Getty Images

Avec le fair-play financier, le Real Madrid peut-il vraiment dépenser à tout va ?

Avec le fair-play financier, le Real Madrid peut-il vraiment dépenser à tout va ?

Le 27/03/2019 à 15:38Mis à jour Le 27/03/2019 à 16:23

TRANSFERTS - Le Real Madrid compte s'activer de manière fracassante sur le marché des transferts. Selon plusieurs médias, le club aurait une enveloppe de 400 millions d'euros. Mais est-ce vraiment possible de dépenser à tout va alors que le fair-play financier est en place ?

C'est le sujet du moment. Et tout le monde l’annonce : le Real Madrid va frapper fort sur le marché cet été. Pour relancer la Maison Blanche, Florentino Perez serait prêt à remettre la main à la poche pour offrir à Zinedine Zidane les joueurs qu'il souhaite. Et forcément, quand on évoque le Real Madrid, on ne parle pas d'éléments de seconde zone. Juste des "tops players". Il s'agit quand même de l'ancienne maison des Galactiques et de Cristiano Ronaldo. Mais qu'en est-il vraiment ? Est-ce vraiment envisageable de voir le club merengue affoler les compteurs, alors que le fair-play financier guette ?

Des sommes folles circulent depuis quelques semaines. Marca avait ainsi annoncé en janvier que le club madrilène disposait de près de 300 millions d'euros pour recruter. Et cette semaine, France Football évoque une enveloppe de 400 millions, sans compter les éventuels départs. Mais n'est-ce pas un doux fantasme ? Eh bien… non. "Vu les comptes que le Real affiche, les Madrilènes ont une capacité importante… Ils gagnent plus d'argent qu'ils n'en dépensent et ils font des bénéfices. Alors oui, ils ont une vraie capacité d'investissement", explique Maître Thierry Granturco, avocat spécialiste du droit du sport et qui connait bien le milieu du ballon rond.

On parle du club le plus riche du monde avec des revenus records ...

Le détail qui change tout sur le solde des 100 millions à ne pas dépasser

Depuis quelques semaines, certains avancent que la dernière évolution du FPF a les moyens de limiter le Real ou le Bayern Munich par exemple. Pour cela, ils évoquent une règle en particulier, celle ajoutée en mars 2018 : l'UEFA demande maintenant à ses clubs d'avoir un solde maximum de 100 millions d'euros entre les dépenses et les ventes sur le marché des transferts. De quoi freiner les ambitions madrilènes ? Encore une fois, non. Déjà, le mastodonte espagnol a les moyens de vendre quelques jolis noms pour équilibrer sa balance (Gareth Bale ? Marcelo ? Raphael Varane ? James Rodriguez ?).

Surtout, l'UEFA n'a pas formellement interdit de dépasser ce solde de 100 millions, un dépassement oblige en fait "juste" un club à fournir des garanties à l’instance européenne de contrôle financier des clubs. "Si un club sort d’un de ces indicateurs, l’UEFA aura désormais un mécanisme lui permettant de vérifier rapidement si les règles sont respectées. Cela permettra d’agir beaucoup plus rapidement que par le passé", a précisé Michael Verschueren, responsable du groupe de travail de l'ECA sur les dossiers financiers.

Avec ses comptes de club le plus riche du monde, le Real n'a pas de raisons de craindre cette règle. Et pourrait sereinement voir l'UEFA se pencher sur son cas, s'il dépasse les 100 millions entre ses achats et ses ventes. "Si le Real dépassait le seuil des 100 millions, les Madrilènes ne s'endetteraient pas pour autant. S'il dépasse le seuil, l'UEFA va se pencher sur le dossier. Mais comme le Real est largement bénéficiaire…", argumente Maître Granturco.

Zinedine Zidane (Real Madrid)

Zinedine Zidane (Real Madrid)Getty Images

" Je ne vois pas l'UEFA se tirer une balle dans le pied "

En clair, le club madrilène peut voir venir avant de se retrouver dans le viseur de l’UEFA. Tout comme un autre géant, qui compte bien s'activer cet été : le Bayern Munich. Sans grande surprise… "Je ne vois pas l'UEFA se tirer une balle dans le pied en participant à l'appauvrissement des effectifs des grands clubs, souligne Maître Thierry Granturco. Qui dit appauvrissement des effectifs dit équipe moins performante, dit jeu moins plaisant et dit droits TV qui diminuent. Ils ont mis en place une spirale positive en libérant les transferts et permettant à des clubs de se construire de vraies armadas pour produire du superbe spectacle et qu'ils ont pu vendre à des prix incroyables. Je ne vois pas l'UEFA stopper le cercle vertueux avec ce style de plafond qui amène les effectifs à qualitativement baisser".

Bien décidé à se relooker comme à ses plus belles heures quand il animait les marchés, le Real Madrid va bien être l'acteur principal de l'été. Il ne pourra bien sûr pas accumuler des "Galactiques" ou acheter trois ou quatre Kylian Mbappé par exemple, sans prendre le risque de déséquilibrer son effectif. Mais ce n'est pas son ambition. Car de toute manière, il n'y a pas de nombreuses stars avec ce potentiel ou cette dimension. Son trésor de guerre lui offre cependant de très belles perspectives pour attirer des "Tops Players". Les autres peuvent bien trembler…

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0