Getty Images

Ligue des nations : En 2018, ce n'est pas toujours la France qui gagne

En 2018, ce n'est pas toujours la France qui gagne

Le 19/11/2018 à 23:25Mis à jour Le 20/11/2018 à 08:56

LIGUE DES NATIONS – Cela leur pendait au nez après leur défaite à Rotterdam vendredi : les Français ne verront pas la première phase finale de la Ligue des nations, éliminés par des Néerlandais venus profiter de leur décompression post-Mondial.

Dans une année 2018 qui les a vus décrocher l'étoile, les Bleus ont été trahis par l'Allemagne au moment d'écarter le nuage qui menaçait. La Mannschaft n'a pas fait mieux que match nul lundi contre les Pays-Bas (2-2), et ce sont donc les Néerlandais, vainqueurs de l'équipe de France vendredi (2-0), qui s'extirpent du groupe 1 de la Ligue A. Avec deux victoires, un nul et une défaite, les hommes de Didier Deschamps sont éliminés à la différence de buts particulière par les Oranje, qui affronteront en juin le Portugal, l'Angleterre et la Suisse.

Finalistes de l'Euro 2016, vainqueurs du dernier Mondial, les Bleus voient donc cette jolie série se fracasser sur la toute fraîche Ligue des nations. Un enjeu mineur ? Peut-être, mais quand même : "On a envie de tout gagner, tout rafler sur notre passage", rappelait la semaine dernière l'affamé Blaise Matuidi. "Malgré tout ce qu'on a montré, on a quand même envie d'y aller !", assurait de son côté Kylian Mbappé. Raté, et les Bleus peuvent essentiellement s'en prendre à eux, même s'ils tombent contre des Néerlandais séduisants, à la trajectoire inverse.

Des turbulences pour finir l'année

Absents de l'Euro et du Mondial, les Oranje se ont retrouvés cet automne quand les Bleus étoilés se perdaient. La gifle rotterdamoise intervenait après une victoire arrachée à l'Allemagne (1-2), performance elle-même précédée d'un nul piteux contre l'Islande à la mi-octobre (2-2, en amical). Ces turbulences, "beaucoup d'équipes qui ont été loin en Coupe du monde" les ont connues, a également rappelé Deschamps, pointant une "usure physique et psychologique".

Vidéo - Mbappé : "Ça arrive de se louper… mais ce n'était pas le moment"

01:18

En 2018, les Bleus n'ont donc pas toujours la réussite avec eux. L'état de grâce a fini par les abandonner même s'ils restent sur un très grand cru, dont il ne tient qu'à eux de laisser de côté l'arrière-goût dont il vient de s'accompagner. Après la lumière et les lauriers récoltés depuis le 15 juillet, certains Bleus rêvent même d'un début de décembre très chargé, autour de la cérémonie du Ballon d'Or (le lauréat sera annoncé le 3).

Deschamps va lancer une nouvelle séquence

La veille, alors qu'ils espéraient se concentrer sur le tirage au sort du Final Four de la Ligue des nations, une partie de leur futur proche se dévoilera tout de même, avec l'annonce de la composition des groupes pour les qualifications pour l'Euro 2020. En juin, pendant que les Néerlandais s'opposeront au Portugal, à l'Angleterre et à la Suisse, les Bleus joueront directement leur place dans l'élite (élargie) du football européen et, après avoir préservé le groupe des champions du monde ces dernières semaines, Deschamps lancera cette fois une nouvelle séquence.

Celle qui se termine ces jours-ci reste brillante. Les Bleus en 2018 ce sont : 11 victoires pour 4 nuls et 2 défaites ; une élimination pour le Final Four de la Ligue des nations ; une deuxième étoile mondiale sur le maillot. Cette dernière, suivie de communions qui ont définitivement réconcilié public et joueurs français, se suffirait presque à elle-même. Mais les déboires des Bleus ces dernières semaines, cette élimination en Ligue des nations et le discours d'éternel gagneur de Deschamps rappellent qu'aucun sacre n'est une finalité. Pas même le plus grand d'entre eux.

0
0