pas tari d'éloge pour son jeune protégé début juillet. Et ce n'est pas forcément nouveau avec Diego Lainez, attendu depuis des années maintenant au Mexique, mais pas seulement. Même si ses premières années en Europe avec le Betis Séville n'ont pas forcément été à la hauteur des espoirs, son sens du dribble et son talent laissent penser qu'il va s'imposer à l'avenir. Car l'ailier n'a que 21 ans. Et sera encore une fois très attendu à Tokyo.

Carlos Clerc y Diego Lainez pugnan por el balón en el Betis-Levante

Crédit: Getty Images

Daniel Alves (Brésil)

Il n'a déjà plus de place dans son armoire à trophées. Mais Daniel Alves n'est pas du style à être rassasié. A 38 ans, l'ancien joueur du FC Barcelone et du PSG, qui a surtout évolué au milieu de terrain depuis qu'il a quitté l'Europe pour jouer au Sao Paulo FC, démontre encore une fois son amour du jeu avec cette participation aux Jeux. Et s'il rêve de disputer la Coupe du monde 2022, il espère bien aller chercher une médaille olympique. Histoire de compléter encore un peu plus une collection hors norme.

Dani Alves

Crédit: Getty Images

Amad Diallo (Côte d'Ivoire)

On l'a déjà comparé aux plus grands. Avec sa vitesse, sa technique et son explosivité, le jeune attaquant ivoirien semble avoir tous les atouts pour devenir l'une des futures stars du ballon rond. C'est en tout cas l'avis de Manchester United, qui n'a pas hésité à lâcher plus de 20 millions d'euros pour l'arracher à l'Atalanta Bergame en janvier dernier. Alors qu'il vient de fêter ses 19 ans, l'Ivoirien a d'ailleurs déjà montré ses qualités par séquence avec les Red Devils (1 but en 4 apparitions de Ligue Europa, 3 matches de Premier League). Et les Eléphants sont persuadés qu'il peut les amener loin à Tokyo.

Kang-In Lee (Corée du Sud)

C'est un vrai talent. Et la Liga a déjà pu s'en délecter depuis deux saisons. Très à l'aise dans les petits espaces, Kang-In Lee fait parler sa technique, son sens de la passe et sa science du dribble. Milieu offensif capable de jouer sur les côtés, il a disputé 24 matches cette saison avec Valence en Liga, délivrant quatre passes décisives. A 20 ans, ce n'est déjà plus qu'une simple promesse.

André-Pierre Gignac – Florian Thauvin (France)

Difficile de dissocier les deux anciens Marseillais. Si Florian Thauvin vient de rejoindre André-Pierre Gignac chez les Tigres de Monterrey au Mexique, ils seront tous les deux les leaders d'une sélection tricolore moins sexy que celle rêvée il y a encore quelques mois. Le finaliste de l'Euro 2016 et le champion du monde 2018 vont cependant apporter leur expérience précieuse au groupe de Sylvain Ripoll. "J'ai été bluffé par la qualité de certains jeunes, je pense que ça va aller très haut. On doit les amener à avoir envie de tout casser. Et faire les choses bien, c'est aller chercher une médaille", a prévenu l'ancien meilleur buteur de Ligue 1, devenu depuis cinq ans une star dans le championnat mexicain.

Daniel Arzani (Australie)

Il était le plus jeune joueur de la Coupe du monde 2018. Avec toutes les promesses que cela engendre. Acheté par Manchester City en août 2018 avant d'être prêté au Celtic puis à Ultrech et à Aarhus la saison passée au Danemark, Daniel Arzani a cependant eu du mal à confirmer, notamment après s'être blessé au ligament croisé en 2019. Depuis, l'enfant de Khorramabad (Ouest de l'Iran), doté de qualités techniques bien au-dessus de la moyenne, essaye de retrouver le fil de sa destinée. "Nous voulons ressusciter sa carrière et le mettre sur la scène mondiale. Il a toujours ce grand talent", a avoué Graham Arnold, le sélectionneur des Socceroos au sujet de sa sélection pour Tokyo.

Rafa Mir (Espagne)

Alors que l'Espagne n'a toujours pas résolu son problème d'avant-centre pour la Roja dernièrement, Alvaro Morata n'ayant pas pleinement convaincu durant l'Euro. Rafa Mir a l'opportunité de briller sur la scène internationale. Propriété de Wolverhampton, mais prêté successivement à Las Palmas, Nottingham Forest puis à Huesca ces 18 derniers mois, le grand attaquant (1,91m) ne cesse de progresser saison après saison. Mir sort d'un exercice à 13 buts en Liga et est annoncé suivi par le Barça cet été. S'il doit encore gagner en régularité, le joueur de 24 ans pourrait bien être une des révélations de la sélection espagnole.

Rafa Mir

Crédit: Getty Images

Pedri (Espagne)

Est-il encore utile de le présenter ? Le milieu de terrain du FC Barcelone enchaîne avec les Jeux après avoir étincelé durant l'Euro. A 18 ans, Pedri ne semble pas avoir de limites, mais on se demande comment va réagir son corps après cette saison à (double) rallonge. Pour le reste, aucune interrogation à avoir, il sera un des maîtres à jouer de la Roja, d'autant qu'il aura du talent à servir à ses côtés (Asensio, Oyarzabal, Gil, Olmo…). S'il est capable de reproduire ses performances des matches à élimination directe et que l'Espagne tient son rang, il ne sera pas nécessaire de chercher longtemps un prétendant au titre de joueur de la compétition olympique. Il devra peut-être prendre le jeu un peu plus à son compte, face à des adversaires moins huppés.

Pedri

Crédit: Getty Images

Guillermo Ochoa (Mexique)

Memo a peut-être 36 ans, mais il est toujours fringuant. L'ancien gardien d'Ajaccio n'a pas disputé la dernière Gold Cup pour soigner son corps et être apte à disputer le tournoi olympique, 17 ans après avoir déjà été de l'aventure de la sélection mexicaine aux jeux d'Athènes ! Désormais revenu au pays, au Club América, Ochoa aura un rôle de cadre à tenir pour el Tri. Surtout, le portier s'est fait une spécialité de briller dans les grands rendez-vous, que ce soit en Coupe du monde (il avait été éblouissant en 2014), ou en Gold Cup dont il avait encore été meilleur gardien en 2019. Adversaire des Bleus, Ochoa tentera sans doute de se rappeler aux bons souvenirs de ses années Ligue 1.

Guillermo Ochoa

Crédit: Getty Images

Marco Asensio (Espagne)

Les JO comme dernier pallier avant un retour complet ? C'est certainement ce qu'espèrent Marco Asensio et le Real Madrid. De retour d'une grave blessure au genou (rupture d'un ligament croisé), l'ailier revient petit à petit en forme. Pour redevenir le joueur de grande classe qu'il était il y a peu encore, il ne lui manque sans doute plus qu'à jouer, et jouer encore. Avec la sélection olympique espagnol, le joueur de 25 ans devrait avoir du temps de jeu et d'importantes responsabilités offensives pour porter les siens vers l'or. Ses aptitudes n'ont que peu d'égal sur le papier parmi les participants à l'épreuve olympique. A lui de faire de ces Jeux de Tokyo un chapitre magnifique sur le chemin cabossé de sa carrière.
Tokyo 2020
Une grosse frayeur avant de dérouler : l'Espagne écarte la Côte d'Ivoire et file en demie
31/07/2021 À 10:45
Tokyo 2020
Espagne - Côte d'Ivoire EN DIRECT
31/07/2021 À 10:30