Getty Images

Ricciardo découvre encore la Renault

Ricciardo découvre encore la Renault

Le 15/03/2019 à 10:37Mis à jour Le 15/03/2019 à 10:38

GRAND PRIX D'AUSTRALIE - Daniel Ricciardo est un peu plus entré dans la peau d'un pilote Renault, vendredi à Melbourne. Il a redit apprendre à chaque tour de sa nouvelle voiture. Si sa marge de progression est importante, il s'est déjà mis au niveau de son coéquipier Nico Hülkenberg.

Après une intense semaine d'opérations de relations publiques tous azimut - toujours avec le sourire -, Daniel Ricciardo s'est lancé en piste vendredi à Melbourne avec son nouveau casque d'affranchi et sa nouvelle voiture jaune et noir. La recrue de Renault a bouclé les premiers essais libres à la 17e place et la seconde à la huitième place, avec respectivement 16 et 31 tours au compteur.

"La semaine a été chargée avec beaucoup d'événements en amont, donc c'était agréable de passer aux essais, a commenté l'Australien. Nous étions réguliers dans la deuxième séance et je suis clairement plus à l'aise chaque fois que je sors du garage. Nous avons encore beaucoup à apprendre et à améliorer, mais nous progressons pas à pas. Pour moi, il s'agit de mieux comprendre la voiture et nous avons pris un bon départ dans ce domaine aujourd'hui."

De l'autre côté du garage, Nico Hülkenberg a attaqué sa troisième saison avec le Losange, au volant d'une RS19 dont le châssis reste une évolution du RS18, boosté par un moteur plus puissant. L'Allemand a réussi le septième temps, 0"070 plus vite que son nouveau collègue, après une matinée gâchée par la réinitialisation d'un boîtier électronique qui ne lui a permis de couvrir que 11 tours. Ce qui a obligé "Dan the Man" à reprendre une partie du programme pour évaluer des pièces aéro.

"Nos longs relais ont été bons"

"Nous avons bien récupéré après une première séance loin d'être idéale, a déclaré l'Allemand. La deuxième session était plus efficace. Je me suis immédiatement senti à l'aise au volant et c'est l'une des choses les plus importantes pour un pilote. Nous arrivons sur un circuit différent des essais. Celui-ci offre un sacré contraste au niveau des sensations, mais j'avais mes repères et j'étais aussi heureux que nous pouvons l'être à ce stade. Nous avons complété notre programme comme prévu en EL2. Nos longs relais ont été bons."

"Nous avons connu une bonne journée pour commencer la saison, a résumé Nick Chester, le directeur technique châssis. La première séance a été légèrement perturbée lorsque nous avons détecté un problème logiciel sur la monoplace de Nico. Daniel est véritablement rentré dans le bain avec ses premiers essais avec l'équipe. Nous avons cependant amélioré la voiture entre les sessions et la seconde était très positive. Nous avons cherché à avoir un bon rythme tant sur les relais courts que sur les longs. Nous sommes raisonnablement satisfaits de cette première journée."

Vidéo - Pilotes, écuries, aéro, conso, gants... Tout ce qui change en 2019

01:43
0
0