Getty Images

Leclerc : "Je n'avais aucune chance de m'en sortir"

Leclerc : "Je n'avais aucune chance de m'en sortir"

Le 30/06/2019 à 18:53Mis à jour Le 30/06/2019 à 20:12

GRAND PRIX D'AUTRICHE - Charles Leclerc (Ferrari) a expliqué à l'arrivée que Max Verstappen (Red Bull) l'avait tout simplement sorti de la piste pour le dépasser au 69e des 71 tours, dimanche. Mais le Monégasque n'a pas été entendu : il ne récupèrera pas la victoire sur tapis vert.

Charles Leclerc pensait tenir sa première victoire en Formule 1, dimanche au Grand Prix d'Autriche. Parti de la pole position, le pilote de la Ferrari n°16 a mené toute la course (hors passage au stand) et ce n'est qu'à travers une attaque virile de Max Verstappen qu'il a été défait, au 69e tour.

Même s'il perdait du terrain depuis plusieurs tours à cause de pneus "dur" qui avaient fait dix tours de plus que ceux sur la Red Bull n°33, même s'il semblait ne pouvoir résister jusqu'au 71e et dernier tour au Batave, il a vécu la passe d'arme comme un écœurement. Coincé à l'extérieur du virage n°3, poussé hors de la piste.

"D'une manière générale, la course a été bonne, a relaté le pilote de 21 ans de la Scuderia. J'ai eu un peu plus de dégradation que je ne pensais. Après, sur l'incident, il faut laisser les commissaires décider. Pour moi, c'était plutôt clair depuis la voiture. Maintenant, de l'extérieur, je ne sais pas. C'est leur décision."

"J'étais à l'extérieur le tour précédent, ça s'est très bien passé, a-t-il ajouté. Il a laissé de la place à l'extérieur. Sur le tour suivant, il m'a envoyé au large en me touchant. Je n'avais aucune chance de m'en sortir." Charles Leclerc a été sorti des limites de la piste, et c'est sur ce point que les commissaires de la FIA devront trancher.

De son côté, Mattia Binotto, le directeur d'équipe de la Scuderia, a décrit l'incident du point de vue du règlement. "On est convaincu que les règlements sont clairs : 'Causing a collision, forcing off the track' (ndlr : provoquer une collision, obliger à sortir de la piste), je crois qu'il n'y a pas de discours, il n'y a pas de doute, a dit l'Italien. On est confiant sur le résultat mais il faut qu'on attende…"

0
0