Les risques pris par Max Verstappen n'ont pas payé. Le leader du championnat du monde était parti pour signer le meilleur temps de la qualification samedi en Arabie Saoudite dans un dernier tour rageur, avant de partir à la faute. Le Néerlandais ne partira que troisième, surtout derrière Lewis Hamilton (Mercedes), poleman du soir avec un moteur survitaminé. La première ligne sera toute noire, avec Valtteri Bottas, deuxième, comme possible barrage à la charge du pilote Red Bull au départ. A moins qu'il ne doive en passer par des réparations coûteuses en pénalité.
Cette séance de qualification sentait le K.-O. sur cette piste urbaine ultra-rapide, où chaque pilote était conscient que la moindre erreur conduirait à la punition. C'est-à-dire dans le mur.
Grand Prix d'Arabie Saoudite
Verstappen juge son erreur "terrible", Red Bull prêt à changer sa boîte de vitesse
04/12/2021 À 20:27
Charles Leclerc avait illustré cette réalité fracassante vendredi, et son coéquipier chez Ferrari, Carlos Sainz, était passé près de la correctionnelle dans la deuxième partie de la qualification, ce samedi à Djeddah, sur les bords de la mer Rouge. Lewis Hamilton avait lui-même connu une grosse alerte en attaquant trop au début de la Q3. Et on savait une chose : Max Verstappen devrait piloter sur le fil du rasoir pour tenter d'aller chercher une pole position cruciale sur ce circuit étroit sinueux.

Un tour d'anthologie inachevé

Alors que le Britannique venait de sortir un chrono de nulle part pour s'emparer de la position de pointe, le Néerlandais s'est lancé dans un tour de funambule totalement dantesque, pour ce qui devait être le plus beau, le plus impressionnant de la saison. Pilotant sa Red Bull comme une machine en furie, le n°1 mondial a frôlé plusieurs fois les murs… En avance de 0"107 sur Hamilton après le secteur 1, il a continué d'attaquer à outrance pour pointer avec 0"244 d'avance dans le secteur 2. Un gouffre à ce niveau d'engagement... Mais il devait s'engager jusqu'au bout, spécialement dans cette ultime partie du circuit où l'Anglais avait tapé les 325 km/h en pointe (contre 319 km/h pour lui), avec son "moteur-fusée" qui avait fait des étincelles à Sao Paulo.
Max Verstappen en a fait aussi des étincelles pour finir, malheureusement pas comme il aurait voulu. Entré trop large dans le dernier virage, le pilote de la RB16B n°33 a touché le mur et y a laissé sa suspension arrière droite.
Lewis Hamilton en pole position pour la 103e fois de sa carrière, son coéquipier Valtteri Bottas deuxième à 0"111, le Batave a donc du se contenter de la troisième place (à 0"142) sur la grille de départ de la 21e des 22 manches du Mondial, avec un doute en plus : sa boîte de vitesses a-t-elle souffert dans le choc ? Faudra-t-il la changer contre une pénalité de cinq places ? Moins d'une heure après que son rival pour le titre ait échappé à une pénalité (il a eu une simple réprimande) pour avoir gêné Nikita Mazepin (Haas) lors des essais libres 3, le duel a connu un nouveau retournement de situation. Qui n'est sûrement pas le dernier.

Gasly 6e, Ocon 11e

Derrière ce trio magique, car il faut bien y inclure Valtteri Bottas, obligé de rouler avec un moteur ressorti des caisses de Mercedes au dernier moment à cause d'une fuite d'essence en essais libres 3, Charles Leclerc a décroché une superbe place en deuxième ligne. Auteur de la pole position cette saison à Monaco et à Bakou, le Monégasque s'est retrouvé sur ce circuit en ville où l'approximation n'est pas permise. Chronométré à 0"543 de Lewis Hamilton, il a soufflé la quatrième place à Sergio Pérez, a priori trop loin pour jouer un rôle pour son leader Max Verstappen dimanche.
Et puis, comme dans un mauvais film, le clan Red Bull ne pourra pas non plus compter autant qu'espéré sur Pierre Gasly. En verve lors des entraînements vendredi (4e puis 3e) et samedi (5e), le Français d'AlphaTauri s'est classé dans le top 6, pour la 16e fois de l'année, juste devant Lando Norris (McLaren), son coéquipier Yuki Tsunoda, Esteban Ocon (Alpine) et Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo), qui finit en trombes sa carrière en Formule 1.
Fernando Alonso (Alpine), troisième du Grand Prix du Qatar et seul absent de marque en Q3 (13e), les autres déçus de la qualification sont Carlos Sainz (Ferrari), 15e et qui a payé une touchette avec un mur, et surtout les pilotes Aston Martin, Sebastian Vettel et Lance Stroll, sortis dès la Q1 avec les 17e et 18e temps.
Grand Prix d'Arabie Saoudite
"Au contact d'Alonso, Ocon a pris de l'épaisseur. Je suis pressé de le voir en 2022"
07/12/2021 À 19:21
Grand Prix d'Arabie Saoudite
"Le marchandage de Masi a surpris parce que c'est inhabituel... mais ça a peut-être déjà existé"
07/12/2021 À 19:14