Getty Images

Verstappen fait le show, Leclerc attendra encore

Verstappen fait le show, Leclerc attendra encore

Le 30/06/2019 à 16:37Mis à jour Le 30/06/2019 à 20:13

GP D'AUTRICHE - Max Verstappen est bien le prince de Spielberg. Le jeune Néerlandais a réédité son exploit de l'an dernier sur le Red Bull Ring en s'imposant après une course somptueuse. Le pilote Red Bull a croqué Charles Leclerc (Ferrari) à trois tours de l'arrivée. Le Monégasque avait pourtant mené presque d'un bout à l'autre. Valtteri Bottas complète le podium, devant Vettel et Hamilton.

Incroyable Max Verstappen ! Le Néerlandais de Red Bull a surmonté dimanche un départ complètement raté de la 1re ligne pour enflammer le Red Bull Ring et s'imposer comme l'an dernier à Spielberg. Une victoire obtenue à coups de dépassements incisifs pour supplanter Charles Leclerc (Ferrari) à trois tours de la fin. A l'arrivée, les commissaires de la FIA ont ouvert une enquête sur la manœuvre virile de Verstappen, qui est allé au contact avec Leclerc et l'a poussé hors de la piste.

Invaincu depuis le Grand Prix du Brésil 2018, Mercedes avait la possibilité d'égaler la série-record de 11 victoires de McLaren datant de 1988 mais Valtteri Bottas et Lewis Hamilton sont passés à côté de leur sujet. Transparent, le Finlandais a sauvé un podium pour les Gris et le Britannique, retardé par un changement d'aileron avant, a cédé sa quatrième place à Sebastian Vettel (Ferrari) dans l'avant-dernier tour.

Ferrari estime que Verstappen a commis deux infractions

Irrésistible avec ses pneus "dur" plus frais dans la seconde partie de course grâce à un relais d'ouverture long de 31 tours en "medium", Max Verstappen a aussi pris le point de bonus du meilleur tour en course. A l'arrivée, Verstappen n'a pas manqué de montrer le logo de Honda sur sa combinaison et Red Bull a envoyé un membre de la marque nipponne pour la représenter sur le podium. Une façon pour le pilote et son équipe de montrer qu'ils avaient gagné leur pari de lâcher le moteur Renault l'hiver dernier pour un moteur en lequel personne ne croyait.

Max Verstappen (Red Bull) au Grand Prix d'Autriche 2019

Si le Batave a ensuite estimé que son dépassement était le genre de chose que le public attendait, Leclerc s'est dit "énervé" par l'assaut du 69e tour et Mattia Binotto, directeur d'équipe de Ferrari, a rappelé que le règlement interdisait à un concurrent de créer un contact et de le forcer à sortir de la piste.

Mercedes défait pour la première fois depuis Sao Paulo l'an dernier, le directeur d'équipe Toto Wolff a donné une explication technique à la défaite des Flèches d'argent en avançant un problème de refroidissement des moteurs de Bottas et Hamilton. Si les pneus ont été un souci sur les 71 tours de la 9e manche du Mondial, l'air à 33°C et la piste à 51°C n'ont pas aidé.

Les Français hors sujet

Le Top 5 dans une classe à part, le débutant Lando Norris (McLaren) a pris la sixième place à tour, devant Pierre Gasly (Red Bull), son coéquipier Carlos Sainz, Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo), dernier pilote dans les points.

McLaren sur le chemin du redressement avec Norris et Sainz, Alfa Romeo a aussi marqué avec ses deux voitures, une première depuis le retour de la marque italienne victorieuse du tout premier Grand Prix en 1950.

En revanche, le bilan est nettement plus sombre dans le clan français. Pierre Gasly relégué à un tour de son coéquipier victorieux, Renault a fait une course anonyme avec Daniel Ricciardo et Nico Hülkenberg, douzième et treizième, et Romain Grosjean, seizième avec une Haas totalement dépassée.

Charles Leclerc et Max Verstappen juste après le GP d'Autriche sur le Red Bull Ring.

Charles Leclerc et Max Verstappen juste après le GP d'Autriche sur le Red Bull Ring.Getty Images

0
0