La note : 5/5

Le scénario fou du Grand Prix d'Abu Dhabi peut ne pas être au goût de tout le monde, il a toutefois le mérite de clore avec fracas une saison franchement exceptionnelle. Peut-être même "la plus belle depuis toujours", dixit Alain Prost. La course et la domination de Lewis Hamilton (Mercedes) nous ont tenus en haleine, puis le crash de Nicholas Latifi (Williams), la stratégie du "quoi qu'il en coûte" de Red Bull et le dépassement fatal à l'ultime boucle, ont couronné le tout. On ne pouvait rêver mieux pour achever cet exercice 2021. Merci messieurs !
Saison 2023
Tsunoda prolongé : le point sur la grille de départ en 2023 et au-delà
22/09/2022 À 13:02

Le vainqueur : Max Verstappen (Red Bull)

Max, Max, Max, Super Max, Max ! Le Néerlandais a conquis son premier titre mondial en terrassant Lewis Hamilton (Mercedes) dans l'ultime tour. Alors qu'il a passé l'intégralité de la course derrière son rival, le poleman a senti le vent tourner lorsque la voiture de sécurité a été déployée sur la piste après le crash de Nicholas Latifi (Williams). Son troisième arrêt pour chausser des "tendre" a été le coup de poker du siècle. L'explication finale a pu avoir lieu dans la dernière boucle et les "dur" d'Hamilton, vieux de plus de 40 tours, n'ont pas fait le poids : la fusée orange Max Verstappen avait amorcé son décollage pour le septième ciel ! Voilà le Néerlandais à la table des plus grands. Et, à 24 ans, il ne se contentera pas d'un seul sacre.

11-0 face à Hamilton, 652 tours en tête, 3 abandons : le sacre de Verstappen en 8 stats

Le dévasté : Lewis Hamilton (Mercedes)

On le dit "en larmes", inconsolable après l'incroyable partie d'échecs perdue contre son rival néerlandais. Lewis Hamilton (Mercedes) avait un huitième titre servi sur un plateau, il a même eu la sensation de le toucher lorsque la voiture de sécurité semblait imposer une fin d'épreuve calquée sur son rythme. La réalité l'a vite rattrapé et frappé en plein visage : la nouvelle génération a réussi l'impossible en le détrônant, lui, "King Lewis". Il avait tout bien fait jusqu'au tournant de la course, délogeant Verstappen de la position de tête, accentuant son avance à coups de records du tour. Ne pas avoir profité des deux arrêts gratuits a été sa plus grande erreur.
Vidéo

Le frustré : Charles Leclerc (Ferrari)

A l'amorce de ce dernier rendez-vous de la saison, le Monégasque figurait au cinquième rang du classement des pilotes. Grandissime favori pour conserver cette position, il possédait alors 4 points d'avance sur Lando Norris (McLaren) et 8,5 sur Carlos Sainz (Ferrari). 58 tours plus tard, c'est son coéquipier espagnol qui a décroché la timbale, profitant de son podium à Abu Dhabi pour devenir la cinquième force du plateau dès sa première année à Maranello.
Au grand dam de Charles Leclerc, 10e de la course et relégué au septième rang du classement Pilotes : "Je ne suis pas très content. On a essayé de tenter un coup avec la virtual safety car en s'arrêtant pour chausser des pneus médiums neufs, mais nous n'avons pas gagné tant de temps que ça, honnêtement. J'ai eu plus de mal qu'autre chose. Nous avons perdu le championnat à ce moment-là et nous avons fait une mauvaise course. C'est comme ça", a-t-il regretté au micro de Canal+.

L'élément perturbateur : Nicholas Latifi (Williams)

Si le Canadien n'avait pas collé sa monoplace dans le mur à la sortie du virage 14 à cinq tours de l'arrivée, Lewis Hamilton (Mercedes) aurait dépassé Michael Schumacher au nombre de titres. Son crash a provoqué la sortie de la voiture de sécurité alors que le Britannique menait tranquillement la danse avec 12 secondes d'avance sur Max Verstappen (Red Bull). C'est un raisonnement un peu facile, mais Nicholas Latifi a tout de même "présenté (ses) excuses d'avoir influencé et créé une opportunité". "J'ai commis une erreur", a-t-il répété.

Le bonus : AlphaTauri

Ce ne fut pas suffisant pour déposséder Alpine de la cinquième place du championnat Constructeurs, mais le Grand Prix d'Abu Dhabi restera un bon souvenir pour AlphaTauri. Les deux pilotes de la firme italienne ont animé la course derrière les deux monstres sacrés de la discipline et récolté 22 points. Souvent tancé, Yuki Tsunoda a conclu sa première saison au sein de l'élite sur une bonne note, échouant au pied du podium. Son coéquipier Pierre Gasly a, lui, doublé Fernando Alonso (Alpine) et Valtteri Bottas (Mercedes) pour prendre la cinquième place. "On finit une très belle saison de la plus belle des manières, et je suis très content pour l'équipe", a assuré le Français.

Le malus : Valtteri Bottas (Mercedes)

"J'ai l'impression d'avoir perdu le championnat, parce que Lewis l'a perdu." Il y a une part de vérité dans les propos de Valtteri Bottas (Mercedes), arrivé sixième. Parti de la même position, le pilote finlandais a été inexistant tout au long de la course et donc inutile dans le combat que menait son coéquipier. Pendant ce temps, Sergio Pérez (Red Bull) a donné sa vie pour contrer Lewis Hamilton (Mercedes) après le passage aux stands de ce dernier. La défense héroïque du Mexicain a grandement aidé Verstappen dans sa quête suprême.

La stat : 350

C'est un pan de l'Histoire de la F1 qui s'en va. Et pas de la manière espérée : Kimi Räikkönen (Alfa Romeo) a mis un terme à sa carrière sur un abandon, trahi par ses freins pour sa 350e et dernière apparition.

Le tweet qui donne des frissons :

La décla : Helmut Marko (Red Bull)

"La décision de passer en pneus tendres lors du dernier arrêt de Max était parfaite. Mercedes a dormi pendant les deux sorties de la voiture de sécurité. En faisant cela, ils nous ont facilité la tâche."
https://i.eurosport.com/2021/12/12/3270718.jpg
Saison 2022
Le coût réel des pilotes : Ricciardo catastrophique, Hamilton hors de prix, Russell miraculeux
19/09/2022 À 22:13
Grand Prix d'Italie
Bonus-malus : Verstappen et De Vries, les Oranje font la loi dans le jardin de Ferrari
11/09/2022 À 22:49