Eurosport

Ligue 1 : Marseille, le casse-tête du mercato

Marseille, le casse-tête du mercato

Le 27/12/2018 à 08:37Mis à jour Le 27/12/2018 à 13:03

TRANSFERTS - L’Olympique de Marseille n’a jamais eu autant besoin de se renforcer et pourtant, ses positions sur le mercato hivernal semblent extrêmement floues. De quels moyens dispose le club ? Quels joueurs pourraient arriver ? Qui sont ceux qui doivent partir ?

L’hiver de l’Olympique de Marseille va être long, très long. Après une première partie de championnat en demi-teinte et une campagne européenne désastreuse (le club a terminé dernier de sa poule avec un seul point en six matches), l’équipe de Rudi Garcia est dans l'obligation de se renforcer, mais doit, surtout, être dégraissée. Le chantier est très important. Dans les buts, en défense et surtout en attaque, Andoni Zubizarreta va avoir de quoi faire pendant la trêve, sans certitude sur l’investissement.

  • Recruter oui, mais avec quel argent ?

Avec le rachat du club par Frank McCourt en octobre 2016, les supporters marseillais espéraient ne jamais plus avoir à entendre parler de budget limité. Malheureusement pour eux, le propriétaire du club ne semble plus enclin à investir massivement, et ce n’est pas le début de saison de l’OM qui pourrait le convaincre. Sur l’enveloppe de 200 millions d’euros de recrutement prévue jusqu’en 2020, le club en a déjà dépensé les trois-quarts, avec beaucoup de loupés, et très peu de bonnes affaires.

Frank McCourt, le nouveau propriétaire de l'OM

Frank McCourt, le nouveau propriétaire de l'OMAFP

Les Marseillais peuvent espérer des prêts, mais les vrais investissements, s’il y en a, se feront l’été prochain, et dépendront très probablement d’une qualification en Ligue des Champions. Qualification qu’il pourrait être difficile d’obtenir si l’équipe ne se renforce pas. Le serpent qui se mord la queue.

  • Éviter les erreurs de l'été

La direction de l’OM va devoir éviter les erreurs du mercato estival de 2018. La principale est d’avoir laissé la main à Rudi Garcia, notamment en ce qui concerne l’arrivée de Strootman. Le milieu de terrain a été vendu par l’AS Rome 28 millions d’euros (25 + 3 de bonus).

Rudi Garcia (OM)

Rudi Garcia (OM)Getty Images

Problème, le protégé de l’entraîneur marseillais ne s’est jamais montré à son niveau et suscite même des tensions dans les vestiaires à cause de son salaire (4,5 millions d’euros par an). Que dire de Caleta-Car et Radonjic qui sont loin d’avoir fait leurs preuves ? En tout, 56 millions d’euros ont été dépensés pour les trois joueurs.

  • Que privilégier ?

Les lacunes de l’OM sont criantes en attaque et en défense, surtout à gauche. Le “grantatakan” n’est jamais arrivé. Kostas Mitroglou et Valère Germain font partie des flops du recrutement marseillais. Il devient urgent de muscler cette attaque qui, pour le moment, se repose en grande partie sur Florian Thauvin (11 buts sur les 30 inscrits par le club). Germain, Mitroglou et Njie n’ont marqué que sept buts à eux trois. L’enjeu de la direction va être de trouver un joueur, qui sera capable de s’imposer très rapidement et de briller sur du moyen, voire du long terme. C’est là toute la difficulté du mercato hivernal.

La détresse de Kostas Mitroglou face à Francfort

La détresse de Kostas Mitroglou face à FrancfortGetty Images

Le club phocéen doit également impérativement se renforcer en défense, en commençant par le poste de gardien. Steve Mandanda est clairement sur la pente descendante, et il est temps de lui trouver un successeur. Le nom de Benjamin Lecomte a été évoqué, mais Montpellier en demande 20 millions d’euros, une somme que le club ne semble pas prêt à investir, surtout pour un gardien. L’OM doit également se renforcer à gauche. Jordan Amavi est très loin d’avoir le niveau attendu et Hiroki Sakaï ne pourra pas jouer de ce côté toute la deuxième partie de saison.

  • Comment dégraisser ?

Si elle veut recruter, la direction de l’OM n’a pas le choix, elle va devoir dégraisser. A commencer par les attaquants, Germain et Mitroglou. Le premier est convoité par l’AS Monaco, tandis que le second aimerait retourner à l’Olympiakos. Mais sous quelle forme effectuer ces transferts ? Vendre ces joueurs soulagerait la masse salariale du club. Et surtout, cela permettrait à la direction de réinvestir.

Valère Germain.

Valère Germain.Getty Images

Des prêts semblent également envisageables ; si le club accepte de prendre en charge une grosse partie du salaire. Cela permettrait éventuellement de remettre certains indésirables en jambe et de les vendre en juin prochain. Mais, cela signifie qu’en plus de payer une partie de leurs salaires, il faudra également payer le salaire de ceux qui arriveront pour les remplacer. L’hiver ne sera pas seulement long, il sera aussi intense, surtout si l’OM vise les places européennes.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0