Getty Images

Ligue des Nations - L'Allemagne et la France se neutralisent à Munich (0-0)

Une rentrée studieuse à défaut d'être brillante

Le 06/09/2018 à 22:40Mis à jour Le 06/09/2018 à 23:19

LIGUE DES NATIONS - L'équipe de France a rendu une copie correcte, sans plus, jeudi pour son match de rentrée. Plutôt bien en place en première mi-temps avant d'être bousculés dans le deuxième acte, les champions du monde, en manque de fraîcheur, sont parvenus à conserver le nul grâce notamment à un exceptionnel Alphonse Areola. Rendez-vous dimanche au Stade de France face aux Pays-Bas.

Une rentrée est rarement une affaire aisée. Et quand on est champion du monde, la chose est identique. Surtout quand on débute par un choc face à une équipe du statut et dans la situation de l'Allemagne. Revanchards après avoir été humiliés en Russie, les Allemands ont posé des soucis à des Bleus visiblement usés au fil de la rencontre. Mais pour leur premier match dans cette toute nouvelle Ligue des Nations, les champions du monde en titre ont su préserver le nul (0-0), comme leurs aînés de 1998 (2-2 face à l'Autriche). Ils peuvent cependant dire un grand merci à Alphonse Areola.

Il y a eu du bon et du moins bon dans cette rencontre entre les deux derniers champions du monde. Sans surprise après leur été animé - et c'est un doux euphémisme -, les protégés de Didier Deschamps n'avaient visiblement pas les jambes pour planter les accélérations qui ont fait leur succès en Russie, surtout dans les 25 dernières minutes. Kylian Mbappé, qui s'est essayé sur un coup franc capté par Manuel Neuer (43e), a bien sûr eu quelques éclairs pour mettre à mal la défense allemande, comme à la 45e.

Il y a aussi une belle séquence au retour des vestiaires, avec un Antoine Griezmann plus en vue et auteur de frappes intéressantes (49e et 65e). Mais sinon, et si Neuer a aussi dû s'illustrer sur une tête d'Olivier Giroud (35e), les Français, qui ont subi en fin de rencontre, ont surtout été appliqués. Sans être exceptionnels. Ils ont même été en souffrance sur la fin, quand leur manque de fraîcheur a sauté aux yeux. Du coup, Alphonse Areola a été sollicité. Et il en a bien profité.

Areola, première réussie

A Munich ce jeudi soir, le gardien du PSG, titularisé en l'absence de Hugo Lloris - blessé et forfait -, était le seul Français aligné d'entrée qui n'avait pas été titulaire lors de la finale du Mondial 2018. Et il a fêté sa première cape de la plus belle des manières. C'est simple, il y est pour beaucoup dans ce point ramené par les Bleus d'Allemagne. Car il a multiplié les parades (18e, 45e, 57e, 64e 72e, 74e, 75e). Il en a notamment signé deux sublimes devant Reus et Ginter. Difficile de faire mieux pour débuter son histoire avec les Bleus.

Grâce à lui, les Tricolores ont étrenné leur deuxième étoile avec un match nul. C'est toujours ça de pris même si ce premier résultat n'est pas forcément celui espéré. C'était quand même l'Allemagne en face. Une rencontre loin d'être évidente pour leur premier match depuis la conquête de leur deuxième Coupe du monde. Face aux Pays-Bas dimanche, il faudra hausser un peu le ton pour profiter au mieux des festivités prévues.

Alphonse Areola lors d'Allemagne-France

Alphonse Areola lors d'Allemagne-FranceGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0