Getty Images

Allemagne-France : Areola, le sens de l'histoire

Areola, le sens de l'histoire

Le 05/09/2018 à 14:34Mis à jour Le 05/09/2018 à 16:00

LIGUE DES NATIONS - Hugo Lloris et Steve Mandanda absents sur blessure, Alphonse Areola va honorer sa toute première sélection face à l'Allemagne jeudi (20h45). Même si cette première titularisation arrive par défaut, elle traduit la progression du gardien du PSG vers un statut auquel il aspire depuis longtemps.

L'histoire retiendra qu'il a été champion du monde avant de devenir international. Alphonse Areola est un cas unique dans le paysage du football français. Mais il n'aura finalement pas attendu bien longtemps après le sacre des Bleus pour connaître enfin sa première cape. Même s'il la doit seulement à un concours de circonstances. Steve Mandanda puis Hugo Lloris ont dû décliner la sélection sur blessure. De numéro trois dans la hiérarchie des gardiens des Bleus, le portier du PSG se retrouve numéro un pour la première sortie des Tricolores depuis leur titre mondial.

Il y a une forme d'anomalie dans l'histoire d'Areola. Il semblait destiné à défendre le but de la sélection A bien plus tôt qu'en cette soirée de septembre 2018 en Allemagne. Annoncé dès ses débuts comme un futur crack à son poste, titulaire dans toutes les catégories d'âge de l'équipe de France depuis les U15, sacré champion du monde U20 en 2013, le Parisien aura finalement dû patienter jusqu'à ses 25 ans pour gravir cette dernière marche. Cela risque de n'être qu'une parenthèse. Mais elle confirme que le portier du PSG incarne l'avenir des Bleus au poste après Lloris (31 ans) et Mandanda (33 ans).

"Areola est en constante progression"

Tout vient à point à qui sait attendre. Cela pourrait être la devise d'Areola. Au PSG aussi, il a dû prendre son mal en patience. Prêté successivement à Bastia, à Lens puis à Villarreal, il a attendu jusqu'en 2016 pour avoir enfin sa chance en équipe première avec son club formateur. L'apprentissage a été délicat. Mais après une première saison compliquée, durant laquelle il a perdu son statut de titulaire au profit de Kevin Trapp, Areola a fini par prendre son envol en 2017-18 pour s'imposer dans le but parisien et s'installer définitivement dans le groupe de Didier Deschamps.

Vidéo - Bleus - Deschamps : "Je considère Aréola parmi les trois meilleurs gardiens français"

01:43

L'ascension est nette. Et cette titularisation face à l'Allemagne, même par défaut, s'inscrit dans le sens de l'histoire pour Areola. “Alphonse a été convoqué pour la première fois en octobre 2015, a rappelé Deschamps. Il était dans le rôle de troisième gardien et n’a pas eu de temps de jeu. Mais s’il était avec nous en Russie, c’est que je le considère parmi les trois meilleurs français. Areola est en constante progression. Il a fait une excellente saison avec le PSG, il connaît une nouvelle situation avec l’arrivée de Buffon."

"Buffon ? A moi de faire avec"

Pour Areola, le processus est en effet loin d'être terminé. En sélection, où il reste le numéro trois derrière Lloris et Mandanda, comme en club. Mais le Parisien a prouvé sa patience. Et sa capacité à apprendre. Dans cette optique, il sait qu'il doit tirer profit de la présence de Buffon au PSG même si elle le condamne forcément à un temps de jeu moins important que la saison passée. "A moi de faire avec, reconnaissait-il après la victoire du PSG face à Angers (3-1). Je profite de cette présence. A moi de grandir à ses côtés."

Gianluigi Buffon et Alphonse Areola

Gianluigi Buffon et Alphonse AreolaGetty Images

La répartition du temps de jeu entre Areola et Buffon sera essentielle pour que le Français puisse réellement tirer profit des enseignements que l'Italien pourra lui transmettre. Thomas Tuchel a déjà envoyé un signe positif dans ce sens. L'entraîneur parisien a titularisé l'international tricolore face à Angers et Nîmes (2-4) en prévision du déplacement à Liverpool, compte tenu des trois matches de suspension de Buffon en Ligue des champions. Areola a parfaitement répondu avec deux prestations solides pour apporter sa contribution à ces deux victoires parisiennes.

L'Allemagne... puis Anfield

Après l'Allemagne avec les Bleus, Anfield sera un autre sacré défi à relever pour le gardien du PSG. Mais il semble prêt à le relever. Parce qu'il a les acquis d'une dernière saison aboutie et d'une double confrontation globalement réussie face au Real Madrid en Ligue des champions. Et ce nouveau statut que lui confère ce titre de champion du monde, même sans avoir eu la moindre minute de temps de jeu en Russie. Plus performant, plus régulier, Areola affiche une sérénité qui rejaillit positivement sur son équipe. Elle contraste avec la fébrilité qu'il dégageait trop souvent lors de la saison 2016-17.

Cela traduit sa progression vers ce statut de gardien numéro un de l'équipe de France A auquel il a toujours aspiré. "Le gardien d'avenir des Bleus ? Areola, sans hésiter, affirme Christophe Lollichon, en charge du développement des jeunes portiers de Chelsea. Il est bon sur sa ligne et avec ses pieds, il a de l'envergure. Il a été critiqué, mais c'est un bosseur, il sait analyser. Il va être au top." L'Allemagne ne sera qu'une étape et le sommet est encore loin. Mais Areola sait prendre son mal en patience.

Presnel Kimpembe et Alphonse Areola

Presnel Kimpembe et Alphonse AreolaGetty Images

0
0