Getty Images

Verstappen : "Si on pénalise ça, je ne vois pas l'intérêt de piloter en Formule 1"

Verstappen : "Si on pénalise ça, je ne vois pas l'intérêt de piloter en Formule 1"

Le 30/06/2019 à 18:11Mis à jour Le 30/06/2019 à 20:11

GRAND PRIX D'AUTRICHE - Max Verstappen (Red Bull) a estimé que son dépassement musclé sur Charles Leclerc (Ferrari), pour le déposséder de la victoire dimanche à Spielberg, était l'essence même de la Formule 1. Les commissaires de course lui ont donné raison en jugeant sa manoeuvre licite.

Deuxième sur la grille de départ du Grand Prix d'Autriche mais auteur d'un départ catastrophique - il a bouclé le premier tour à la septième place -, Max Verstappen (Red Bull) a mené une remonté haletante pour fondre finalement sur Charles Leclerc (Ferrari), parti de la pole position, et le déloger de la première place, d'une façon assez musclée.

Sa manœuvre du 68e tour objet d'une enquête des commissaires à l'arrivée de la 9e manche du Mondial, il a estimé qu'il n'avait rien fait de répréhensible contre le leader monégasque lorsqu'il a lancé son assaut, avec force contact, au virage n°3.

"Après ce départ, je pensais que la course était finie pour moi, avait déclaré Max Verstappen, à chaud à l'arrivée. J'ai dû attaquer fort. J'ai eu un plat sur mon premier train de pneus, puis après, tout s'est bien passé. Sur les lignes droites, on avait aussi un bon rythme. Je suis extrêmement heureux pour tout l'équipe et particulièrement Honda. On a entamé la collaboration cette année, et c'est déjà génial. On est là pour faire de la course, sinon il faut rester à la maison ! Si ces choses ne sont plus autorisées, ce n'est plus de la Formule 1."

"C'était de la course virile mais c'est ce qu'on devrait accepter en tant que pilote et ce que les fans veulent voir, a ajouté le Néerlandais, au micro de Canal+ en zone mixte au sujet de son dépassement décisif. Pour moi, c'était complétement normal. Si on pénalise ça, je ne vois pas l'intérêt de piloter en Formule 1." Max Verstappen va donc pouvoir continuer à piloter puisque, après enquête, les commissaires ont finalement décidé peu avant 20 heures de ne pas le sanctionner.

0
0