Getty Images

Lewis Hamilton (Mercedes) : "Cela a été une lutte avec elle par moments"

Hamilton : "Cela a été une lutte avec elle par moments"

Le 24/11/2018 à 19:02Mis à jour Le 24/11/2018 à 19:16

GRAND PRIX D'ABOU DABI - Lewis Hamilton a conclu une année de qualification chargée d'émotions samedi car sa Mercedes W09 aux allures de "diva" lui a rendu de sacrés services.

Lewis Hamilton a mis le point final idéal à sa campagne qualificative 2018, samedi à Abou Dabi. En refermant la boucle ouverte à Melbourne par une nouvelle pole position, sa 11e de la saison, sa 83e en carrière. Un nouveau record.

Au prix d'un tour dont il a le secret, il a finalement repoussé son coéquipier Valtteri Bottas à 0"162 pour signer la 101e pole position de Mercedes en Formule 1, et le cinquième doublé consécutif de la marque aux essais aux Emirats arabes unis.

"Ce doublé en qualification est une super façon de finir la saison, a déclaré l'homme du jour. Je suis fier de tout le monde chez Mercedes, fier de faire partie de cette équipe. Si on regarde la performance de l'équipe sur un weekend cette année, nos mécaniciens, ingénieurs, stratèges ont élevé leur niveau et continuer à le faire m'inspire vraiment. Ça me pousse à y aller et ne pas les laisser tomber. C'est un sentiment exceptionnel."

"Tourner ici et se sortir les tripes, il n'y a rien de mieux"

"Ce fut une séance de qualification assez émouvante car c'était la dernière pour moi avec cette voiture, a-t-il repris. C'est probablement celle dont je me suis senti la plus proche. Ce fut des émotions avec des haut et des bas. Elle n'a pas été la plus facile, cela a été une lutte avec elle par moments, mais cela a été un réel privilège de travailler avec elle."

Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix d'Abou Dabi 2018

"Tourner ici et se sortir les tripes, il n'y a rien de mieux, a-t-il dit en commentant sa Q3. Je ne dis jamais que c'est le tour parfait. Mon premier n'a pas été impressionnant (ndlr : un freinage long au n°8), le dernier a commencé de façon calme et est devenu de plus en plus agressif dans le dernier secteur, qui selon moi était le juge de paix. C'est là où j'ai vraiment fait la différence. J'en ai tiré 0"4. Pas facile de le faire d'un tour à l'autre."

"L'équipe a mis la voiture dans la bonne fenêtre d'exploitation (ndlr : des pneus en fonction de la température). C'est toujours difficile d'améliorer son tour dans son dernier run en Q3, spécialement quand on détient déjà le meilleur temps", a-t-il conclu.

Troisième à 0"331, Sebastian Vettel (Ferrari) s'est sportivement incliné. "Lewis vit une période incroyable depuis cinq ans, mais il est impressionnant en réalité depuis ses débuts en F1", a jugé le quadruple champion du monde allemand.

L'atout de l' "ultra tendre" au départ

En avance sur Lewis Hamilton après les secteurs 1 et 2, Valtteri Bottas a avoué avoir craqué dans le 3. "J'étais parti de la pole position l'année dernière, je ne réédite pas cette performance, a soupiré le Finlandais. je pense que j'ai perdu un peu de temps entre les virages 17 et 18. Mais Lewis a fait un meilleur travail que moi."

"Lewis et Valtteri ont sorti de super tours à la fin de la Q3 pour se donner de l'air par rapport aux Ferrari, a apprécié oto Wolff, le directeur d'équipe. Et nous aurons l'avantage de démarrer la course en 'ultra tendre'."

"Nous avons été surpris de l'allure des 'ultra tendre" en Q2, a ajouté l'ingénieur en chef, Andrew Shovlin. Nous pensions que ce serait juste pour passer mais Lewis a fini avec presque 1"3 de marge. La voiture fonctionne donc clairement bien avec ce type de pneus et j'espère que le premier relais le confirmera. L' 'hyper tendre' est un peu plus compliqué à gérer. Même avec une piste assez froide le soir, ça reste difficile de le faire tenir jusqu'à la fin d'un tour sans le faire surchauffer dans le dernier secteur."

Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix d'Abou Dabi 2018
0
0