F1i

Comment fonctionne le débitmètre de la F1 ?

Comment fonctionne le débitmètre de la F1 ?
Par F1i

Le 15/04/2014 à 12:02Mis à jour Le 15/04/2014 à 12:39

Après la défaite en appel de Red Bull concernant la disqualification de Ricciardo, le point sur le fonctionnement du débitmètre en Formule 1.

Mais comment ce débit maximal est-il calculé ?

On le sait, le règlement a fixé cette année un débit maximal à ne pas dépasser (100 kg d’essence par heure), afin d’encadrer la consommation de carburant. Pour s’assurer que ce seuil n’est pas franchi, la FIA oblige chaque écurie à monter sur ses monoplaces un débitmètre, qu’elle a homologué.

2000 mesures à la seconde

“Nous mesurons ces temps de transit 2000 fois par seconde,explique un porte-parole de Gill Sensors. Nous les comparons, et comme nous connaissons la distance à parcourir ainsi que la densité de l’essence, nous pouvons calculer le débit volumétrique et, de là, le débit de masse. Il y a beaucoup de mathématiques qui interviennent là-dedans !”

C’est donc d’abord le débit volumétrique qui est mesuré. On en déduit ensuite le débit de masse (seule norme officielle), en se fondant sur la densité de l’essence, c’est-à-dire sa masse volumique. Or, celle-ci varie en fonction de la température, notamment.

“Le défi est justement d’effectuer une mesure précise dans un large spectre de températures,souligne la firme britannique. En F1, la température de l’essence peut aller de 10 °C à 60 °C : il faut être certain que pour un débit fixé, vous mesurez toujours le même paramètre, car la densité et la viscosité de l’essence varient avec la température. Nous avons donc beaucoup travaillé pour développer des algorithmes qui compensent ces évolutions de température.”

Calibrage sur mesure

Chaque pétrolier envoie un échantillon de son carburant à un laboratoire agréé par la FIA, qui vérifie sa conformité et tire différentes courbes de densité et de viscosité (le tout est déposé à la Fédération pour d’éventuels contrôles après les Grands Prix). Une copie de ces courbes est également envoyée à une société anglaise, Calibra, qui calibre et paramètre les débitmètres de chaque écurie en fonction de ces courbes.

Installation complexe

Le débitmètre est relié au boîtier électronique standard imposé par la FIA (ECU) et fournit des données en temps réel. Selon Gill Sensors, 52 % des mesures présentent une marge d’erreur de 0,1 % (et 92 % un taux d’erreur de 25 %). Pesant 240 grammes pour 15 cm de longueur, l’appareil est installé près du réservoir, sur le circuit d’amission (chaque goutte d’essence quittant le réservoir passe par le débitmètre et est conduite vers les injecteurs), ce qui rend son remplacement en cas de panne extrêmement long. En cas de panne, justement, la FIA possède un plan B et peut calculer le débit à partir des données de pression d’essence et des timings des injecteurs.

De quoi diminuer le flot de polémiques ? Pas sûr...

0
0