AFP

Bleus: Pour Michel Hidalgo, Raphaël Varane est prêt à jouer en équipe de France

Hidalgo : "Varane ? Il faut bien débuter un jour"
Par Eurosport

Le 19/03/2013 à 17:40Mis à jour Le 19/03/2013 à 19:41

Trop jeune pour être titulaire chez les Bleus, Raphaël Varane? Ce n'est pas l'avis de l'ancien sélectionneur de l'équipe de France, Michel Hidalgo.

Ancien sélectionneur de l’équipe de France, Michel Hidalgo ne serait pas contre une charnière centrale composée de Mamadou Sakho et Raphaël Varane contre la Géorgie puis l’Espagne. Il assure que le Madrilène a toutes les qualités pour débuter sa carrière internationale dès cette semaine et estime qu’"il n’y a pas d’âge pour connaître une première sélection."

Raphaël Varane doit-il être titulaire en défense centrale contre la Géorgie puis contre l’Espagne selon vous ?

M.H. : Ce sera au sélectionneur de trancher mais le match contre la Géorgie me semble parfait pour débuter une carrière internationale. Après, l’Espagne, ce sera une autre rencontre. Sur ce que j’ai vu de lui, il a les qualités pour être titulaire, il connait le très haut niveau et joue régulièrement dans un grand club. Mais le sélectionneur l’a supervisé certainement davantage que moi, il sait ce qu’il peut faire avec lui.

Est-ce un problème de ne pas avoir encore vingt ans pour commencer en équipe de France ?

M.H. : Pour moi, il n’y a pas d’âge pour connaître une première sélection. Il faut bien débuter un jour et s’il a le talent pour être aligné d’entrée, il ne faut pas se priver de le faire jouer. Il ne faut pas se poser trop de question. Mais encore une fois, ce sera au sélectionneur de décider.

Il pourrait être associé à Mamadou Sakho et composer avec lui une charnière centrale très jeune. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

M.H. : Si Didier Deschamps retient cette option, ça ne m’inquiète pas. Les joueurs talentueux peuvent évoluer avec n’importe quel partenaire et trouver des automatismes rapidement. Je ne me fais pas de souci.

En vue du match contre l’Espagne, Varane ne possède-t-il pas surtout l’avantage de s’entraîner au quotidien avec les joueurs du Real Madrid et d’affronter régulièrement ceux du FC Barcelone ?

M.H. : C’est une valeur ajoutée importante pour Varane de connaître parfaitement les joueurs qu’il serait amené à affronter s’il venait à être titularisé contre l’Espagne. Mais c’est à l’entraîneur de prendre la liberté de se dire que malgré son âge, il peut le faire jouer.

Vous étiez sélectionneur des Bleus entre 1976 et 1984. Est-ce plus compliqué de lancer des jeunes joueurs au niveau international aujourd’hui ?

M.H. : Il y a surtout beaucoup plus de jeunes qui évoluent au niveau professionnel. Ils entrent plus tôt dans les centres de formation, ils suivent un cursus plus long et sont donc plus matures pour jouer rapidement au haut niveau. Dès 18, 19 voire 20 ans, certains postulent à une place chez les Bleus. Mais ça n’a pas empêché certains joueurs de se révéler aussi très tôt à mon époque.

Comme Manuel Amoros, qui a disputé une demi-finale de Coupe du monde à seulement 20 ans. Vous étiez-vous posé la question de le faire jouer à cause de son âge ?

M.H. : Elle ne se posait pas en ces termes. Avant de prendre une telle décision, je regardais les capacités du joueur, sa maturité sur le plan physique et sa solidité mentale. Manu Amoros réunissait toutes ces conditions. Donc, je passais derrière.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313