L'Espagne rejoint le Brésil au bout du suspense. Écartée des phases finales du tournoi olympique depuis 2000, la Rojita a décroché le second ticket de finaliste devant le Japon (0-1) mardi à Saitama. Au terme d'une prolongation éreintante où les assauts nippons ont failli faire craquer l'arrière garde espagnole, Marco Asensio a délivré les siens d'une merveille de frappe enroulée (115e). Volontaires et fringants physiquement, les Japonais peuvent regretter des contres mal négociés. Il leur faudra batailler face au Mexique pour le bronze, ce qui serait une première médaille historique pour les Samouraïs.
Suivez les Jeux Olympiques de Tokyo en intégralité sur Eurosport !
Après l'intensité exacerbée dans la première demi-finale, ce second opus a offert un visage plus prudent et mesuré. Rapidement dominatrice dans l'entrejeu, la sélection menée par Luis de la Fuente a cruellement manqué de mouvement et d'initiatives pour inquiéter un bloc bas japonais parfaitement huilé et équilibré. Avec cinq défenseurs sur la pelouse, Hajime Moriyasu a vu clair dans le jeu ibérique : une incapacité à varier les offensives, le tout en concentrant ses séquences dans l'axe.
Tokyo 2020
Le Brésil conserve son titre au bout du suspense
07/08/2021 À 14:05
Longtemps stériles, les coéquipiers de Rafa Mir se sont subitement réveillés à la fin du temps réglementaire. L'attaquant de Wolverhampton, justement, est tombé sur un Tani en grande forme (76e). Une pluie d'occasions franches se sont ensuite succédées sur les cages du portier nippon (88e par deux fois, 90e), mais Zubimendi, Mir et enfin Oyarzabel ont péché dans le dernier geste.

Rafa Mir et Marco Asensio

Crédit: Getty Images

L'Espagne une nouvelle fois miraculée

Malgré une fin de deuxième mi-temps en trombe, la Rojita a rapidement pioché durant la prolongation. Plus agressifs et moins lénifiants, les Samouraïs se sont montrés dangereux par deux fois. Dans un premier temps, sur une tête à bout portant de Maeda, tout juste entré en jeu et trouvé malgré l'étau Garcia-Torres. Enfin, au cours d'une séquence folle de 2 minutes au cours desquelles les coéquipiers de Soma, poison constant sur le flanc gauche, ont fait le siège de la surface espagnole. Pris de panique mais incapables de se dégager, les partenaires de Pedri, effacé ce mardi, ont bien cru perdre l'occasion de s'offrir une revanche 21 ans après la défaite à Sydney en finale face au Cameroun.
Mais comme face à la Côte d'Ivoire en quarts (5-2 ap.), la Rojita a pu compter sur l'éclair d'un entrant. Un rôle tout trouvé pour Asensio, souvent décisif dans ce rôle du côté de la Casa Blanca. Déjà à l'essai dans le temps additionnel de la seconde période (90e+3), le Madrilène ne s'est pas manqué cette fois-ci pour délivrer tout un pays d'un bijou du gauche dans la surface (115e). Un exploit qui n'effacera pas les nombreuses minutes laborieuses des joueurs en blanc, mais, on a pu le constater plus tôt dans la soirée nippone, l'enjeu a pris le pas sur le jeu. A voir qui du Brésil ou de l'Espagne glanera le plus beau des métaux samedi 7 août prochain.
Tokyo 2020
Espagne - Brésil : Revivez le sacre des Brésiliens
07/08/2021 À 11:22
Tokyo 2020
Les Canadiennes enfin sacrées
06/08/2021 À 14:59