Il en avait déjà parlé avant le match de championnat du Parc des Princes, Andre Villas-Boas a de la suite dans les idées car il en a remis une couche ce lundi, à deux jours du Trophée des Champions. Mercredi, l'Olympique de Marseille aura l'opportunité de remporter un premier titre depuis 2012, ainsi de mettre fin à huit ans de disette phocéenne.
Pour ce faire - et c'est là que ça se complique -, l'OM devra venir à bout du Paris Saint-Germain, maitre de l'Hexagone rarement contesté depuis bientôt une décennie. Depuis l'arrivée de QSI, ajouterait le technicien portugais de l'OM.

L'OL en mode champion, Mbappé + Dia = Dijon : les chiffres de la phase aller

Ligue 1
Comment Messi est devenu la variable d'ajustement du prix des places au Parc
IL Y A 19 HEURES
Même s'il ne se fait pas d'illusion quant au prestige du Trophée des Champions qui reste un bonbon et tout sauf un plat de résistance, Andre Villas-Boas n'a pas hyper envie de faire la fine bouche. Au contraire. Parce que la France est la France. Et que la Ligue 1 est… intouchable à ses yeux. "Je me suis rendu compte qu'il a plus d'importance dans d'autres pays qu'ici. Après c'est important d'avoir un titre au palmarès, surtout en France avec la domination du PSG", a-t-il confié en conférence de presse lundi.

Mercato, Mandanda, Neymar... L'essentiel de la conférence de Villas-Boas

Un milliard et demi d'investissements de différence
AVB est quelque peu chagriné par les écarts de puissance entre le surpuissant PSG et le reste de la meute. Et juge la famine olympienne comme une conséquence directe de la force de frappe parisienne. "L'OM ne gagne plus de titres depuis que le PSG a changé la face du football français. Ce n'est pas non plus de la faute de l'OM, mais la réalité du championnat le plus déséquilibré au monde. Normalement, le PSG doit gagner toutes les coupes nationales." Pourquoi ? En raison des moyens limités des uns et de la richesse des autres, on y revient. "Le PSG doit gagner parce qu'il y a un milliard et demi d'investissements de différence entre nos deux clubs. C'est la réalité."
Gagner face au PSG n'est pourtant pas impossible, les Phocéens l'ont montré à l'aller. Et Lyon, actuellement, fait mieux que tenir tête aux joueurs de Pochettino en championnat. Alors, AVB a, au minimum, le devoir d'y croire. A Lens, les Marseillais ne viendront pas en victime expiatoire et vont tout faire pour réchauffer l'ambiance, si l'on en croit le Portugais. D'ailleurs, il a déjà commencé ce lundi. "Je préfère quand un Clasico est chaud. On a la demande des supporters de répondre avec agressivité. (à l’aller), le match était incontrôlable à la fin, mais plus à cause des provocations des autres." L’enfer, c’est (souvent) les autres.
Ligue 1
Hakimi, ça change la vie
22/09/2021 À 22:50
Ligue 1
Antonetti fustige l'arbitrage et tance Mbappé : "Il gagnerait à être plus humble"
22/09/2021 À 22:10