McLaren

Course : déclarations

"Massa m'a braqué dessus"
Par Eurosport

Le 30/10/2011 à 16:07Mis à jour Le 30/10/2011 à 19:59

Voici ce qu'ont déclaré les pilotes à l'issue du Grand Prix d'Inde, 17e manche du Mondial 2011, remporté par Sebastian Vettel (Red Bull) devant Jenson Button (McLaren) et Fernando Alonso (Ferrari).

Sebastian Vettel (Red Bull, vainqueur) : "Nous avons réalisé une bonne course, j'ai pris beaucoup de plaisir. Avec Jenson (Button), nous nous sommes battus à distance. Il était environ quatre secondes derrière moi mais, étrangement, il se rapprochait à chaque passage aux stands. En course, il fallait préserver les pneus et s'assurer de les tenir jusqu'à l'arrivée. La voiture était bien équilibrée et j'ai signé une course fantastique. Mais je suis tout de même mitigé. Je suis très fier d'avoir gagné le premier Grand Prix d'Inde mais en même temps, nous avons perdu deux collègues récemment. Je ne connaissais pas Dan Wheldon mais c'était un grand nom des sports mécaniques. Marco Simoncelli, je l'ai rencontré cette année et mes pensées vont à sa famille. Nous sommes prêts à prendre des risques mais nous prions pour que rien n'arrive."

Mark Webber (Red Bull, 4e) : "Nous avons perdu le podium au milieu de la course. C'est un peu l'histoire de cette saison, je n'avais pas le rythme en fin de relais. Avec des pneus usés, nous nous sommes trompés dans la stratégie. J'ai du m'arrêter plus tôt et ça m'a compliqué la vie. A la fin, je n'étais pas assez rapide."

Jenson Button (McLaren, 2e) : "Notre voiture n'était pas assez rapide pour gagner. J'ai pris un bon départ et gagné des positions dans le premier tour. Ensuite j'ai gardé Mark [Webber] derrière moi durant cinq ou six tours. En fait, je pense que nous avons "détruit" ses roues arrière et j'ai pu creuser l'écart. J'ai pu me concentrer sur Seb [Vettel] - mais c'était difficile de réduire l'écart. Quoi qu'il en soit, c'est un bon résultat pour nous et je pense que nous avons tiré le meilleur de la voiture."

Lewis Hamilton (McLaren, 7e) : "Le contact avec Felipe [Massa] ? Il m'a braqué dessus et ne m'a pas laissé de place. Je ne pouvais rien faire. Ce sont des choses qui arrivent. Je n'ai jamais pensé que c'était une faute - c'est un incident de course. Sur la grille, juste avant la minute de silence, nous étions côte à côte et je lui ai mis mon bras autour de lui en lui souhaitant : 'bonne course'. J'ai toujours du respect pour lui. Durant a course, j'ai ressenti une vibration dans les virages à droite. C'est comme si le fond plat touchait le sol. J'ai attaqué autant que j'ai pu mais je n'étais pas dans le rythme, nous devons voir pourquoi."

Reuters

Felipe Massa (Ferrari, abandon tour 34 - suspension cassée) : "Il n'y a pas grand chose à dire à l'issue d'un week-end pareil. La collision avec Hamilton ? Je peux juste dire que je ne partage pas l'opinion des commissaires qui m'ont infligé un drive-through. Je suis juste resté sur la trajectoire idéale, j'ai freiné à la limite et je suis resté sur la partie de la piste pleine de gomme. Qu'est ce que j'aurais pu faire de plus ? C'est la énième fois qu'Hamilton me fonce dessus cette année. Il y a comme une sorte d'attraction fatale."

Michael Schumacher (Mercedes, 5e) : "Nous avons fait de notre mieux et l'équipe a maximisé notre potentiel. Les 5e et 6e places sont un très bon résultat pour nous. En plus, ma voiture était très bien réglé pour la course et très stable. Au départ, tout a fonctionné comme prévu. J'ai délibérément décidé de ne pas utiliser le KERS dans les deux premiers virages pour le préserver pour la longue ligne droite où je savais que je pourrais gagner des places. Dans le 2e relais, j'ai réussi à préserver mes pneus et je suis resté plus longtemps en piste. Ça m'a permis de garder ma 5e place. "

Nico Rosberg (Mercedes, 6e) : "Je suis heureux d'avoir gagné une position par rapport à ma place sur la grille. Toutefois ma stratégie n'était pas parfaite et j'ai perdu du temps lors de mon 2e arrêt. Je n'ai pas réussi à rester devant Michael. A la fin de la course, mon rythme était bon et j'ai attaqué très fort mais c'était impossible de le rattraper."

Jaime Alguersuari (Toro Rosso, 8e) : "Notre rythme était bon, comme celui montré en Corée du Sud. Je suis parvenu à passer Senna, puis Sutil. J'étais devant les Sauber et je pense que ce résultat reflète notre place dans la hiérarchie. C'est encourageant de pouvoir rivaliser avec les Renault."

Sébastien Buemi (Toro Rosso, abandon) : "Je faisais une très bonne course, après une excellente qualif. Quand la voiture s'est arrêtée, je venais de passer Hamilton, j'étais 8e et je pouvais finir dans les 8. Quand on est dans une situation aussi prometteuse, un résultat blanc est un peu difficile à encaisser. Cependant, si on regarde le côté positif, notre rythme a été bon tout le week-end, confirmant le progrès montré en Corée du Sud."

AFP

Paul di Resta (Force India, 13e) : "Nous avons opté pour une stratégie agressive, en partant en pneus 'dur', ce qui a été convenu assez tôt, en espérant l'intervention de la safety car. C'était un pari de se débarrasser des 'dur' assez tôt, et si ça avait marché nous aurions gagné un pit stop et fait la course avec trois sets de 'tendre', ce qui était la configuration la plus rapide. Nous devions faire trois stops à cause de l'usure des pneus, qui était assez élevée au début, mais qui s'est amélioré au fil de la course. Adrian [Sutil] a ajouté deux précieux points dans l'optique du championnat, et c'est pour cette raison que nous avons diversifié les stratégies."

Sergio Pérez (Sauber, 10e) : "Je suis heureux d'avoir inscrit des points. Ça me permet au moins de me racheter auprès de l'équipe après mon erreur de vendredi qui m'a fait reculer de trois places sur la grille. Notre stratégie était bonne dimanche. C'était risqué mais ça a payé. J'ai utilisé les pneus durs seulement dans le premier tour. Après cela, j'étais coincé dans le trafic. En fait j'espérais que la voiture de sécurité sortirait car il y avait de l'huile sur la piste dans le premier secteur. Après avoir passé Paul di Resta, j'ai pu attaquer. Le premier train de pneus était bon. Avec le second, j'ai un peu souffert pour les monter en température. Adrian Sutil était très rapide et je n'ai pas réussi à le reprendre."

Kamui Kobayashi (Sauber, abandon tour 1 - tête à queue) : "Malheureusement, ma course a été très courte. Peu après le départ, j'ai été heurté par l'arrière et immédiatement, j'ai vu de la fumée sortir de la voiture. Il y avait beaucoup de dommage. Je me suis arrêté."

Bruno Senna (Renault, 12e) : "C'était une course mitigée pour moi. J'ai pris un superbe départ, gagnant quatre places et j'étais heureux. Malheureusement, j'ai connu un problème avec le KERS et j'ai du me battre toute la course sans lui, ce qui ne m'a pas facilité les choses. Après mon bon départ, le reste de mon premier relais n'a pas été terrible, mais j'ai pu rétablir la situation avec un bon deuxième relais en tendres. Nous aurions pu marquer des points, mais maintenant il faut se tourner vers Abou Dabi."

Vitaly Petrov (Renault, 11e) : "Mon départ a été bon, surtout que je m'élançais avec les pneus durs. J'ai fait mon premier arrêt très tôt mais j'ai commis une erreur avec l'embrayage, ce qui m'a coûté du temps. Cela a contrarié nos plans parce que j'étais censé ressortir devant Sergio [Pérez] et les Force India, mais je n'ai pas réussi. Ces voitures avaient en plus une vitesse de pointe meilleure que la mienne, ce qui m'a empêché de les dépasser. Mais j'ai continué à attaquer jusqu'au bout pour essayer de les doubler. La voiture survirait beaucoup et était difficile à conduire. Je l'ai perdue au virage 9 après avoir touché le vibreur, je suis passé dans l'herbe et j'ai vraiment failli perdre le contrôle. Mais heureusement, j'ai pu la récupérer. C'était un moment chaud."

Eric Boullier (Renault, directeur d'équipe) : "Journée décevante et dans l'ensemble, ce week-end est celui des occasions gâchées. Il est très clair que nous avions la performance sur ce circuit, ce qui offrait une belle opportunité à l'équipe. Par moments, au cours des essais libres, nous avons pu le montrer. Mais nous n'avons pas été capables de sortir les quelques tours rapides nécessaires au bon moment.."

James Allison (Renault, directeur technique) : "C'est décevant de rentrer sans le moindre point alors que la voiture avait le potentiel pour finir 8e ou 9e. Nous sommes partis du mauvais pied avec les deux voitures, la faute à de piètres qualifications, aggravées par la pénalité de Vitaly. Les bons départs des deux voitures ont atténué ces dégâts, mais le reste de la course s'est révélé pauvre pour les deux pilotes. Nous avions choisi une stratégie inversée pour Vitaly, afin de lui donner une chance de rouler plus longtemps dans un espace libre. C'est une manière correcte de profiter d'un bon rythme. Mais tout le bénéfice de cette option a été réduit à néant par son problème de doigt sur l'embrayage au premier arrêt. En conséquence, il est ressorti derrière Pérez au 4e tour et il est resté scotché dans cette position tout le reste de la course. Le rythme de Bruno au premier relais n'était pas bon et cela s'est combiné avec un problème de KERS au 8e tour. Il a récupéré une bonne cadence sur les 20 derniers tours, mais le mal était fait et il termine dans le sillage de Vitaly, hors des points."

Heikki Kovalainen (Lotus, 14e) : "J'ai encore pris un bon départ, peut-être pas aussi bon que lors des deux dernières courses mais j'ai évité les ennuis au virage n°1 et 3, et de là j'ai fait une course solide. A un moment, j'étais 10e. La voiture a été géniale tout l'après-midi, et au fil de l'allègement en carburant j'ai pu me mettre dans le rythme de Senna. Je ne pouvais faire mieux."

Jarno Trulli (Lotus, 19e) : "La malchance a encore frappée. J'ai pris un bon départ, et une HRT m'a heurté à la sortie du n°3. De là, ma course était ruinée : j'avais crevé et j'ai fait Presque un tour complet pour rentrer au pit."

Rubens Barrichello (Williams, 15e) : "J'ai perdu l'avant dans le premier virage et j'ai donc dû rentrer aux stands. Ça a ruiné ma course car je suis ressorti loin derrière. Après cela, nous avons dû revoir notre stratégie et revenir à un seul arrêt pour ne pas perdre plus de temps. Nous sommes remontés un petit peu mais pas suffisamment pour inscrire des points. C'est dommage car nous étions rapides et nos gommes ne se dégradaient pas trop. Nous aurions pu mieux faire."

Pastor Maldonado (Williams, abandon tour 14 - problème de boite de vitesses) : Nous avons connu un problème avec la boite de vitesses mais nous ne connaissons pas les raisons exactes. Mon rythme était bon et les pneus fonctionnaient bien. Nous n'avons juste pas eu de chance."

Jérôme D’Ambrosio (Virgin, 16e) : "Pas un week-end pour moi, un peu étrange en termes de pneus. D'un côté, nous avons tenu sur de longs runs sans dégradation, de l'autre ce n'était pas optimal en début de course et en qualif."

Timo Glock (Virgin, abandon tour 2 - accrochage Kobayashi) : "Une journée malchanceuse après une qualif décevante. En rentrant dans le n°1, d'un coup j'ai vu des trucs voler dans tous les sens. J'ai freiné un peu tôt, et Kamui Kobayashi m'est rentré dedans. Il y avait de gros dégâts côté gauche."

0
0