Covid oblige, l'Assemblée générale de la Fédération française de football a voté vendredi un budget prévisionnel 2021-2022 déficitaire de 5,7 millions d'euros "pour la première fois depuis plus de 20 ans", selon son trésorier.

Le Covid-19 et la défection de Médiapro en cause

L'AG a voté un budget prévisionnel déficitaire, "marqué par les conséquences de deux crises inédites par leur ampleur", a expliqué le trésorier, Philippe Diallo, "la crise sanitaire liée au Covid-19 et la crise liée à la défaillance du diffuseur principal des compétitions professionnelles, Mediapro".
Ligue 1
Décès de Camille Ninel, légende de l'OL dans les années 50
IL Y A 2 HEURES
Les ressources prévues se montent à 244,2 millions d'euros, les dépenses à 253,6 millions d'euros, pour un déficit de 9,4 millions d'euros, que la FFF ramène à 5,7 millions d'euros en tenant compte d'un bénéfice à l'Euro. Au Championnat d'Europe, les dépenses prévues (11,3 millions d'euros) sont moindres que la dotation UEFA (15 millions d'euros) et permettent de dégager un bénéfice de 3,7 millions d'euros.

Noël Le Graët

Crédit: AFP

Sur un plan sportif, la "3F" a budgété les quarts de finale à l'Euro pour les A et aux Jeux pour les Espoirs, et la 3e place en Ligue des nations, "des hypothèses budgétaires prudentes", a expliqué M. Diallo. Pour les affluences, la Fédération espère que l'équipe de France pourra jouer devant une jauge à 25% jusqu'en décembre et devant une affluence normale à partir du second semestre de la saison.
Le trésorier a précisé que les aides au foot amateur seraient maintenues au même niveau, soient 33,4 millions d'euros promis aux Ligues et Districts, presque comme en 2020-2021 (33,2 millions d'euros).
On a un devoir fort : faire revenir le plus rapidement possible des gamins au stade
L'AG n'a pas traité en profondeur le changement de format de la Ligue 1, de 20 à 18 clubs, voté la veille par l'assemblée générale de la Ligue de football professionnel (LFP), qui impacte le National 1 (3e division), car la réforme est prévue pour 2023-2024 et impactera la saison 2022-2023. "Nous aurons tout le temps pour étudier les conséquences sur nos championnats", a expliqué le directeur juridique, Jean Lapeyre, renvoyant à "la prochaine AG hivernale".
Il a également tenu à attirer l'"attention sur le score à la soviétique" (97,28%) du vote de la LFP pour cette réforme, "c'est une excellente chose que le foot professionnel se montre aussi uni sur des sujets aussi importants", a dit Jean Lapeyre. Le président, Noël Le Graët, a également "apprécié l'accord unanime du foot pro, qui n'était pas si simple". Jouer "à 18, ce n'était pas l'intérêt de tous".
En conclusion de l'AG, il a rappelé que "l'année a été difficile, vous l'avez tous ressenti", mais "le football va redémarrer", a assuré le président. "Je demande à tous les responsables d'être optimistes", a-t-il poursuivi, car "on a un devoir fort: faire revenir le plus rapidement possible des gamins au stade".
Ligue des champions féminine
Un OL en reconquête, un FC Barcelone aux dents longues : une finale pour marquer son territoire
IL Y A 12 HEURES
Ligue des champions féminine
Hegerberg, et la vie est plus belle à l'OL
IL Y A 12 HEURES