Getty Images

Verstappen a battu Leclerc sur la piste et a bien mérité sa troisième place au championnat

Verstappen a battu Leclerc sur la piste et a bien mérité sa troisième place au championnat

Le 01/12/2019 à 18:06Mis à jour Le 01/12/2019 à 18:16

GRAND PRIX D'ABOU DABI - Max Verstappen (Red Bull) a gagné son duel contre Charles Leclerc (Ferrari) pour la deuxième place, dimanche, pour compléter logiquement le podium du Mondial 2019 derrière Lewis Hamilton et Valtteri Bottas (Mercedes).

Impuissant face au démarrage parfait du poleman Lewis Hamilton, Max Verstappen ne s'est pas non plus affolé lorsqu'il a vu débouler dans la grande ligne Charles Leclerc, pour lui ravir la deuxième place. Sans Vmax comparable à la Ferrari, sans DRS pour cause de problème technique du côté de la FIA, le Néerlandais de Red Bull a pris son mal en patience.

Rapidement, il a compris qu'il pourrait avoir le dernier mot au jeu de la stratégie. Au 14e des 55 tours de ce Grand Prix d'Abou Dabi, le Monégasque lui a libéré la voie en stoppant à son garage. C'était trop précoce pour ne pas laisser penser à un second arrêt. Au 26e passage, le Batave est rentré lui aussi, pour son unique arrêt. Il était à cet instant cinq secondes derrière de la SF90 n°16.

Avec ses "dur" tout neufs face aux mêmes gommes de son rival qui avaient 13 boucles de plus, il n'a pas eu de mal à prendre le meilleur au DRS (opérationnel depuis le 18e tour) au 32e tour, sur une manœuvre tendue. De haute volée, idéale pour trancher sans ambiguïté la question de la troisième place du championnat du monde mise en jeu entre les deux hommes.

Lewis Hamilton (Mercedes), Max Verstappen (Red Bull) et Charles Leclerc (Ferrari) au Grand Prix d'Abou Dabi 2019

"Nous avons pas mal progressé au fil de la saison"

Le pilote de la RB15 n°33 s'est vite détaché puis a perdu de vue son rival dans ses rétroviseurs lorsque celui-ci est rentré une seconde fois, au 39e tour. Il a pourtant commencé à s'énerver en rapportant un "trou" à l'accélération, peut-être causé par un souci de récupération d'énergie de son Honda. Son ingénieur l'a calmé en lui demandant de se concentrer.

"J'ai eu des problèmes avec la voiture, ça n'était pas génial, a-t-il relaté à l'arrivée. Nous ne pouvions pas les régler, donc nous avons fait avec, mais de toute façon ça n'aurait pas fait la différence." Il a effectivement fini à 16"7 du vainqueur du jour, Lewis Hamilton (Mercedes).

Auteur de trois victoires (Autriche, Allemagne, Brésil), deux pole positions (Hongrie, Brésil) et neuf podiums en 21 épreuves, il a dressé un bilan satisfaisant de sa campagne. "Plutôt bien !, a-t-il résumé. Quelques victoires, des podiums, c'est une bonne chose. Je pense que nous avons pas mal progressé au fil de la saison, aussi du côté de Honda, j'en suis bien sûr très satisfait. Il faut rester sur cette lancée pendant l'hiver pour améliorer encore la voiture, le moteur, et être là dès la première course (de 2020) et pas seulement en milieu ou en fin de saison. Nous le savons et nous travaillons là-dessus."

Charles Leclerc a reconnu ainsi sportivement sa défaite : "Nous n'étions tout simplement pas assez rapides. Nous n'avons jamais pu les défier (Verstappen et Hamilton). C'est comme ça. Ça l'a été tout au long de la saison : en qualification, nous étions là mais, en course, nous avions plus de difficultés."

0
0